Un petit pas pour ses vingt ans

Violaine Dutrop
Mère de trois enfants identifiées filles à leur naissance
Citoyenne engagée pour un monde meilleur
A l’attention de Monsieur le Président de la République Française
Dont les principes affichés sont pourtant : Liberté, Egalité, Fraternité

Ecouter “Un petit pas pour ses vingt ans” en audio

Objet : J’hésite entre « Lettre de remerciement » et « Lettre de réclamation ».
Monsieur le Président, cher Emmanuel,

Ma plus grande a eu vingt ans hier. Son père avait eu trois jours pour l’accueillir. C’était la loi, et c’était peu. Dérisoire même, en comparaison des dix jours que j’ai passés bien malgré moi à l’hôpital, loin de mes proches, à expérimenter en solitaire le croisement de la souffrance du corps et du soin d’un premier bébé.

Vingt ans, c’est le temps qu’elle a mis pour devenir adulte.
Vingt ans, ça passe vite quand on éduque des enfants.
Vingt ans, c’est aussi très long, quand on saisit ce qui devrait changer mais que ça continue à piétiner.
Vingt ans, c’est le temps de mon expérience personnelle de la maternité.
Un temps suffisant pour que s’installe l’espérance d’un progrès pour la génération suivante.
Pour mes filles et celles des autres. Ainsi que pour les fils de tout le monde.

L’année de ses dix ans, forte de mon unique, mais significative, expérience personnelle et de quelques observations et lectures, je me suis engagée pour que le sexe ne détermine plus le degré de liberté des personnes. Démarrage d’une lutte sans merci pour questionner les interdits, faire valser les empêchements, échapper aux enfermements dans lesquels nos corps nous assignent.

J’avais alors mis au monde deux autres filles. Grâce à Ségolène, leur père a eu droit à deux semaines pour ces deux naissances-là. C’était assurément mieux, mais toujours trop peu…

Cher Emmanuel, je pourrais vous remercier d’avoir annoncé le grand changement à l’occasion de ses vingt ans. Un doublement du congé, et sept jours garantis, voici qui devrait conduire à rendre ma mine réjouie… C’est un pas, je le concède, dans la bonne direction.

Cependant, il y a peu, vous aviez rejeté l’idée que dans ce congé il y ait une part obligatoire. Un coût bien trop exorbitant, prétextiez-vous tranquillement. Signalant comme optionnelle l’égalité entre les sexes, vous affirmiez tout bonnement que l’ère ne serait pas nouvelle… Et puis, de rapport en rapport, de pétition en pétition, pris dans les filets du sujet, vous révisez vos positions. Vous voici nous offrant du pain, afin d’apaiser notre faim.

Laissez-moi en rester mi-souriante, mi-rêveuse.... Car voici une légère entrée, que vous nous avez servie là ! Le plat principal attendu, dont nous détenons la recette, est un long retrait du travail, le même pour chacun des parents, indemnisé justement et vécu systématiquement. Votre mesure une fois en route sera donc une mise en bouche. Celles d’après seront réclamées, vous pouvez sur nous y compter, pour que devienne enfin égale la prise de risque parentale. Sur ce point au moins nos enfants pourront regarder fièrement l’héritage de leurs parents.

Je vous adresse bien sincèrement mes tout premiers remerciements... et une réclamation écrite, au nom de l’égalité de principe.
Signé : Une citoyenne déterminée

8 à 10% de l’écart restent “inexpliqués”

Parvenir à présent à la fameuse part « inexpliquée », c’est-à-dire explicable seulement par la discrimination pure et simple, même involontaire, même non consciente. Voire par l’auto-censure.

Ecouter “8 à 10% de l’écart restent “inexpliqués”” en audio

Vous êtes une femme, avec son lot de caractéristiques supposées. Vous les avez même intériorisées. Discrimination sournoise, parfois. Installée dans le temps, souvent. Sur les 25% d’écart de rémunération, cette partie représente 8 à 10%. Aucune autre raison révélée dans les analyses courantes. Ni le temps partiel, ni la différence de métier, ni le niveau dans la hiérarchie…

L’effet « couple » évoqué plus haut est une clé d’analyse peu brandie, alors qu’il est une variable explicative forte des écarts de traitement plus ou moins visibles (et encore davantage l’est la situation parentale). Sans doute parce qu’il s’exerce dans le registre de l’admis, intériorisé comme inéluctable. Ce registre du « c’est pas pareil ! » qui organise, perpétue, nous familiarise avec et finit par normaliser des rôles… puis les enfermements et injustices qui en découlent. Ce registre qui conduisait l’employeur de ma collègue déjà citée à supposer (et même à décider pour elle, puisqu’il ne lui proposait pas de CDI sur ce motif) que sa contribution financière aux revenus du foyer était un « salaire d’appoint », qui justifiait sa dépendance économique. Juste parce qu’elle était, dans son couple, la femme.

Ce registre qui conduit par ailleurs une femme active « formidable » à la complicité. En consacrant un temps beaucoup plus important que son conjoint à son foyer, le libérant ainsi de ces multiples contingences matérielles qui l’empêcheraient d’exercer pleinement le rôle d’homme qu’il a appris à incarner. Rôle consistant à investir utilement son temps dans et autour de son travail : gagner plus (heures supplémentaires, astreintes, célibat géographique avantageux financièrement, déplacements indemnisés…), évoluer (se former, développer son réseau), se détendre (il travaille : il faut bien qu’il récupère). Un de mes responsables avait gravi bon nombre d’échelons de l’entreprise. Disponibilité sans faille et chemises impeccables. Sa femme, il me l’a dit, avait toujours tout pris en charge après son propre travail. En guise de reconnaissance, il lui offrait chaque année sa prime de performance et un bijou en coffret.

Face à ces écarts de revenus persistants, et à leurs causes mises en lumière, définit-on collectivement la stratégie adaptée ? Témoigne-t-on d’une réelle volonté d’agir ?

De l’énergie est déployée depuis des années, sans vraiment de résultat, pour dénoncer et réduire cet écart de -25%… N’est-ce pas également celui de +33% qui serait à interroger, voire à bousculer ?

Faire désormais un pas de côté. Définir et actionner une stratégie renouvelée.

“Je suis pour le retour des hommes à la maison. C’est pas une émancipation que d’aller à l’usine. Il faut réhabiliter les artisanats domestiques. L’égalité femmes-hommes, c’est les hommes qui doivent être égaux aux femmes, et pas l’inverse.”

Thierry Sallantin, Ethnologue[1]


[1] Intervenant dans le public lors de la table ronde “Ecoféminisme : quand les femmes défendent la planète”, le 5 décembre 2017 à la Cité des sciences et de l’industrie, Paris La Villette, autour de la 50ème minute

La ségrégation verticale fait système

Davantage de femmes au pied de la pyramide du travail, davantage d’hommes au fur et à mesure de la montée dans l’édifice : la ségrégation verticale se façonne dans le travail comme dans les familles.


Ecouter “La ségrégation verticale fait système” en audio

Face professionnelle, davantage de femmes au pied de la pyramide du travail, davantage d’hommes et moins de femmes au fur et à mesure que les échelons de l’édifice sont gravis : voici le phénomène bien nommé de ségrégation verticale qui constitue une des explications des écarts de rémunération entre les sexes. Face familiale, s’il y a une famille, l’ascension professionnelle d’une personne passe par la délégation des responsabilités domestiques et familiales à d’autres, du fait de la disponibilité pensée comme inhérente à l’engagement croissant au travail.


Préserver l’égalité de rémunération des deux parents équivaut soit à « déléguer », soit à limiter leurs ambitions respectives afin de partager les tâches.


A un certain niveau de responsabilité, qui sous-entend une amplitude horaire relativement large, préserver l’égalité de rémunération (ou au moins limiter les inégalités) dans un couple de parents équivaut soit à « déléguer » à l’extérieur ou dans sa famille élargie, selon ses moyens et ses possibilités de solidarité familiale de proximité, soit à limiter transitoirement les ambitions des deux membres du couple afin de partager les tâches. L’alternance a aussi ses adeptes, qui permet à une personne, puis, après deux ou trois ans, à l’autre, de s’investir davantage à la maison. Cependant, elle réserve des surprises et promet des renoncements personnels et autres expériences malvenues. Voire des changements de trajectoires. Pas très facile de renoncer à une promotion en pleine ascension parce que ce n’est plus son tour… Ni de retrouver le chemin de la confiance en ses capacités professionnelles quand le retrait a été long et usant.

Beaucoup de couples « décident » finalement, résignés voire bons joueurs déterminés, qu’une personne sur les deux soutient, suit, facilite. Elle « prend du temps », « s’occupera des enfants », « lève le pied », « s’épanouira c’est sûr, et puis les enfants en ont besoin ». Parfois, la prédiction est juste. La personne se sent protégée d’un travail aliénant, soulagée et heureuse de tenir plusieurs rôles dans sa vie. Parfois, plus ou moins longtemps après, elle se sent sacrifiée. Immédiatement ou beaucoup plus tard. A l’heure du bilan. Au départ des enfants. Relativement à l’autre parent. Parce que l’autre a fait un choix différent. Qui lui ouvre d’autres portes. Parfois rémunératrices, enrichissantes, épanouissantes. Davantage de femmes vivent cette situation-ci. Pendant que l’autre membre du couple progresse professionnellement… quelquefois libéré, délivré des – mal-nommées mais vécues comme telles – contraintes familiales. Cependant, peu à peu, alourdi d’un fardeau : celui de la responsabilité du revenu familial principal. Pas de droit à l’erreur d’aiguillage professionnel, à la pause salvatrice. Ni au repli. Investissement démesuré. Peur de perdre sa situation. Risque de méconnaissance ou de mal connaissance de sa progéniture. Liens fragilisés. Identité construite autour du travail. Stress et privilège à la fois (un homme soutenu en vaut peut-être deux). Davantage d’hommes vivent cette situation-là.

D’autres raisons se greffent à l’arrangement des sexes, comme le formule le sociologue Erving Goffman. Par exemple, à résultats égaux à ceux des hommes, la mésestime de soi cultivée dès l’enfance chez les femmes limite leurs ambitions. Les études montrent qu’à résultat égal en mathématiques, filles et garçons ne se projettent pas autant en filière scientifique. Et que davantage de confiance est accordée à ces derniers quand il s’agit de prendre des responsabilités. « Les rares hommes qui exercent dans les professions « féminines » (infirmiers, instituteurs, travailleurs sociaux) bénéficient de l’« escalator de verre », c’est-à-dire de carrières accélérées » nous rappelle Ivan Jablonka.

Une fois toutes ces explications à l’écart de rémunération apportées, au fil de ces derniers billets, il en reste un à évoquer. Ce reliquat résistant sera le sujet du billet suivant.

Heures complémentaires : travailler plus pour gagner moins

Dans le paysage varié des écarts de revenus, certaines modalités du “travailler plus” méritent un petit détour… La tarification et la limitation des heures réalisées en sus du temps de travail contractuel sont encadrées par la loi. Ce seul cadre légal a déjà des effets inégalitaires.


Ecouter “Heures complémentaires, travailler plus pour gagner moins” en audio

Les heures sont dites complémentaires quand elles excèdent le temps contractuel d’un emploi à temps partiel. Leur nombre ne peut dépasser 10% des heures prévues au contrat. En cas d’accord conventionnel, c’est-à-dire un accord de branche ou d’entreprise, le dépassement maximal autorisé passe alors au tiers de la durée hebdomadaire ou mensuelle de travail prévue dans le contrat de travail. Quant aux heures dites supplémentaires, ce sont celles effectuées au delà d’un temps plein.

Parlons d’abord du taux horaire.

La législation prévoit un paiement des premières heures complémentaires inférieur à celui des heures supplémentaires (donc à l’avantage du temps plein). Dans la limite du tiers mentionné plus haut, elles sont en effet majorées à 10 % pour celles effectuées dans la limite du 1/10 de la durée contractuelle du travail, puis à 25 % pour les suivantes, qui seraient prévues conventionnellement.

Quant aux heures supplémentaires, elles sont majorées, elles, à 25%… dès la première.

Si une hausse d’activité justifie un recours à des heures additionnelles de travail salarié, cette majoration différenciée creuse les écarts de revenus entre les personnes actives à temps plein et celles à temps partiel. D’une part, parce qu’elles sont moins bien rémunérées, d’autre part, parce que les heures complémentaires sont limitées davantage en nombre. Or le groupe à temps plein est composé de 56% d’hommes pour 44% de femmes (puisque 92% des hommes actifs et 71% des femmes actives étaient à temps complet en 2018), tandis que le groupe à temps partiel est composé de 78% de femmes pour 22% d’hommes (puisque 29% des femmes actives pour 8% des hommes actifs étaient à temps partiel en 2018). Puisqu’elles sont très majoritaires dans le groupe à temps partiel, une mesure défavorable aux temps partiels (ici, la moindre majoration d’une heure additionnelle au contrat de travail) touche d’abord des femmes : pourrait-on faire valoir une discrimination indirecte vis-à-vis des femmes ? Interrogation sans objet si autant d’hommes que de femmes travaillaient à temps partiel.

Parlons ensuite du nombre d’heures.

Les personnes à temps partiel se voient moins proposer d’heures complémentaires et l’employeur risque une requalification en temps plein en cas de pratique fortement répétée. Protecteur pour qui a choisi de travailler moins. Protecteur aussi pour qui subit un temps réduit (l’exercice parallèle d’un autre emploi doit rester possible). Cependant cette limitation en heures se traduit en limitation de revenu.

Les personnes salariées à temps complet ont effectué un peu plus de 10 heures supplémentaires en moyenne au cours du 4ème trimestre 2018[i]. Je n’ai pas trouvé de données récentes concernant la réalisation d’heures complémentaires. Cependant, en moyenne pour l’année 2007, 28% des personnes salariées à temps partiel ont effectué 17 heures complémentaires tandis que 41% de celles à temps complet ont réalisé 49 heures supplémentaires (DARES, 2010)[ii]. Trois fois plus d’heures, payées davantage, pour beaucoup plus de personnes, qui sont plutôt des hommes.


Le “gagner plus” a sans doute deux poids, deux mesures. Il me paraît bel et bien se conjuguer d’abord au masculin.


Parlons enfin des politiques du “travailler plus”.

En plus de la dénonciation des effets inégaux de l’écart de rémunération horaire des heures additionnelles selon le temps de travail, je fais donc une hypothèse plus large : le recours à des dépassements horaires à des fins de flexibilité creuse l’écart de rémunération entre le groupe des femmes et celui des hommes. Du fait d’une répartition déséquilibrée des hommes et des femmes dans les contrats à temps complet et à temps partiel (cf. mon post “Des temps partiels spécial femmes”) combinée à la limitation forte du dépassement horaire pour les temps partiels. Et du fait que cet écart ne risque pas d’être rattrapé par un taux horaire des femmes qui serait plus élevé, puisqu’elles sont concentrées dans des métiers peu rémunérateurs (cf. mon post “Ségrégation horizontale, têtue mais banale”).

Par conséquent, tant que les femmes constituent la population majoritaire des emplois à temps partiel, les mesures invitant les entreprises à recourir aux heures supplémentaires, par la carotte de la baisse des cotisations sociales associées, risque (en plus de ce qu’il y aurait à dire sur les exonérations de cotisations) d’augmenter les écarts de revenus du travail entre les salariés et les salariées.

A ma connaissance, nous ne disposons pas d’étude pour l’instant pour confirmer ou infirmer mes hypothèses quant aux effets, sur les inégalités de revenus entre les sexes, des lois et politiques concernant les dépassements horaires. Du moins, je n’en ai pas trouvé… C’est fort dommage, car le “gagner plus” du dépassement horaire a sans doute deux poids, deux mesures. Il me paraît bel et bien se conjuguer d’abord au masculin. Si je ne me trompe pas, le “gagner plus” serait alors un drôle de pied de nez aux discours affirmés sur l’égalité professionnelle !


[i] Source : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/statistiques-de-a-a-z/article/les-heures-supplementaires

[ii] Source : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2010-029.pdf

Considérations sur les écarts de revenus exprimés en “Equivalent Temps Plein”

Parmi les façons de présenter les écarts de revenus du travail entre deux groupes, dont l’un compte pourtant près d’une personne sur trois à temps partiel tandis que l’autre n’en compte qu’une sur douze, il est une technique très utilisée : faire comme si les deux populations étaient à temps complet.


Ecouter “Considérations sur les écarts de revenus exprimés en “Equivalent Temps Plein”” en audio

Un consultant de mon entourage, spécialiste des diagnostics en égalité professionnelle, fait d’abord calculer l’écart total, non corrigé, à toute entreprise qui le contacte. Un instructif résultat de 14%, plutôt honorable par rapport au taux moyen de 25%, a contrit un de ses clients. Ce dernier, jusqu’alors certain de son exemplarité, l’avait déduite d’un calcul en équivalent temps plein. Un tel calcul est utile, pour comparer des revenus à l’heure travaillée. Cependant, utilisée comme référence, cette donnée exprime que le temps de travail n’a pas à être pris en compte pour analyser les inégalités. Ce faisant, elle évite plusieurs questionnements qui me paraissent pourtant très pertinents.

1. Et si le temps plein actuel était trop plein ?

En prenant le temps plein comme référence, le calcul en équivalent temps plein stigmatise le temps partiel, subi ou choisi, qui apparaît alors comme la marge, le singulier. Consacrer volontairement moins de temps que le temps plein actuel au travail rémunéré peut par conséquent se révéler transgressif. Le subir suggère la soumission, le choisir, l’insoumission. Mener une vie sobre dans laquelle le travail a une place limitée, avec un temps partiel assez rémunérateur pour vivre simplement, devient un acte de résistance. Limiter volontairement sa disponibilité auprès de son employeur, afin de disposer, à tout âge et quelle que soit sa situation de famille, d’un temps libéré suffisant pour investir d’autres activités, citoyennes, familiales ou associatives, frise la désobéissance. Même s’il est socialement admis que travailler à temps plein est peu compatible, sans une aide conséquente, avec l’éducation de jeunes enfants, voire de moins jeunes, la volonté d’équilibrer réellement ses temps de vie met en cause la norme du temps plein actuel. Des propositions de temps partagé, réduisant la semaine-type à 15h ou 20h, sont régulièrement apportées au débat public, notamment via des essais argumentés (André Gorz « Les métamorphoses du travail », Pierre Larrouturou et Dominique Méda « Einstein avait raison il faut réduire le temps de travail », Rutger Bergman « Utopies réalistes », etc.). Si le temps plein prenait cette dimension, la norme du temps plein n’aurait sans doute plus les mêmes opposant·e·s…

N’est-ce pas défendable de vouloir consacrer un temps limité et maîtrisé au travail productif afin de vivre par ailleurs ? De s’instruire, penser, s’occuper de soi et des siens, créer, s’impliquer dans sa communauté au sens large, s’inscrire dans une vie sociale soutenante ? Quelles que soient sa situation socio-économique ou son appartenance sexuée ? Et ce, sans attendre l’âge de la retraite ?

2. Et si l’écart total de revenus entre femmes et hommes était la mesure pertinente ?

Devons-nous toujours comparer ce qui est comparable ? Cette logique conduit, en exagérant à peine, à calculer les écarts de rémunération à poste égal, diplôme égal, ancienneté égale, âge égal, temps de travail égal, entreprise égale… Bref à lisser un maximum les données. A nier toutes les logiques sociales créant ou reproduisant des écarts de revenus, alors qu’il s’agit de les réduire, ces écarts entre groupes sociaux ! Les faire émerger comme illégitimes entre les sexes dans les milieux professionnels est d’autant plus ardu qu’ils sont plutôt admis comme légitimes entre les différentes catégories sociales au travail, comme le souligne Christophe Dejours dans son ouvrage Conjurer la violence, Travail, violence et santé (2007). Alors calculons et analysons toutes les données. Rendons visible l’écart total entre le groupe des femmes et celui des hommes toutes situations confondues, comme le préconise l’Observatoire des inégalités[i], au lieu de nous contenter d’un écart en équivalent temps plein. Ce seront autant d’enseignements pour agir.

3. Et si la forte proportion de femmes à temps partiel était questionnée ?

Présenter les données en équivalent temps plein peut également représenter un déni des raisons, bonnes ou mauvaises, qui ont conduit beaucoup plus de femmes que d’hommes au temps partiel, réellement choisi, pseudo choisi ou subi.

Il se trouve que ces raisons sont variées, et que le choix de son temps de travail, réduit ou complet, même assumé, peut exprimer une servitude jugée nécessaire, un devoir à accomplir, un don de soi qui rend fier·e, une contrainte limitante, ou l’exercice d’un rôle social plus ou moins valorisé.


[i] Source : Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes : état des lieux, 25 mars 2019, https://www.inegalites.fr/Les-inegalites-de-salaires-entre-les-femmes-et-les-hommes-etat-des-lieux

Des temps partiels “spécial femmes”

Presque 20% du salariat dans notre pays est à temps partiel, avec un temps de travail inférieur de 40% en moyenne à celui du temps plein. Sont concernées quatre femmes pour un homme… et davantage les personnes les plus jeunes et les plus âgées que celles d’âge moyen.


Ecouter “Des temps partiels “spécial femmes”” en audio

En 2018, plus de 18,9% des salarié·e·s étaient à temps partiel en France[i], des femmes à 78%[1]. Soit près de quatre femmes pour un homme. Ce déséquilibre explique une part non négligeable de l’écart global de rémunération entre les sexes, puisque la conséquence d’un travail à temps partiel est une moindre rémunération mensuelle que celle versée pour le même travail à temps plein ! Selon l’INSEE, en 2018, la durée habituelle hebdomadaire travaillée en salariat était de 39,1 heures à temps plein pour 23,3 heures à temps partiel, soit 40% de moins. (Quant aux femmes non salariées, elles travaillent 39,7 heures par semaine en moyenne, soit 18% de moins que les hommes non salariés, qui eux comptabilisent 48,5 heures hebdomadaires[ii]).

Ces emplois réduits, en heures comme en salaires, concernent près de 8% des hommes d’après la DARES, pour 30% des femmes, qui ne sont pas toutes mères de jeunes enfants… Loin de là ! En 2018, ces emplois concernent moins les personnes d’âge moyen – et donc a priori en âge d’avoir de jeunes enfants – que les plus jeunes et les plus âgé·e·s du monde actif. En effet, les 15-24 ans et les plus de 55 ans sont plus de 27% de ces tranches d’âge à exercer à temps partiel, alors que les 25-55 ans le sont sensiblement moins (entre 16 et 18%). Beaucoup de femmes sont donc à temps réduit sans être en responsabilité d’enfants. Pour elles, les raisons, subies ou choisies, semblent se trouver ailleurs…

Dans les années 90, une de mes collègues ne parvenait pas à obtenir de CDI de la part de son employeur. Pourtant, il recourait à ses compétences dans tous les services de l’entreprise depuis quatre ans par le biais de contrats courts, justifiant son refus d’embauche par le fait que son mari « gagnait très bien sa vie » ! Idée tenace d’un salaire d’appoint adapté aux femmes, supposées tenir une place première dans la sphère domestique et familiale mais… seconde dans la sphère professionnelle.

Quant aux hommes, peu sont à temps partiel. Se le voient-ils moins imposer ? Sont-ils moins incités qu’elles ? N’en ont-ils pas l’idée ? Sont-ils empêchés ? Si oui, par leur employeur, leurs pairs, leur partenaire de vie ?

Récemment, un spécialiste évoquait le montant bien inférieur des retraites des femmes sur France Inter. Il restait pour lui à « résoudre le problème des temps partiels des femmes ». Forcément. Leur concentration chez elles a des effets négatifs visibles sur leurs retraites. L’écart persistant se calcule et se voit (merci au passage aux utiles statistiques sexuées). Difficile d’ignorer que le groupe des hommes ne subit pas les effets du temps partiel et des carrières morcelées dans les mêmes proportions que celui des femmes. Il est donc profitable de voir apparaître, jusque dans les écarts calculés, que les hommes ont bien davantage des parcours linéaires et à temps complet que les femmes. Ce qui nous conduira ensuite à discuter les calculs en équivalent temps plein.


[1] Concernant les non salarié·e·s, les femmes ont aussi un temps de travail (rémunéré !) moyen inférieur à celui des hommes, qui explique en partie leurs moindres revenus, comme déjà évoqué dans une note de bas de page précédente.


[i] Source : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/statistiques-de-a-a-z/article/le-temps-partiel

[ii] Source : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2491136

L’écart de revenus se réduit à pas de fourmi

Le progrès, en vingt ans, est de quatre points seulement. Et encore, avec le calcul biaisé de l’équivalent temps complet. Les progrès sont très très lents, bien loin d’un pas de géant.

Ecouter “L’écart de revenu se réduit à pas de fourmi” en audio

Des porte-paroles d’employeurs, comptant davantage de femmes que d’hommes dans leurs effectifs, pensent leur entreprise égalitaire. J’ai assisté à une table ronde sur l’égalité des sexes, dans laquelle des dirigeants d’une entreprise de services d’aide à domicile se félicitaient de la prépondérance numérique de femmes dans leur organisation, y voyant d’évidence la place privilégiée qui leur était réservée…  Une de mes amies m’a fait part de la même situation advenue lors d’un séminaire de direction dans un groupe français de cosmétiques : femmes minoritaires dans cette instance-là, mais certains hommes satisfaits de la part belle faite aux femmes dans les magasins, et l’invoquant comme preuve de l’atteinte de l’égalité dans le groupe, voire plus. Confusion entre égalité et mixité ? Cette entreprise n’est pourtant pas mixte, puisque l’un des sexes est largement majoritaire en nombre. Ni égalitaire, puisqu’elles sont davantage à coller au plancher tandis qu’ils sont plus nombreux vers le plafond. D’autres s’illusionnent d’égalité, en omettant de comparer la somme moyenne versée à une femme à celle versée à un homme dans leur société bien intentionnée. Trop simplificateur ? Résultat trop problématique pour en parler ? Ou sentiment d’impuissance trop grand, depuis si longtemps ?

L’écart moyen en France se réduit-il ? J’ai trouvé des données sur son évolution dans le temps, qui ne font malheureusement pas état de l’écart total de revenus, puisqu’elles sont exprimées en équivalent temps plein. Même si ce calcul peut corriger des données de façon très utile, par exemple pour obtenir différentes appréciations concernant les accidents du travail, cette correction peut biaiser nos représentations. L’écart de revenus entre les femmes et les hommes, ainsi corrigé (donc sous-estimé, nous y reviendrons), est passé selon l’INSEE de – 22% en 1995 à – 18% en 2014. Assez parcimonieux progrès… en près de 20 ans. Pas de quoi se réjouir de notre vivant, mais c’est toujours ça.

Ces données ne reflètent pas l’écart de revenus tous temps de travail confondus, plus important puisque le temps partiel explique environ un tiers de l’écart total de revenus entre les femmes et les hommes, qui, lui, semble bien stagner entre – 24 et – 27% depuis des années.


Au dessus de tous les autres revenus : ceux des hommes pères ou en couple

La situation familiale semble d’abord affecter les revenus des hommes. Lorsqu’ils sont en couple et en particulier pères de famille, ils perçoivent nettement plus, en moyenne, que les femmes avec ou sans enfants, mais aussi que les hommes célibataires sans enfants.

Ecouter “Au dessus de tous les autres revenus : ceux des hommes pères ou en couple” en audio

Selon une étude de l’INSEE de 2014 (cf. tableau plus bas), les femmes contribuent à hauteur de 36% en moyenne aux revenus d’un couple de personnes de sexe différent vivant sous le même toit[1] en 2011[i] (27% si elles ont trois enfants ou plus, 39% si elles n’en ont pas). Une fois encore, j’aurais préféré citer des sources plus récentes, mais je ne trouve pas de calcul annuel de l’écart total de revenus entre les femmes et les hommes en couple.

Or, l’effet couple a un effet dévastateur (ou multiplicateur !) : il creuse ces écarts de revenus. Quand elles gagnent en moyenne 25% de moins qu’eux, l’écart se creuse à… – 42% quand il est calculé pour les personnes en couple ! « En moyenne, en 2011, les femmes vivant en couple ont perçu un revenu annuel de 16 700 euros contre 29 000 euros pour leur conjoint, soit 42 % de moins », selon l’INSEE. Les hommes en couple, en 2011, perçoivent donc 64% des revenus du couple en moyenne. Calculé autrement, ils gagnent en moyenne 78% de plus que les femmes en couple ((64-36=28)/36). Être en couple amplifie donc notablement les écarts de revenus entre les sexes, en nette faveur des hommes, même avant de devenir parent.

Fait éclairant sur la force de l’effet couple, d’après la même étude, « lorsqu’elles n’ont pas de conjoint, l’écart de revenu entre les femmes et les hommes sans conjointe tombe à 9%, les revenus de ces derniers étant bien inférieurs à ceux des hommes en couple (18.000 euros en moyenne, contre 29.000 euros en 2011). » Peut-on en conclure que grâce à leur mise en couple avec une femme, les salaires des hommes augmentent considérablement ? Et que nous n’aurions à résorber « que » – 9% d’écart de revenus entre femmes et hommes si le célibat était généralisé ? L’autre option (que le célibat) serait de réduire à néant cet effet de la vie en « couple », issu de l’organisation au sein des couples d’une part, du traitement différencié des hommes et des femmes en couple, d’autre part.

La prévalence ainsi que la croissance du revenu masculin dans le couple sont un phénomène persistant, décrit par François de Singly, en 1987, dans son ouvrage déjà évoqué Fortune et infortune de la femme mariée. Cet effet « couple », très différencié, influence en premier lieu le revenu des hommes : le revenu moyen des femmes en couple est proche de celui des femmes célibataires (16.400 € pour 16.700 € en 2011), tandis que celui des hommes en couple est bien supérieur à celui des hommes célibataires (29.000 € pour 18.000 € en 2011).

 Contribution des femmesContribution des hommesRevenus F+H
Personnes en couple (INSEE données 2011)36% des revenus du couple (revenu moyen 2011 : 16.400 €)64 % des revenus du couple (revenu moyen 2011 : 29.000 €)100 %
– 42 % / hommes en couple+ 78% / femmes en couple<= écart revenu
. Celles AVEC enfants27% des revenus du couple73% des revenus du couple100 %
– 63% / hommes en couple avec enfants+ 170% / femmes en couple avec enfants<= écart revenu
. Celles SANS enfants39% des revenus du couple61% des revenus du couple100 %
– 36% / hommes en couple sans enfants+ 56 % / femmes en couple sans enfants<= écart revenu
Célibataires (INSEE données 2011)48 % des revenus cumulés des personnes H et F célibataires (Revenu moyen 2011 : 16.700 €)52% des revenus cumulés des personnes H et F célibataires (Revenu moyen 2011 : 18.000 €)100 %
– 9% / hommes célibataires+ 10% / femmes célibataires<= écart revenu
Données rassemblées à partir de l’étude de l’INSEE intitulée Écarts de revenus au sein des couples – Trois femmes sur quatre gagnent moins que leur conjoint, par Thomas Morin, INSEE Première 6/03/2014

Une étude plus récente de l’INSEE, publiée en 2019, fait part de l’évolution des revenus entre les sexes dans le secteur privé depuis 1995 jusqu’à 2015. Elle distingue les parents des non-parents (mais pas les personnes en couple sans enfants, qui étaient opportunément distinguées dans l’étude des données 2011 précédemment citée). Le salaire horaire net étant cette fois l’objet des comparaisons, le temps travaillé n’est pas pris en compte, malheureusement. Ses résultats sont toutefois instructifs : « En moyenne sur la période 1995-2015 dans le secteur privé (sources et méthodes), le salaire net horaire des femmes est inférieur de 18 % à celui des hommes. Cette moyenne cache de fortes disparités selon l’âge : les femmes gagnent environ 6 % de moins que les hommes à 25 ans, 13 % à 35 ans et 20 % à 45 ans (figure 1). Cette évolution est, pour l’essentiel, due à l’accroissement des écarts entre mères et pères : les mères gagnent 11 % de moins que les pères à 25 ans mais 25 % de moins à 45 ans, alors que l’écart de salaire entre les sexes chez les salariés sans enfant se maintient autour de 7 % à tout âge. Tous âges confondus, l’écart de salaire entre pères et mères[2] est de 23 %. »[ii]

Voici donc des données importantes : le revenu net, dans le secteur privé, d’une heure consacrée au travail rémunéré par une mère, sur une période de vingt ans, tous âges confondus, est en moyenne 23% inférieur à celui d’une heure effectuée par un père ; alors que cet écart entre les femmes et les hommes tombe à – 7% à tout âge pour les salarié·e·s sans enfant.

Nous savions déjà qu’en 2011 (cf. tableau), être en couple avec enfants signifiait pour une femme toucher un revenu total (temps de travail pris en compte) 63% moins élevé en moyenne qu’un homme dans la même situation, et que cet écart se réduisait à – 9% entre femmes célibataires et hommes célibataires.

Peut-être est-il temps de questionner les mérites personnels (le syndrome « ma femme est formidable » ?)[3]qu’ont les hommes (en moyenne) à bénéficier sur leur fiche de paye des récompenses procurées par leur ascension familiale, depuis la mise en couple jusqu’à la multiparentalité ? Et de s’attaquer aux motivations et à l’organisation sociale qui reproduisent ces inégalités de revenus entre femmes et hommes en couple (et entre hommes), en particulier lorsqu’ils sont parents ?

Encore faut-il admettre que cette injustice existe. Qu’elle persiste. Se maintient durablement. Que de progrès, il n’y a point, ou presque.


[1] L’étude concerne 20000 couples composés d’un homme et d’une femme dont les deux membres ont entre 20 et 59 ans, vivant dans le même logement en France métropolitaine.

[2] Il me semble que la formulation est erronée dans cette citation. La juste formule serait inverse : entre mères et pères, les hommes et les pères étant jusque-là présentés comme la référence choisie dans l’analyse.

[3] L’ hypothèse contraire étant bien sûr que les femmes choisissent sciemment des hommes déjà méritants, au potentiel d’évolution professionnelle visible, qui auraient connu la même destinée professionnelle sans elles.


[i] Écarts de revenus au sein des couples – Trois femmes sur quatre gagnent moins que leur conjoint, par Thomas Morin, division Études sociales, Insee, INSEE Première 6/03/2014,  https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281400

[ii] Entreprises, enfants : quels rôles dans les inégalités salariales entre femmes et hommes ? Élise Coudin, Sophie Maillard, SSP Lab, Insee et Maxime Tô, Institut des Politiques publiques, INSEE ANALYSES, N°44, paru le : 19/02/2019

L’écart au féminin, c’est un quart en moins

Si l’on compare, toutes situations confondues, les revenus du groupe des femmes à ceux du groupe des hommes (ce dernier étant alors retenu comme la référence), elles perçoivent 25% de moins qu’eux en moyenne.

Ecouter “L’écart au féminin, c’est un quart en moins” en audio

Les chiffres stagnent. Ce pourcentage, quasiment invarié, est rappelé par la presse chaque 8 mars[1]. Cette journée internationale permet, quand elle est bien comprise pour ce qu’elle vise, de mettre en lumière les raisons et les actions de la lutte pour les droits des femmes. Ceux conquis, toujours fragiles, et ceux à conquérir, pas toujours imaginables. Parmi les constats récurrents, qui sont d’abord ceux des violences faites aux femmes de par le monde, il y a aussi les écarts de revenus. En France, tous métiers et tous temps de travail confondus, l’écart moyen de revenu entre les femmes[2] et les hommes[3] se maintient, goguenard, autour de -25% en défaveur des femmes (-22% pour les non salarié·e·s)[4]. Elles perçoivent donc 75 € quand ils en perçoivent 100 en moyenne. Autant de liberté d’agir et d’autonomie en moins, si l’on convient que détenir quelques monnaies sonnantes et trébuchantes procure deux ou trois libertés ici-bas. La personne dont le revenu est secondaire dans un couple restreint sa contribution aux dépenses du ménage et ses dépenses personnelles. Cette domination économique, s’ajoutant à celles de l’âge et de la force physique, a des conséquences dans son expérience sexuelle[5] et dans sa capacité à agir en cas de séparation. L’accès aux biens et services marchands (donc non fournis gratuitement par un service public), dépend du nommé « pouvoir d’achat »[6] issu d’un revenu. Si tout ne s’achète pas, des services contribuant à l’autonomie et à la dignité sont encore payants, comme le logement, le transport, la nourriture, l’énergie, l’eau… Pas tout à fait des broutilles.


[1] La DARES a publié en Mars 2015 La mesure des écarts de salaires entre les femmes et les hommes, note qui fait état des différentes méthodes de calcul utilisées par les organismes publiant des données statistiques sur le sujet.

[2] La rémunération annuelle nette moyenne des femmes était de 14.825 € en 2012, soit la somme des rémunérations nettes perçues par des femmes divisée par le nombre de femmes, tous temps de travail confondus. Les résultats de cette étude portent sur les salarié·e·s du secteur privé non agricole et des entreprises publiques, couvrant 76 des 85 familles professionnelles. (Source : Ségrégation professionnelle et écarts de salaires femmes-hommes, 06.11.15, DARES, https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2015-082.pdf.) Je n’ai pas trouvé de données plus récentes faisant état de tous les temps de travail confondus. Les données plus récentes sont en effet calculées en équivalent temps plein, ou bien en différence entre salaires horaires, ce qui minimise l’écart réel de revenus.

[3] La rémunération annuelle nette moyenne des hommes était de 19.953 € en 2012, soit la somme des rémunérations nettes perçues par des hommes divisée par le nombre d’hommes. (Source : cf. note précédente)

[4] A propos des personnes non salariées : « En 2017 comme en 2016, les femmes non salariées classiques gagnent en moyenne 22 % de moins que leurs confrères (3 030 euros par mois contre 3 880 euros). Pourtant, elles exercent dans des secteurs souvent plus rémunérateurs : si elles se répartissaient de la même façon que les hommes dans les différents secteurs, leur revenu moyen serait inférieur de 32 % à celui des hommes. Une partie de l’écart s’expliquerait par un volume de travail moins important ; elles sont aussi plus jeunes et dirigent en moyenne des entreprises plus petites. » (INSEE PREMIÈRE No 1781, 07/11/2019)

[5] A propos de l’expérience sexuelle : Marine Spaak, dans ses chroniques du sexisme ordinaire réunies en bande dessinée sous le titre Sea, sexisme and sun (2018), mentionne p.86 que « les relations hétérosexuelles sont déséquilibrées et placent les filles et les femmes en position d’infériorité par rapport à l’argent, à la force physique, à l’âge et donc logiquement, à l’expérience sexuelle. » Le temps partiel participe à ce déséquilibre, dans le cas où il conduit à une contribution financière inférieure dans le couple.

[6] A propos du dit “pouvoir d’achat” : Il y aurait beaucoup à dire sur le bien-fondé de cette expression largement répandue, comme l’illusion de puissance qu’elle suggère dans l’acte d’acheter, confondu avec un indicateur de bien-être, qui valorise l’accès aux services marchands, faisant de nous des consommateurs et consommatrices satisfaisant des besoins en partie artificiels, pendant que l’accès à des services publics satisfaisant nos besoins essentiels, qui feraient de nous des usagers et usagères exerçant des droits, non seulement décroit, mais me semble de plus en plus traité comme un fantasme.

Deux funambules main dans la main

Dans mon rêve, a eu lieu la double révolution émancipatrice. Travail rémunéré et investissement au foyer y sont justement dosés, dans un mouvement de balancier. Jusqu’au point d’équilibre.

Ecouter “Deux funambules main dans la main” en audio

La mesure à imaginer, à discuter, à prendre sans option “à laisser”, constituerait une étape, une première réponse en miroir au mouvement d’émancipation des femmes de la sphère domestique et familiale. Car, admise et prônée depuis un bon moment, cette révolution-là est très inachevée aujourd’hui. Certes, la progressive intégration et la reconnaissance des femmes au travail leur ont apporté des revenus (bon, 25% de moins que ceux des hommes, encore moins à la retraite, des emplois plus précaires, donc une indépendance économique très très relative…) et un statut social (bon, dans bien des métiers encore peu valorisés, tels ceux du soin, du social et de l’éducation…). Leur éventuelle place de mère a été reconnue dans leur milieu professionnel, à travers divers droits qui leur ont été accordés, comme le congé maternité rémunéré (bon, le maintien intégral de salaire dépend de leur convention collective, et les indépendantes n’ont pas tout à fait les mêmes garanties que les salariées…). Afin de faire égalité, ces droits concernent progressivement les pères (bon, en France, ils bénéficient de onze jours depuis 2002, pour un congé optionnel quelquefois mal vu et souvent mal rémunéré, mais c’est un premier pas…). Réserver des droits aux mères exclut quelque part les pères, nous murmure justement l’Europe. Cependant, a-t-on vraiment imaginé qu’un partage des responsabilités et des tâches domestiques et familiales s’opérerait spontanément, sans lois incitatives ? Il semblerait. Dans les faits, à quelques foyers près, ce ne fut qu’un rêve, au vu des constats persistants sur le sujet.

Nota : Les tâches domestiques et familiales, toujours majoritairement assumées par les femmes en France, grandissent avec le nombre d’enfants. Le temps consacré par les hommes en moyenne évolue peu au fil du temps, comme en témoigne l’étude IFOP évoquée dans l’article « Nettoyer, balayer, astiquer… La persistance des inégalités de genre en matière de partage des tâches ménagères » publié le 23/10/2019 sur le site de l’institut de sondage.

Or, comme le souligne André Gorz, « L’émancipation de la femme sera menée à son terme (…) lorsque l’homme et la femme se partageront volontairement les tâches de la sphère privée aussi bien que de la sphère publique et appartiendront également à l’une et à l’autre. (…) C’est à ce moment seulement que la femme, se trouvant avec l’homme dans un rapport de coopération entre égaux, pourra vivre les activités qu’elle déploie pour le bien-être de la communauté familiale comme des activités dont elle est l’artisan autant que la bénéficiaire : comme du travail pour soi. »

Nota : Il aurait été encore plus appréciable qu’André Gorz exprimât ce propos en disant "les femmes" plutôt que "la femme" : non seulement nous sommes plurielles, comme les hommes, mais la suggestion d’uniformité créée par l’usage du singulier normalise et idéalise la figure féminine, ce qui est évidemment problématique. Cependant, puisqu'il parle de la même façon de "l'homme", lui en tenir rigueur serait injuste.

Nous vivons un moment charnière dans la quête de libertés égales entre les sexes. L’accent a été mis d’abord sur l’ouverture aux femmes des formations et des métiers, sur l’égalité salariale à poste égal, sur l’évolution des femmes vers leur juste indépendance économique par le travail.

Nota : Les femmes ont toujours travaillé, même si pendant longtemps elles n’ont pas été payées pour ce travail, comme les femmes d’artisans, de commerçants, d’agriculteurs… qui de fait effectuaient le même travail que leur mari, ou bien toutes leurs tâches administratives, en plus des travaux domestiques et familiaux, sans l’emploi rémunéré qui va avec. 

Leur progression au travail et vers l’autonomie financière reste cependant empêchée par le fait qu’elles sont les principales à assumer les responsabilités familiales (ou sont suspectées d’assumer, aujourd’hui ou demain, en concurrence ressentie, maintenue ou soulignée avec leur place au travail). Elles ont avancé quasi-seules dans cette révolution, qu’elles ne parviennent manifestement pas à parachever. Il est donc temps de fissurer davantage l’édifice de la division des rôles de sexe. Parce qu’il est injuste de considérer encore les femmes comme les uniques responsables de leur condition et de la sortie de celle-ci. Entêtées qu’elles semblent, à imaginer tout mener de front lorsqu’elles font des enfants. En général, la procréation (et la suite éducative) est une entreprise mixte, en tout cas l’initiative de deux personnes. Pourtant, les injonctions paradoxales issues du complexe famille-travail conduisent les femmes à des pseudo-choix radicaux. L’INED précise en janvier 2017 que le nombre de naissances par femme baisse partout en Europe, notamment parce que « l’augmentation rapide du taux d’activité féminine à temps plein ne s’est pas accompagnée du développement de politiques d’offre de gardes d’enfants et de congés parentaux suffisantes pour pouvoir concilier travail et famille, ou d’un investissement important des partenaires masculins et d’un meilleur partage des tâches domestiques entre hommes et femmes ».[i] La dissymétrie d’occupations et de socialisation selon le sexe génère des souffrances individuelles et nourrit sans vergogne les statistiques sur la pauvreté, la précarité, la charge mentale ou les tâches domestiques au détriment des femmes. Elle alimente aussi les données sur les conduites à risque (risques sur la route beaucoup plus pris par les hommes, troubles du comportement alimentaire davantage repérés chez les femmes). Ou sur certaines formes de violence ou de difficultés relationnelles au détriment des hommes, mais aussi des femmes et des enfants. Les rôles de sexe incorporés sont un facteur de violence intra-familiale, lorsque des personnes ne se sentent pas ou ne sont pas à la hauteur des attentes sociales sexuées pesant sur elles ; par exemple, le chômage est plus difficile à vivre pour des hommes qui ont intériorisé leur rôle principal de gagne-pain et ne se sont pas investis dans la sphère familiale. Ce mouvement n’est donc pas seulement nécessaire pour elles, il l’est aussi pour eux. Cependant, heureuse découverte : un humain sur deux est un homme ! Ils donc peuvent agir. Elles aussi : leur faire une juste place dans la maisonnée changerait tout, et l’accueil d’un ou d’une enfant pourrait être le bon moment.

Je n’imagine pas une petite mesure au rabais, de celles qui ont de l’envergure au départ, puis qui sont dépouillées de leurs ambitions au fur et à mesure que sont rognées les conditions de leur efficacité. La mesure arrive alors, nue et misérable, devant le tribunal prêt à la condamner. Au contraire, elle doit clamer haut et fort son ambition, celle d’un projet de société renouvelé. Qui qualifie les pères dans leur rôle parental en leur donnant le moyen élémentaire d’acquérir la compétence du soin des jeunes enfants : l’expérience systématique. Normalisée. La même que celle des mères. Celle que procure la responsabilité de s’en occuper à plein temps, dès la naissance ou presque. Sans discussion. Parce que c’est normal. Comme ça l’est devenu pour la plupart des femmes d’aller travailler contre rémunération.

Il finit par être plus ou moins admis que la fonction professionnelle, et non le sexe, crée les attentes au travail. Je rêve que ce soit le statut de parent, et non le sexe, qui crée les attentes familiales, et celui de co-habitant·e qui crée les attentes domestiques. Parce qu’en pratique, le scénario courant est encore de mise, distribuant selon le sexe des rôles bien définis, sans trop de surprise, dans la plupart des logis.


[i] La proportion de femmes sans enfant a-t-elle atteint un pic en Europe ?, Eva Beaujouan, Tomáš Sobotka, Zuzanna Brzozowska, et al., INED, Population et Sociétés, n° 540, janvier 2017

Intermède 2020 – Altérations identitaires

Tu ne connais pas un seul homme qui ait vécu le début d’une telle expérience : voir son nom remplacé, sans sa demande ni son accord, au prétexte que « tous les hommes font ça ».

Ecouter “Altérations identitaires” en audio

Sa colère la prenait d’un coup, alors qu’elle venait de relever le courrier. C’était le signe qu’elle avait, une fois de plus, reçu une de ces lettres. Une lettre qui paraissait lui être adressée, à elle, à en croire le « Madame » lu dans la case idoine, mais dont la destination n’était ni franche ni entière. Elle avait été amputée. Dissoute. Volontairement. Un bout d’elle, presque tout en fait, avait été remplacé. En un coup d’œil. Ne subsistait que son statut d’épousée. Car ensuite, suivaient le prénom puis le nom de naissance de celui avec qui, un jour, elle s’était mariée.

Le plus souvent, la colère éclair montait en elle puis se dirigeait spontanément contre lui, comme s’il avait fomenté le coup. Tout tendait en effet à prouver sa complicité. Non seulement il se trouvait là, dans l’instant ou le soir même, mais il était à coup sûr impliqué, puisqu’il apparaissait, sans équivoque, sur l’enveloppe. Alors qu’il ne l’ouvrirait pas. Sciemment cité, identifié, nommé dans son entièreté. Prénom et nom. Ecrasant. Plus que présent. Omnipotent.

L’affront répété, évident, intrusif, la décrivait comme « une femme de ». La réduisait à « une femme de ». L’effaçait en tant que personne. L’affirmait dépendante de lui, digne d’exister sous condition : exclusivement à travers lui.

A défaut de lui prêter le pouvoir d’empêcher de telles offenses, elle semblait attendre de lui qu’il redressât les torts causés. Tu tentais, depuis ton regard d’enfant, d’imaginer comment il aurait pu procéder. Peut-être en contactant l’expéditeur. Ou l’expéditrice. En lui disant son fait. En exigeant excuses et rectification. En obtenant à tout le moins une prise de conscience. Car dans la plupart des envois, ces règles d’usage, reproduites en âme et conscience, ne suscitaient probablement pas d’interrogation chez les scribes. Elles passaient d’ailleurs pour la marque d’une excellente éducation. Conservatrice et sexiste, mais excellente, de la même sorte que celle qui conduit les femmes à passer le jour J du bras du père à celui du mari. Tout un symbole…

C’est bien le propre d’une norme sociale que de traverser les lieux, les âges, les vies, les âmes et les esprits, sans que quiconque ne la bouscule. Sauf les rebelles.

Savoir ce qui doit être inscrit sur l’enveloppe relève d’une certaine noblesse. Le panache d’une éducation réussie. Et ce, malgré les marques qu’une telle pratique laisse, malgré les idées qu’elle propage, malgré les dégâts qu’elle cause à la multitude de personnes visées, évidemment touchées. Des femmes peuvent se sentir flattées ou fières de cette reconnaissance de femmes épousées, d’autres indifférentes ou affaiblies. Dans tous les cas, leur identité première s’en trouve de fait remuée.

De mémoire, tu n’as jamais assisté à une scène de ce type : ton père admettant le préjudice d’abord, puis exigeant réparation pour la douleur symbolique mais réelle causée à ta mère. Réparation pour la sape de soi engendrée par cette présumée « bonne manière ». De façon récurrente. Cette « bonne manière » qui définit en miroir un homme marié comme possédant la femme avec laquelle il s’est uni. Qui fait d’elle une ressource, un capital, un objet approprié, une ombre. Parce que la manière est si « bonne » qu’elle n’est pas réciproque. Pourtant, il ne s’agit plus que d’usage et non de loi, ce qui devrait laisser la place à d’autres choix.

Sans doute est-ce difficile de se mettre à la place d’autrui. Impossible même. Sans doute est-ce encore plus difficile, pour qui appartient à une catégorie privilégiée, pour qui est étiqueté dominant jusque sur les enveloppes adressées à sa partenaire de vie, de s’en offusquer jusqu’à exiger le rétablissement d’un juste équilibre des positions. D’une juste distribution des considérations. Cela supposerait de descendre du promontoire sur lequel la « bonne manière » d’autrui, par convention sociale, l’a hissé. Quelle est la part de l’arbitraire dans cette place obtenue ? Et celle du mérite ? Cette place est-elle neutre, dans les rituels qui l’officialisent, ou provoque-t-elle des effets problématiques ? La remise en cause de ce qui se fait quand on est bien élevé·e, c’est-à-dire en premier lieu respecter les conventions sociales, est peut-être un défi plus grand pour la personne qui en bénéficie que pour celle qui en fait les frais… D’ailleurs dans d’autres domaines, toi aussi tu dois bien bénéficier, sans t’en rendre tout à fait compte, parce que c’est confortable même si c’est injuste, de privilèges sur autrui que tu ne remets pas en cause…

A l’époque des missives maudites, tes réflexions étaient plus pragmatiques. Tu te demandais simplement pourquoi ta mère n’appelait pas elle-même le service expéditeur du courrier, afin de réclamer que le méfait fût réparé.

Quand ton tour de femme adulte est arrivé, tu as saisi le sentiment qui l’avait traversée, si souvent, si violemment. Tu as compris alors quel rôle elle se refusait de jouer, à l’issue de chaque micro-humiliation subie, face à cette boite aux lettres.

L’entreprise qui t’employait t’accorderait quelques jours de congé à l’occasion de ton mariage, auxquels tu ne pouvais prétendre qu’après avoir rempli un imprimé particulier. Une case « nom marital » était à renseigner. Cherchant vainement des yeux une case « nom d’usage », tu t’es résolue à faire apparaître ton mari par son nom de naissance, sans te douter des conséquences. C’est de retour au bureau que tu as atterri, atterrée. Tout ce qui t’identifiait jusqu’alors dans les outils informatiques avait été rebaptisé par le nom de naissance de ton homme (adresse mail, dossier serveur, etc.). Tu as alors traversé, furieuse mais résolue à rester sobre et courtoise, les deux étages qui te séparaient du service de gestion du personnel, afin de demander explications et rectification.

C’est là que je tu l’as ressentie au plus profond de toi. La double humiliation. La première créée par l’anéantissement subi de l’identité. La deuxième, issue de l’impossibilité de faire entendre par toi-même ta cause. Cette humiliation-là, c’est toi qui l’avait initiée, dans l’acte de réclamation. Cet acte qui implique d’avancer tes arguments, tes jus-ti-fi-ca-tions. Qui non seulement demande une reconnaissance de ta position rebelle, a-normale, mais qui, en plus, demande une réparation.

Tu as indiqué posément à la gestionnaire que tu n’avais pas demandé de remplacer ton nom par celui de ton mari. Elle : « Mais vous avez indiqué son nom dans la case « nom marital » !». Toi : « Il n’y avait pas de case « nom d’usage » ni « nom de la personne avec laquelle vous vous mariez », mais j’ai pensé que vous aviez besoin de connaître son nom… ». Elle : « Vous ne pouvez pas faire comme toutes les femmes ? Elles prennent toutes le nom de leur mari, et ne posent pas tant de problèmes ! ». Ce jour-là, tu as eu non seulement l’impression d’avoir sollicité indûment une faveur, mais en plus de t’être glissée dans la peau d’une sacrée emmerdeuse. Ta collègue a fini par détricoter ses actions pour te rendre l’identité qu’elle avait gommée d’un coup. Celle sous laquelle tout le monde t’appelait, te connaissait et te reconnaissait depuis des années.

Tu n’identifies pas un seul homme qui ait vécu le début d’une telle expérience, ni écopé d’une telle image, parce qu’on aurait changé son nom, sans sa demande ni son accord, au prétexte que « tous les hommes font ça ». Ce qui ne veut pas dire que ça n’existe pas.

L’épisode récurrent de la boite aux lettres de ton enfance était alors un souvenir encore enfoui dans ta mémoire, mais tu venais de vivre dans ta chair un épisode majeur de ton engagement féministe. Puis, un jour, après avoir relevé ta boite aux lettres, cette scène du passé est remontée en surface, quand tu t’es surprise, avec une légère pointe d’ironie mal placée, disant à peu près à ton homme : « Tiens, tu as reçu une lettre, mais il doit y avoir maldonne, car devant ton nom, il est écrit Madame… ».

Moins de dix ans plus tard, tu nommeras ce rôle que ta mère se refusait de jouer à chaque effacement de son identité : celui de la mendiante. Mendier soi-même la réparation du préjudice subi (quand on risque fort de n’être ni écoutée ni comprise), alors qu’il s’agit de réparer une atteinte à sa dignité, revient parfois à subir une deuxième fois l’humiliation première.

Présente au rendez-vous prévu avec les services de ta mairie pour refaire ta carte d’identité, tu présentes docilement une copie du livret de famille justifiant ton changement d’Etat civil survenu depuis ta dernière carte. L’employée te demande alors l’original (pourtant non exigé dans la liste des documents à fournir), que tu n’as pas sur toi. Après un instant de réflexion, tu oses : « Exigeriez-vous ce justificatif d’un homme dans la même situation ? » Elle : « Non, pour eux ce n’est pas la peine, ils ne changent pas de nom quand ils se marient. » Toi, les bras ballants tellement ils sont tombés soudainement : « On va faire comme si j’étais un homme alors, pour respecter le principe d’égalité des droits entre citoyens et citoyennes. Que j’ai changé d’Etat civil ou non dans les dix dernières années, cela ne concerne pas l’administration finalement. » Et tu as conservé exclusivement sur ta carte ton nom de naissance, sans y ajouter un double nom d’usage… C’est dommage : tu avais l’intention au départ de porter, partiellement, le même nom que tes enfants (les conséquences du nom donné aux enfants feraient aussi un beau sujet de réflexion-témoignage). Cette décision spontanée t’a valu de systématiquement devoir justifier d’être leur mère lors de vos voyages ultérieurs, grâce à la présentation du fameux… livret de famille. Ne surtout pas l’oublier en cas de frontière à traverser !

Tu ne connais pas d’homme qui ait vécu le début d’une telle expérience, parce qu’il aurait gardé son nom, alors qu’il pouvait, comme tout homme ou presque, en échange d’un justificatif demandé exclusivement aux hommes, en ajouter un autre, fût-il celui de la personne qui partage sa vie. Ce qui ne veut pas dire que ça n’existe pas.

Dix ans sont à nouveau passés. Vous refaites faire vos cartes d’identité. Tout se prépare à présent à distance, en déposant les justificatifs exigés sur un espace numérique. L’employée de mairie chargée de prendre vos empreintes, dans un nouveau bureau flambant neuf, s’étonne : elle apprend ce jour-là qu’un homme peut accoler le nom de sa femme sur ses papiers d’identité. L’usage est légalement mixte. La pratique, plus rare. Du jamais vu ici. Sa responsable confirme, ôtant ses doutes et vous épargnant l’exercice irritant de l’argumentation. Refusant de circuler avec des cartes périmées bien qu’affirmées encore valables par l’administration, vous avez, pour obtenir de nouvelles cartes, décidé de demander l’enregistrement officiel d’un nom d’usage. Tu as accolé son nom de naissance au tien. Il a accolé ton nom de naissance au sien.

Désormais, ponctuellement, des enveloppes arrivent dans votre boite aux lettres, adressées à Madame avec un double nom d’usage ou à Monsieur avec ce même nom d’usage inversé.

Tu ne crois pas qu’il se rende vraiment compte de ce que signifie pour toi cette réciprocité, même opportunément acquise… Voici pourtant l’un des plus beaux cadeaux qu’il t’ait faits, symbolique mais d’une immense valeur : se rapprocher de ton vécu de femme. Vivre avec toi et comme toi les effets d’un trouble de l’identité. Afficher dans vos noms de famille, à parts égales, qu’un jour vous vous y êtes engagé·e·s ensemble, dans cette famille.

« C’est parce que l’on s’est engagé dans une expérience ou bien que l’on a pris en compte l’expérience d’autrui que l’on hésite ou que l’on relativise. »

Emilie Hache, “Ce à quoi nous tenons”

2019 – Rituel sournois

Ecouter “2019 – Rituel Sournois” en audio

Un jour de Janvier – Tu déposes Amélie à la crèche et tu précises à l’éducatrice que c’est son père qui viendra ce soir la récupérer. C’est son tour. Comme chaque lundi, tu mets ton alarme sur ton téléphone pour bien penser à le lui rappeler. Il est si distrait. Il n’y penserait pas sans toi. Une fois, il a oublié, ça t’a vaccinée. Désormais tu sais qu’il ne faut compter que sur toi. Tu prends ton poste préoccupée, la tête pleine de ta liste de tâches. Tu penses plusieurs fois dans la journée à cette soirée qui commencera sans toi, donc tu en profites pour noter sur ton mémo la liste des courses, et ce que tu prévois de préparer ce soir. Tu reprends ton travail. Tu repenses à ce qu’il va faire à ta place ce soir. Il pourrait passer prendre des couches en sortant de la crèche, tu as remarqué qu’il n’y en avait presque plus. Tu le lui demanderas tout à l’heure puisque tu vas l’appeler comme d’habitude. Pour être sûre. Tu replonges dans ton travail. A dix-sept heures, comme chaque semaine, tu passes ton coup de fil : « T’oublies pas de prendre Amélie ce soir ? Et tu peux racheter des couches, il n’y en a plus ? ». « Oui, oui, ne t’inquiète pas, j’ai mis ma sonnerie, mais merci de me le rappeler ». Il raccroche. Tu ne l’entends pas soupirer.

Le même jour de Janvier – C’est lundi. Comme chaque semaine, tu as démarré aux aurores ce matin et sortiras suffisamment tôt ce soir pour récupérer ta fille à la crèche. Tu adores le lundi… enfin ça dépend. Tu es partagé en fait. Tu ne sais pas trop formuler ce que tu ressens. D’un côté, tu as hâte de voir Amélie te tendre les bras quand tu arriveras ce soir (avec son grand sourire enjoué et sa course à petits pas vers toi). D’un autre côté, tu sais que tu auras droit à une série de recommandations, de rappels, de trucs à faire et autres instructions transmises par téléphone une demi-heure avant l’heure de la crèche… par sa mère inquiète. Parce qu’une fois tu as manqué l’heure. Parce que désormais tu risques, d’après elle, de toujours manquer l’heure. Elle a crié comme jamais ce jour-là. Elle s’est emportée comme si tu étais un monstre. Tu t’es excusé, rattrapé comme tu as pu, mais impossible de revenir en arrière. De gommer ce moment qui fait partie désormais des annales familiales. Des anecdotes racontées aux copines, à Noël, aux parents. Le père à qui on ne peut pas faire confiance. L’expérience l’a prouvé. Ta journée se déroule sans anicroche. Dix-sept heures, le téléphone va sonner, comme d’habitude. D’ailleurs il sonne. Tu réponds « Oui, oui, ne t’inquiète pas, j’ai mis ma sonnerie, mais merci de me le rappeler ». Tu raccroches. Tu soupires. Tu n’avais pas remarqué qu’il n’y avait plus de couches. De toute façon, elle a l’œil sur tout, elle est en veille, alors à quoi bon mobiliser aussi ton attention pour scanner les placards de la maison ? Elle s’en occupe et te fait des listes que tu exécutes. Tu as un peu huit ans le lundi soir. Elle est doublement maman le lundi soir. C’est mi-confortable, mi-insupportable.

Au-delà d’une répartition équitable des tâches, il reste à construire des relations de confiance réciproque. Dans beaucoup de couples, nous sommes encore loin du compte.

Ah, bien nommée Charge mentale,

concentrée, prise de tête parentale, tu t’étales, tu t’installes. Tu t’accroches, infernale, envahissant et tourmentant la figure la plus présente, de fait prépondérante, novice assignée, par suite spécialisée, reine fourmi qui règne sur la marche du foyer. Te résignant à tirer gloire d’un accaparement, tu figes sans crier gare les rôles dans le ciment.

Tu te fais moins prégnante, plus distante, virevoltante, quand deux parents partagent le mal dit maternage… Alors tu butines. Entre les deux, tu promènes ton pollen. Et on imagine meilleur ton miel, et plus sereins tes hôtes, côte à côte, et l’enfant deux fois confiant, quand, transformée en abeille, tu répartis tes ficelles.

Ah, fragile Confiance,

rude à accorder au parent moins habitué à câliner, à couver, et qui peine, à temps partiel, à prouver sa compétence quand le parent qualifié à plein temps s’est entraîné… Dès que le ventre a gonflé. Pendant des mois de congé. Dès que la vie a germé. Comme tu perds patience, hésitante, exigeante, devant une figure nouvelle, souvent paternelle, qui accueille la vie soudain, qui part au boulot l’matin, qui tarde à prendre le train des soins quotidiens. Absente toute la journée. Non préparée, non habituée. Cervelle plus épargnée tout le jour par le cadet des grands soucis de la veille sur le bébé de l’amour. Souvent, tu restes immobile, érodée, intranquille, à moitié morte devant la porte de l’entraide dans le couple. Te révélant tout sauf souple, jugeant l’autre insuffisant, chaque initiative médiocre, chaque geste en mieux reprenant. Tu gonfles de joie devoir fierté – parfois attention résignation ! – pour ce qui est de fabriquer développer confirmer conforter une spécialité du soin d’importance réassurance… Savoir faire au féminin et tout le tintouin. Tu te fais peau de chagrin, de temps en temps, quand il s’agit de laisser sa chance au débutant incertain. Le mépris n’est pas si loin.

Quand, au contraire, tu te déploies, que tu ouvres tout grand les bras, à petits pas dans les coulisses, de la personne qui se hisse au sommet de tous ses doutes, apprenante, hésitante, tu peux lui montrer la route, réjouissante, indulgente, des aptitudes conquises par ta douce entremise.

Capacités partagées, à temps complet.

« Si aménagement des temps il doit y avoir, la seule solution est de répartir entre les pères et les mères. Pour le plus grand profit de tous : couples, enfants et entreprises. »

Sylviane Giampino