1984 – Dans la voiture

Un professeur avait décidé de vous placer côte à côte. Pour te missionner. Tu devais veiller à ce qu’elle prenne bien le cours. L’aider à résorber ou limiter son retard, surtout en français, à l’écrit. Peut-être dans d’autres matières, tu ne te souviens plus.


Ecouter “1984 – Dans la voiture” en audio

A l’époque, le redoublement semblait une issue pour les élèves qui n’entraient pas dans le moule. Il arrivait de compter trois ou quatre ans d’écart entre élèves dans le même niveau de classe. Naissance en novembre pour toi, avec deux ans passés en maternelle au lieu de trois. D’office un à deux ans d’écart avec une bonne partie de la classe. Tu avais donc douze ans, elle quinze, peut-être même seize. Toi, tu étais une petite collégienne encore spontanée qui faisait assez docilement ses devoirs. Elle, c’était une adulte qui espérait manger tous les soirs.

Elle avait de belles boucles blondes et courtes, qui retombaient sur son visage rieur. Des yeux bleu clair qu’elle maquillait de fard à paupières, toujours le même. Un joli nez retroussé et une peau de pêche, blanche, qui avait l’air très douce. Elle portait des jeans moulants qui mettaient en valeur son corps de femme déjà formé et des chemises qui retombaient nonchalamment dessus. Son odeur était fleurie et entêtante. Elle venait chaque jour parfumée et portait une chaîne autour du cou. Elle était discrète. Souriante souvent. Seule aussi. Tu ne lui connaissais personne au collège qui s’était lié d’amitié avec elle. Elle semblait à part. Manquait souvent. Ne se mêlait à rien. Aucune de vos conversations ne lui paraissait avoir d’intérêt, mais elle ne jugeait pas, ne commentait pas. Elle était absente. Peut-être même transparente. Pourtant, cette proximité qu’avait organisée ce professeur entre elle et toi l’avait progressivement amenée à se confier. Et tu avais su. La mère partie depuis longtemps. Le père ivre régulièrement. Le loyer à payer dans le HLM derrière le lycée, en face de ton cours de danse, là où il ne fallait pas trainer le jour tombé. Et puis les hommes mariés. Des nouveaux ou des réguliers. Les rendez-vous dans leur voiture, n’importe quand. Le jour, la nuit. Les billets empochés pour payer le loyer. Pour acheter à manger. Le père qui s’en doutait ou qui savait.

1985 – La leçon d’esthétique

La honte te submerge. En plus de ton acné, de la preuve terrifiante de ton passage au salon de coiffure et de ton humiliation publique que vient d’orchestrer Monsieur S., l’intervention de ton camarade devant toute la classe amplifie ton souhait le plus cher : disparaître. Petite souris tu voudrais être. Le garçon se rassoit, probablement autant gêné que toi.

Ecouter “1985-La leçon d’esthétique” en audio

C’était un jour de rentrée.

Du haut de tes treize ans, pleine d’allant et d’envie de changement, tu avais eu cette idée folle, avant le retour à l’école. Tu les voulais plus ondulés, tes cheveux déjà souples mais pas assez. Résultat, après avoir choisi un modèle sur un magazine, puis passé un temps infini sous un casque brûlant, tu les as eus frisotés asséchés. La jeune débutante avait dû t’oublier. Impossible de dire un mot en réglant la note. Impossible de ne pas penser à cet argent, obtenu de tes parents, que tu avais si mal dépensé. Pleurs inconsolables en rentrant et plusieurs jours suivants.

Il a bien fallu affronter le retour au collège. Ton professeur de français n’avait de cesse de vous donner des leçons de présentation et autres cours de communication. Il répétait ce mot sans relâche, sans que tu ne saches jamais de quoi il parlait. D’après lui, vous entriez dans son ère. Le monde du vieux Monsieur S. aux cheveux blancs, petit et l’œil fouineur, n’était pas que communication : il était aussi organisation. Militaire l’organisation. Le général a quatre galons, disait-il, donc vous soulignerez les grands titres avec quatre traits, en noir. Ensuite, puisque le colonel a trois galons, les sous-titres auront droit à trois traits, en rouge, et ainsi de suite. Je ramasse les cahiers et tout doit être organisé comme je vous l’ai demandé, en respectant alinéas, couleurs et nombre de traits. Son mot d’ordre était l’ordre, mais son ordre du monde ne l’empêchait pas de tenter sa chance auprès de ta mère, lors des rencontres parents-profs. Dithyrambique sur ses tenues ou sa beauté en même temps que sur ton travail, il avançait sans retenue ses complimenteuses trouvailles. Toi, présente mais visiblement transparente, morte de honte et tremblante.

Quand toute la classe s’est assise ce jour-là, Monsieur S. annonce que vous commencerez le cours de français par une réflexion sur la beauté. Il te regarde bien en face et te demande de venir au tableau. Tu es si mal que ton corps se détache de toi. Tes jambes te portent. Il pose alors cette question à la classe : quelle est la différence entre le laid et le beau ? Grand silence. Il répète. Nouveau grand silence. Une partie des élèves baisse la tête. Tu ne rencontres aucun regard. Peut-être baisses-tu la tête toi aussi. Le beau, dit-il alors en te pointant, c’est le contraire du laid. Malaise dans la classe. A ce moment-là, un de tes camarades, avec lequel tu t’entends bien et que tu voies souvent avec tes amies en dehors de la classe, demande la parole en levant la main. Oui, vous souhaitez ajouter quelque chose ? Il se lève alors : Monsieur, moi, je la trouve très belle. Monsieur S. surpris, te regarde et t’enjoint de retourner à ta place. Le vrai cours peut commencer.

De ce cours de français, ces souvenirs-là sont pourtant tout ce qu’il te restera.

Années 80 – La branche de sapin


Ecouter “Années 80 – La branche de sapin” en audio

Ta joue te brûle. Par réflexe, tu la couvres de ta main. Peut-être la protègera-t-elle d’une prochaine volée. La branche de sapin est encore bien tenue par la main du garçon. Elle semble la prolonger, l’augmenter, figurant sans doute une sorte de barrière entre lui et toi. Oh non, il ne t’a pas touchée, pas frappée directement : en descendant du car scolaire, il a arraché une branche au premier arbre aperçu et l’a promptement utilisée pour te menacer. T’humilier. Se venger. Te fouetter le visage. Te faire comprendre que tu ne vas pas t’en sortir comme ça. Vous n’êtes que deux à sortir à ton arrêt et personne dans la rue n’assiste à la scène. Tu le croises tous les jours et as pu suivre la transformation de son attention pour toi en haine de toi.

Cela fait des semaines qu’il te tourne autour, sollicitant ton intérêt de toutes les manières à disposition d’un enfant animé d’un désir, d’une volonté, d’un but. Te suivant, te souriant, osant te demander ouvertement de sortir avec lui, te complimentant sur ci ou ça. Persévérant. N’écoutant pas tes réponses, tes refus, tes non, ton malaise, tes tentatives d’échapper à sa présence, à son entêtement. Passant alors aux propos insistants. Menaçants. Puis tu perçois la haine dans ses yeux, peut-être la blessure aussi, lorsqu’un matin à l’arrêt de bus, tu trouves une réplique pour mettre une fin définitive à ses tentatives répétées. Ce jour-là, il reçoit Tu es un plouc. Sans doute ressent-il la force de ton mépris dans cette riposte enfantine. Tu ne saisis pas d’ailleurs ce qu’elle veut dire. Tu as toi aussi une dizaine d’années. Tu as répété ce que des adultes disent parfois.

« Dis-moi donc bergère, mais que s’est-il passé ? Ce n’est pas du tout ce que mon père et mon grand-père m’ont raconté. Ils m’ont dit que les filles n’attendaient plus que moi Qu’avant de fonder une famille je devais m’amuser comme un roi (…) Dis-moi dis-moi bergère, pour qui te prends-tu donc ? (…) Vraiment tu exagères, de tant me résister, Tu devrais être fière que je t’ai remarquée. »

Anne Sylvestre, Bergère, 1975

A quel moment, dans le mécanisme de défense d’une personne qui se sent agressée, bascule-t-elle dans un comportement qui porte atteinte, qui blesse l’autre, alors qu’elle ne souhaite que se préserver ? Par quels mécanismes se tient-elle pour responsable de ce qu’elle inflige à l’ego fragile de son agresseur en le repoussant fermement ?

Tenant toujours ta joue, tu évites son regard, fixant le tien sur l’instrument improvisé, te demandant s’il va à nouveau lever la branche sur toi. Echangez-vous quelques mots alors ? Aucun autre souvenir que le bruit de la branche qui craque puis qui claque. Tu sors enfin de ta tétanie. Tes jambes te conduisent maintenant au pas de course jusqu’à chez toi. Tu ouvres la porte d’un geste précipité tandis qu’un hurlement libérateur sort de ta bouche : « Maman !!!! »

Aucune hésitation chez ta mère. Elle sonne chez lui. Tu es là, à ses côtés, piteuse et sonnée, un peu honteuse d’avoir rapporté, mais reconnaissante aussi d’être écoutée. Justice peut être rendue. Tu aimerais quand même te faire petite souris. Que se passera-t-il, quand la porte s’ouvrira ? Tu trembles. L’échange entre les deux mères a lieu. Le garçon est appelé d’urgence à comparaître. A raconter sa version. Ça sent la sanction, peut-être les coups, en tous cas, le mauvais quart d’heure qu’il passera. Ça y est, il est là, à nouveau devant toi. Doit te présenter ses excuses. Promettre de ne jamais plus t’embêter. Il baisse la tête. Rouge de honte. Semble avoir fait une très grosse bêtise. Même si ta joue à toi te fait mal, tu as aussi mal pour lui. Tu sens son humiliation grandie.

Tu imagines que c’est difficile déjà, d’oser faire le premier pas. On dit aux garçons que c’est à eux de commencer. Puis bien sûr certaines filles ne sont pas intéressées. Les rejettent. Mais certains n’apprécient pas vraiment qu’on leur dise non. Ça les met en colère. Un terrible désir de vengeance s’empare d’eux. Car leur ego en a pris un coup. C’est toute une affaire d’apprendre à gérer ses frustrations, quand on a le désir autorisé. Favorisé. Conquérant.

Tu viens donc de vivre une de tes premières expériences du non consentement. De ses conséquences scabreuses. Et de la culpabilité qui peut en découler.

Mais aussi de ton droit de personne à non consentir. Reconnu par ta mère.

« Créons les conditions pour que l’enfant ait confiance en nous. En cas d’agression ou de harcèlement, et quel que soit l’agresseur, l’enfant doit avoir la certitude que sa mère l’écoutera, la croira, qu’elle la prendra dans ses bras, très longtemps. Et qu’elle va s’occuper de tout. »

Fatima Ouassak

Anne, ma soeur Anne

Ecouter “Anne, ma soeur Anne” en audio
Anne, ma sœur Anne
 
Hier soir, une grande dame est morte.
Ce que vous ne savez pas, c’est qu’elle a sonné à ma porte.
Elle m’a dit, je peux rester ?
J’ai répondu, mais oui entrez !
Anne, ma sœur Anne, venez vous reposer
Dans mon Panthéon personnel
Je vous ai fait une place de reine
Comme à toutes celles que j’abrite
J’y brûlerai des lampions
Qui éclaireront vos chansons
Elles brilleront comme des pépites
Et la lumière sera si belle
 
Je vous ai toujours connue
Ma mère m’avait parlé de vous
Vous étiez proches sans vous connaître
J’étais une môme que ravissait
Cette berceuse pour une pomme
« Oh Oh, dis la pomme, pourquoi voulez-vous que je dorme ? »
A mon tour j’ai parlé de vous
A mes enfants l’une après l’autre
« Tourne le phare » je leur ai dit
« Et à sept ans on perd ses dents »
 
En parallèle je découvrais
En même temps que je militais
Que vous aviez presque chanté
Sur tout ce qui me révoltait
J’aurais aimé que mes grands-mères
Prennent des vacances comme Clémence
J’ai adoré votre bergère
J’ai ri de son impertinence
 
Un jour j’ai dit à mes enfants
Que nous devions nous souder toutes
Que chacune avait ses raisons
D’agir à sa façon
(Là-dessus je n’ai pas de doutes
M’auriez-vous aimée tout de même ?)
Le chemin n’est pas si facile
Pour se sentir toutes Frangines  
Mais je jure de la cultiver
La sororité
 
Anne, ma mère Anne, puisque vous avez dû partir
Je deviens ce jour votre fille
Votre héritage dans ma besace
Je poursuis humblement ma foi
Votre quête et votre combat
Inspirée par vos mille chansons
A ma façon

Mais quel genre de personne es-tu ?

Attention, des néologismes peuvent avoir envahi ce texte pour révéler au mieux une vérité toute personnelle.


Ecouter “Mais quel genre de personne es-tu ?” en audio

Relationnelle. Qui aime les gens, les discussions sur le marché, les imprévus (l’amie qui sonne sans s’être annoncée), la spontanéité, les interactions, l’amitié. L’humanité.

Désemparée. Franchement déçue, coupée dans ton élan d’un coup, quand l’échange qui s’annonce n’en sera un que dans ton imagination. Parce qu’aucun lien ne se nouera avec qui pourrait pourtant, sûrement, quelque chose pour toi.

Un rien distraite. Gagnée par la perplexité pour commencer, lorsque, après avoir écouté le début du monologue de la machine au téléphone, dont la rengaine monotone conduit à coup sûr ton attention à vagabonder, tu laisses passer sans t’en apercevoir l’information qui peut-être t’aurait aidée à sortir du noir.

Mi-persévérante, mi-obéissante. Déterminée et concentrée, tu répètes l’opération familière désormais : le numéro, les dièses, les sons et toutes les étoiles du firmament qui soient. Jusqu’à ce que l’information visée t’échappe… pour la xième fois.

Autocritique. Mais bon sang, bien sûr ! Il fallait t’équiper !! Papier crayon, la fois d’après ! Prendre des notes, y a que ça de vrai !

Impatiente. Une demi-heure que tu es là, en pourparlers dans le combiné, à t’acharner sans avancer !!

Virulente. Du genre à n’envisager à présent que l’option « parler à une conseillère / un conseiller », pour enfin lui dire son fait, non mais !!

Horripilée. Qui hurle, sortie d’un bond du canapé, à cette machine dans le combiné, devant ton enfant éberluée : « Tapez un, tapez deux, tapez trois, tapez quatre… Mais c’est moi qui vais te taper, bécasse !!!! » (tes mots choisis étaient moins jolis, en vrai)

Désemparée. Du genre à te laisser tomber, mortifiée par ta réaction, dans l’un des fauteuils du salon.

Angoissée. Te demander comment on fait pour accepter un tel « progrès ». La machine interlocutrice. La procédure à appliquer. L’aide en ligne à apprivoiser. D’évidence, tu ne veux pas vieillir dans ce modernisme avancé. D’évidence, tu ne pourras pas vieillir dans cette société-là.

Alarmée. Se déclarer. S’enregistrer. Créer un compte, puis deux. Un dixième. Un centième. Saisir toute sa vie sur le net. La machine personnelle comme prolongement de soi. Comme lien obligatoire avec le travail, l’administration, l’école, les autres… Sinon quoi ? Un mot de passe, deux mots de passe, cent mots de passe. Des conditions générales validées sans lecture. Des données stockées dans un cloud du ciel. Des centrales électriques pour les maintenir en « vie ». Une dépendance technologique et énergétique. Des humains qui conversent avec des machines sans rechigner. Qui se font servir dans leur quotidien par des Alexia programmées à les habituer à perdre leur capacité de faire. Et demain, que se passe-t-il ? Si nous ne faisons rien, demain, nous serons là où nous allons, dit un proverbe.

Offusquée. Du genre à refuser de contribuer à la suppression organisée des face-à-face entre les gens. Celle qui place le travail rémunéré en amont, en conception d’algorithmes et de robot, ou en aval, au service stockage, livraison en deux minutes chrono ou réclamations. Qui le réduit en passant. Celle qui impose (transfère) un travail réel mais non rémunéré chez la personne usagère, cliente, patiente. Et qui exclut des millions de gens.

Enlarmée. Du genre submergée par les larmes quand au bout du fil Robocop est programmé pour te servir ce qu’il a décidé lui, listant une flopée d’options qui s’enchaînent si clairement, pourtant. Quand ton souci n’est pas traité après du temps pourtant passé et des touches bien actionnées. Quand tu te sens osciller entre impuissance et stupidité.

Réfléchissante. Du genre à te demander quel genre de personne tu es, pour finir dans un tel état, à chaque fois. Es-tu la seule dans ce cas-là ? Faut-il appeler Alexia pour un diagnostic psychologique ? A moins que le système entier soit la cause de ton état. De ton tracas. De ton trauma.

C’est fou ce qu’un robot peut révéler sur ta personnalité. Du développement personnel sans rien demander.

Pas bien sûre d’avoir progressé.

Sûrement du genre… inadaptée.

Congé 2ème parent : pourquoi défendre une longue part obligatoire ? (partie 2)

J’ai annoncé au moins dix arguments dans un billet précédent pour que soit mis en place un congé paternité / deuxième parent non seulement long, mais avec une part obligatoire SIGNIFICATIVE. Après les quatre premiers, voici les deux suivants, qui concernent, pour les personnes salariées, la relation parent-employeur.


Ecouter “Congé 2ème parent : pourquoi défendre une longue part obligatoire (partie 2)” en audio

5. Rééquilibrer le pouvoir de négociation des parents auprès des employeurs

La mère salariée, elle, ne choisit pas de s’absenter ou non du travail. Son droit est d’office exercé. Le congé maternité est en effet envisagé non seulement comme un droit (il ne peut être refusé par l’employeur, est protégé quant aux conditions de retour, est rémunéré), mais aussi comme un devoir de mère. Au départ, il s’agit plutôt d’écouter Dame Nature. Une fois la grossesse désirée bien avancée, elle mettra au monde l’enfant. Ensuite, Dame Culture entre en scène. Vient ce qui a été défini socialement pour les protéger, elle et l’enfant, mais aussi pour lui confier, à elle en particulier, le premier rôle dans le scénario d’accueil du bébé et de ses conséquences. Construction culturelle à discuter. Elle déclarera sa grossesse à son employeur (malgré ses craintes de représailles, ou son éventuel sentiment de culpabilité ou de déloyauté). Elle exercera son droit à congé, certes protecteur, mais aux conséquences sociales spécifiques, en dépit de la bienveillance de ses employeur et collègues. Au moins parce que le contexte social, dans lequel chaque parent se situe (influence des médias, des marques, de l’entourage, de l’école, etc.), véhicule des représentations des rôles différenciées sur les hommes et les femmes. Il ne peut produire de comparables effets. A moins que ces représentations bougent.

Certes, l’exercice d’une liberté, même dans un cadre contraint, apparaît préférable à l’exercice d’un devoir. C’est sans doute pour en faire goûter une once aux femmes qu’une option a été instaurée il y a quelques années. Elles peuvent désormais, si leur santé le permet, différer le début de leur congé maternité, de sorte que le congé post-natal atteigne treize semaines au lieu de dix. Appréciable, puisque les grossesses ne se ressemblent pas. Cependant, leur congé et sa durée minimale conservent, contrairement à celui des hommes, leur caractère obligatoire. Elles sont en effet non employables pendant six semaines après la naissance, non indemnisées si elles ne prennent pas un minimum de huit semaines en tant que salariées, de seize semaines si elles sont demandeuses d’emploi.[1] Une protection, certes, mais aussi une inégalité certaine de situation face à l’employeur, aux autres enfants, au père et à l’enfant concerné·e.


Le revenu du travail des femmes en couple ne serait plus envisagé comme un « salaire d’appoint ».


Ainsi, si Ikea est progressiste dans sa mesure, l’égalité de situation pour les deux parents n’est pas tout à fait au programme : les pères peuvent prendre leur nouveau congé de cinq semaines « en une ou plusieurs fois et quand ils le souhaitent, avant les deux ans de l’enfant », nous précise le Huffpost. Leur pouvoir de négociation reste donc supérieur à celui des mères auprès de l’employeur. Pour un même enfant à naître, la mère semble imposer ses contraintes au travail, le père s’adapter à celles du sien. Même cause, conséquences bien différentes.

Par ailleurs, si un ambitieux congé paternité était en vigueur, les femmes seraient sans doute moins ciblées par les employeurs comme LE groupe auquel imposer des temps partiels ou d’autres formes de précarité. Puisque chaque naissance rendrait possible et probable un retrait du travail, puis la réduction par quiconque de son temps de travail et de son revenu, le revenu du travail des femmes en couple ne serait plus envisagé comme un « salaire d’appoint ».

6. Prévenir la possibilité pour un employeur d’empêcher la prise du congé

En pratique, le caractère optionnel du droit actuel à congé (ainsi que son faible niveau de rémunération) conduit seulement 70% des jeunes pères à l’exercer parmi les salariés du privé (90% dans le public et environ un tiers des indépendants en 2012)[i].


Rendre obligatoire le congé paternité favorisera l’égalité entre les pères.


Les pères ont le choix non seulement de la requête du congé, mais aussi du moment de sa prise, jusqu’aux quatre mois de l’enfant, ainsi que de sa durée dans l’enveloppe des onze jours accordés de droit. Ayant la possibilité de ne pas l’activer, dans les faits, ils risquent de subir pressions et influences sur ces trois éléments. La peur d’un regard critique de la part de l’employeur ou des collègues peut empêcher la demande de congé. La prise partielle, ou la négociation, avec son employeur, du moment le plus adapté aux contraintes de l’activité, constituent alors des moyens d’échapper à, ou de minimiser, ce jugement réprobateur. L’Italie et le Portugal, constatant que les travailleurs précaires ne le prenaient pas, ont décidé d’en rendre une partie obligatoire.[2] En Italie, quatre jours sont obligatoires et un facultatif depuis 2018. Au Portugal, depuis 2009 le père bénéficie de dix jours obligatoires et de dix jours facultatifs intégralement rémunérés ainsi que de la possibilité de profiter du cinquième mois du congé maternité, si la mère reprend le travail à l’issue des quatre mois, ainsi que du transfert des deux heures par jour de congé d’allaitement[ii].

Rendre obligatoire le congé paternité favorisera l’égalité entre les pères. En effet, ils n’auront pas à négocier avec leur employeur puisque ce sera la loi. Comme les mères actuellement, ils créeront, en devenant parents, des contraintes pour leur employeur.

Ce caractère obligatoire n’approchera une situation égalitaire pour les deux parents que si la durée du congé des pères est proche de celle des mères. Alors seulement, les employeurs considèreront quiconque avec ce même regard compréhensif, sans doute résigné à court terme, mais juste. Ils se diront : « Des personnes, quel que soit leur sexe, peuvent un jour devenir parents ; cet événement va créer, légalement, une rupture professionnelle qui nécessitera une organisation en conséquence au travail. »


[1] Un expert de la sécurité sociale précise sur le site ameli.fr : « Vous ne pouvez pas prendre moins de 8 semaines (consécutives) de congé maternité. En dessous de ce seuil, le congé n’est plus indemnisable. Vous devez obligatoirement prendre 6 semaines en postnatal car la loi interdit à un employeur d’employer une femme pendant ces 6 semaines. »  – Source : https://forum-assures.ameli.fr/questions/1432935-conge-maternite-reduit

[2] Informations issues du rapport « Voies de réforme des congés parentaux dans une stratégie globale d’accueil de la petite enfance – Rapport adopté par le Conseil de la famille le 13 février 2019 », qui donne un aperçu aussi de ce qui est en place ailleurs, disponible sur https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/194000205.pdf


[i] Source : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/etudes-et-resultats/article/le-conge-de-paternite-un-droit-exerce-par-sept-peres-sur-dix

[ii] Source : https://www.courrierinternational.com/article/2012/10/29/pere-a-plein-temps

Congé 2ème parent : pourquoi défendre une longue part obligatoire ? (partie 1)

J’ai annoncé au moins dix arguments dans mon billet précédent pour que soit mis en place un congé paternité / deuxième parent non seulement long, mais avec une part obligatoire SIGNIFICATIVE (petit pas : le Sénat vient d’acter cette semaine de… sept jours obligatoires pour juillet 2021). Voici les quatre premiers.


Ecouter “Congé 2ème parent : pourquoi défendre une longue part obligatoire ? (partie 1)” en audio

1. Augmenter les possibilités pour les mères de faire des choix

La question qui se pose, quand il s’agit d’imposer quelque chose, est bien sûr celle de l’obstruction des libertés… Faut-il forcer au chausse-pied les couples hétérosexuels à l’égalité ? Créer un congé paternité obligatoire serait-il intrusif dans un couple qui d’un commun accord décide de maintenir les rôles traditionnels sexués ? A quel titre condamner ce schéma ? Ma réponse est celle-ci : « Dans quelle mesure le commun accord est-il équilibré, choisi de façon éclairée par les deux parties dans un couple ? » Abordant l’inégale répartition des tâches dans les familles, qui mène certaines femmes à s’occuper de leur foyer, l’historien Ivan Jablonka avance que « toute mère au foyer doit pouvoir revenir sur son choix à tout moment (…) Cela suppose, au minimum, d’avoir fait des études, passé le permis de conduire et cotisé pour sa retraite, sans quoi l’investissement domestique n’aura offert que le confort de la servitude. A cette condition sine qua non, on peut accepter les configurations où, pour une période donnée, en fonction des exigences de carrière, l’un des conjoints s’investit moins que l’autre dans la famille. Cet arrangement ne doit pas profiter qu’aux hommes. (…) Le féminisme doit respecter les compromis de couple, mais les compromis de couples doivent aussi respecter le féminisme. »

L’imposition d’un tel congé pour le père, libérant les mères de leur place omnipotente dans la fonction-mère, les prémunirait contre le non choix, la résignation ou l’abandon de soi, qui peut résulter de l’enfermement.

2. Echapper à l’enfermement des hommes et femmes dans des rôles sexués

En creux, le caractère optionnel du congé actuel entérine le rôle prépondérant de l’homme pourvoyeur de revenus dans les familles, tandis que la mère reste la pourvoyeuse de soin attitrée. Elle a pourtant fait son entrée et son chemin depuis un moment dans le travail rémunéré. Lui est pourtant tout à fait capable, au même titre que toute femme réputée d’office compétente, de dispenser les soins requis ou de s’y entraîner. Victoire Tuaillon, dans son ouvrage Les couilles sur la Table (2019) suggère que nombre d’hommes ne sont pas encore prêts, d’eux-mêmes, à sauter le pas de l’implication, à moins que ce soit le dialogue – ou la confrontation – avec leur partenaire qui les effraie. Elle cite les propos de François Fatoux, membre du Haut Conseil à l’Egalité entre les hommes et les femmes, rapportés dans Ouest France le 8 mars 2015 : « Un homme sur quatre avoue qu’il reste plus longtemps au travail le soir, prétextant que son patron le lui a demandé, pour rentrer après les devoirs et la préparation du repas. D’autres achètent « la paix » en faisant des cadeaux à leur compagne. La technique la plus répandue reste le fameux « je le ferai la prochaine fois ». Plus original, 39% avouent se cacher ou sortir de la maison. Certains ont même déclaré faire semblant d’être souffrants. » Se permettre de choisir, détenir la liberté de s’investir ou pas, dès lors que l’on a décidé (ou juste accepté ?) de faire un enfant, c’est enfermer la mère dans ce rôle. Si le congé paternité devient obligatoire, la responsabilité parentale effective sera plus souvent mixte et le choix d’enfant réfléchi à deux.

Aujourd’hui, certaines femmes, après un investissement important au foyer, sont parfois contraintes, par nécessité économique, de prendre place dans la sphère professionnelle. Quand elles y parviennent, cette nouvelle situation, hors de chez elle, rémunératrice, peut les conduire à développer une pensée sociale et politique parfois confiée jusque-là à leur conjoint. Aujourd’hui, certains hommes, précédemment pris en charge sur le plan domestique ou familial, se trouvent démunis parce que leur exclusion des tâches d’entretien, de la cuisine ou de l’éducation a été constante. Assignés à un rôle de pourvoyeurs de revenus, ils n’ont pu créer la relation avec leurs enfants qui aurait permis confiance et confidences. Pratiquant insuffisamment le travail émotionnel (Victoire Tuaillon), ils se sentent plus souvent perdus face à la maladie et au soin nécessaire de leur partenaire de vie. « Une étude terrifiante montre que les femmes ont sept fois plus de chances d’être abandonnées par leur conjoint quand elles ont un cancer (21% des cas) que les hommes par leur conjointe quand ils sont dans la même situation (3% des cas) »[i]. Quelles libertés, mais aussi quelles responsabilités est-on en capacité d’exercer vraiment dans les domaines dont on s’est exclu·e toute sa vie ?

3. S’adapter aux différentes configurations familiales

Au-delà de considérer aptes les deux parents de sexe différent dans le soin des enfants, l’alignement du caractère obligatoire du congé maternité sur celui de l’autre parent permettra de considérer de façon équivalente deux parents éventuellement de même sexe vis-à-vis de l’enfant à naître. Cette mesure permettrait de considérer davantage l’enfant comme bénéficiant a priori de l’attention de deux personnes qui en déclarent la responsabilité parentale, indépendamment de leur sexe. Cette mesure, en légitimant la double responsabilité de l’accueil et du soin de l’enfant, serait en phase avec des configurations familiales plurielles.

4. Rééquilibrer le pouvoir de négociation au sein des couples

Imaginons les effets d’un congé paternité obligatoire qui se substituerait à la persistante mais délicate attention française « On ne peut pas le leur imposer quand même ! ». Tout d’abord, 100% des pères concernés le prendraient, au lieu de près de 70%. En toute logique, les 30% de jeunes enfants français n’ayant pas la chance de compter actuellement sur cette disponibilité à temps plein de leur père en bénéficieraient, tandis que leurs mères seraient bien soulagées (au moins dans le monde salarié). Les 100% des mères de ces bébés n’auraient pas à négocier avec leur compagnon la prise du congé, ni sa durée – « Tu pourras prendre quatre ou huit ou onze jours ? »  (7% des pères qui le prennent ne le prennent pas en totalité)[ii], puisque comme pour elles, une durée minimale serait instaurée par voie légale.

La plupart des mères subissent aujourd’hui seules les effets domestiques, familiaux et professionnels, de leur retrait long (mais plus court que dans d’autres pays d’Europe) et obligatoire du travail, qui déclenche une (ré)assignation des deux sexes dans des rôles traditionnels. Cette confirmation persistante des rôles sexués déséquilibre le pouvoir de négociation au sein des couples, ce qui affecte un ensemble de choix de vie. Le lieu de vie ou de travail, le type d’emploi recherché, la disponibilité requise, l’évolution professionnelle, le temps de travail de chacun·e, les adaptations des emplois aux âges et besoins de l’enfant, ou encore le mode de garde, ses horaires et les moyens à y consacrer sont autant de sujets dans lesquels les pouvoirs de négociation sont inégaux dans un couple aux membres impliqués inéquitablement dans les tâches parentales.

Les trajectoires individuelles seraient davantage rediscutées si un congé paternité long était une étape obligatoire dans le devenir parent.


[i] Victoire Tuaillon, Les couilles sur la table, Binge.audio.editions, (p.132), 2019, à propos de l’étude citée Gender disparity in the rate of partner abandonnent in patients with serious medical illness, Cancer, 2009 (Collectif)

[ii] Source Hélène Périvier, 2017, « Réduire les inégalités professionnelles en réformant le congé paternité», OFCE policy brief 11, 12 janvier  

Congé 2ème parent : une vraie part obligatoire pour dix lueurs d’espoir

Un congé deuxième parent long et obligatoire rendrait sa prise aussi peu négociable que l’est actuellement celle des mères. Imposé en cas de parentalité, mais par conséquent… garanti. Ce serait une avancée réelle vers l’égalité domestique, familiale et professionnelle, ainsi que vers les libertés qui en découleront.

Ecouter “Congé 2ème parent : une vraie part obligatoire pour dix lueurs d’espoir” en audio

Le législateur est épris d’égalité des sexes, en toute cohérence avec le principe constitutionnel affirmé… Aidons-le à concrétiser ses intentions. Pour ce faire, la remise en cause des rôles sexués doit être à son programme, avec des pères s’impliquant davantage dans la sphère domestique et familiale. Comme doit l’être le changement de la culture employeurs, en habituant ces derniers aux répercussions de ce nouveau rôle paternel sur le travail. Pour l’instant, timide mais bien intentionné, le législateur français a accordé en janvier 2002 un droit à congé assorti de différentes options, puis a invité les bénéficiaires potentiel·le·s à l’activer… ou non. Et ce n’est pas l’annonce récente d’un passage à sept malheureux jours obligatoires dès 2021 qui risque changer la donne !

Il a donc instauré un droit activable. Dans notre pays, la prise de ce congé relève du droit pour les salariés, non d’un devoir parental. Ni obligation, ni responsabilité évidente. Les pères y sont considérés libres de faire valoir ce droit, invités à entrer par l’ouverture légale, mais pouvant décider par eux-mêmes de sonner à la porte comme de leur degré d’occupation du territoire parental, auprès de leur jeune rejeton comme de leur compagne. L’opinion publique semble pour l’instant en phase avec cette vision, puisque sept personnes sur dix pensent en France que le congé paternité doit rester facultatif, autant les hommes que les femmes, même si les plus jeunes sont un peu plus favorables à le rendre obligatoire (Baromètre de la DREES, 2016).[i] L’imposition de ce congé ne semble pas encore une option crédible d’après notre gouvernement non plus : lors de la mise en discussion du sujet au niveau Européen en Avril 2019, Emmanuel Macron a indiqué son opposition, pour des raisons financières qu’il estime donc supérieures à l’égalité des sexes, au caractère obligatoire du congé paternité[ii]. Il me faut donc trouver de bons arguments. L’argument préalable et sans doute principal sera que l’égalité n’a pas à être estimée financièrement (quand il s’agit de sécurité ou de défense, ce débat n’a pas lieu…). Elle n’a pas de prix, comme la politologue Réjane Sénac l’exprime dans son ouvrage L’égalité sous conditions. Elle y démontre que ce principe républicain n’a pas à être économiquement rentable. Ni performant.[1] Elle s’oppose à l’étude de la performance de l’égalité comme condition de sa mise en place. Que deviendrait le système démocratique si l’égalité engageait des dépenses sans atteindre la performance visée ? L’égalité relève d’un principe de justice. Un tout autre registre. Un horizon écrit sur nos frontons.

Le congé 2ème parent, s’il était obligatoire pour une grande part (la longue durée nécessaire ayant déjà été déjà argumentée), permettrait en outre de :

  1. Augmenter les possibilités pour les mères de faire des choix
  2. Echapper à l’enfermement des hommes et femmes dans des rôles sexués
  3. S’adapter aux différentes configurations familiales
  4. Rééquilibrer le pouvoir de négociation au sein des couples
  5. Rééquilibrer le pouvoir de négociation des parents auprès des employeurs
  6. Prévenir la possibilité pour un employeur d’empêcher la prise du congé
  7. Adapter le travail à la condition humaine
  8. Equilibrer les libertés des pères et celles des mères
  9. Bénéficier des expériences des pays voisins
  10. Mettre en place une mesure d’intérêt général

Voici donc au moins dix bonnes raisons de défendre un retrait obligatoire du travail, au motif d’une parentalité imminente ou nouvelle pour le deuxième parent. Sur chacune je m’expliquerai dans les prochains billets.


[1] Réjane Sénac insiste sur la nécessité de ne pas mettre l’égalité au service de l’économie libérale. Les catégories désignées comme singulières dans les logiques de promotion des différences (qu’elle désigne comme les « non frères », donc les femmes et les personnes racisées) n’ont pas à être valorisées comme les complémentaires des catégories instaurées en référence, donc dominantes (les hommes blancs).


[i] Source : Les Français et les congés de maternité et paternité : opinion et recours, Etudes & Résultats DREES (Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques), n°1098, Janvier 2019

[ii] Source : https://www.huffingtonpost.fr/entry/conge-parental-europeen-comment-la-france-a-fait-voter-une-version-au-rabais_fr_5c9b302ce4b07c88662d7c09

S’interrompre autant pour les deux parents – Partie 2

Les initiatives réclamant un allongement du congé deuxième parent fleurissent depuis des années, puisque pour enrayer les inégalités créées socialement et donc réductibles, un temps suffisamment long accordé à l’autre parent est déterminant. Pour que la rupture temporelle vécue soit comparable à celle que vit la mère.

Ecouter “S’interrompre autant pour les deux parents – Partie 2” en audio

Afin de définir cette durée pertinemment, les quatre fonctions d’un congé juste sont utiles à mentionner.

. Soutenir sa compagne

Premièrement, un congé long permettra au deuxième parent d’accompagner la jeune mère, qui peut, même avant d’accoucher, avoir besoin de soutien physique, moral ou organisationnel. Elle aspirera au repos, s’étant soudain découverte marathonienne le jour J… La plupart des accouchements durent en effet près d’une journée, nécessitant, selon le corps médical, autant d’efforts qu’une course de quarante-deux kilomètres ! Repos difficile à trouver si elle nourrit seule jour et nuit l’enfant, qui semble crier famine sans discontinuer pendant des semaines. Elle sera en quête du bon rythme et des bons gestes du nourrissage. Les besoins de l’enfant sont exprimés par des pleurs variés, plus ou moins compréhensibles. Faim toutes les trois heures en moyenne, besoins de succion à répétition. Change après chaque repas. Maux de ventre. Sommeil haché. Pleurs calmés par des câlins. Sommeil trouvé par des câlins. Corps à corps apaisant pour l’enfant. Bien moins épuisant si deux corps disponibles au lieu d’un. Immense fatigue physique et psychique dans laquelle peut plonger un éventuel allaitement. Entraînement plus personnel alors. Tâtonnements décrits intégralement partageables lorsque le biberon s’invite au nourrissage.

Programme de ré-appropriation de ce corps jusqu’alors en service commandé, profondément transformé. Enveloppe corporelle étonnante, certes sienne, qui s’est révélée un brin étrangère pendant le long événement. Attention : dissociation possible. Le corps a en effet logé pendant des mois un ou une petite habitante, puis a dirigé tant bien que mal sa sortie au grand air, s’imprégnant de quelques séquelles et traumatismes. Une nouvelle mère, propulsée immédiatement dans le soin au bébé alors qu’elle-même ne peut que chercher à s’apprivoiser à nouveau, devra veiller, écouter, s’inquiéter et adopter le comportement juste et rassurant. Faire face, dans sous ses états quels qu’ils soient. Seule le jour, pendant de très looooongues semaines, passées étonnamment vite lorsque réapparaît au calendrier la date du premier jour retravaillé. Un jeune informaticien, surnommé Naro Sinarpad, a réclamé en ligne un congé paternité de quatre semaines, contre onze jours aujourd’hui. Il témoigne, empathique et indigné : «En pratique, ça signifie qu’en moins de deux semaines, le deuxième parent laisse sa femme et repart travailler… Et peu importe si l’accouchement a été traumatisant, peu importe si l’enfant est encore en couveuse, peu importe si la mère est en état de s’occuper de l’enfant»[i] .

Cette période est aussi celle des séances de rééducation, dont les rendez-vous ne coïncident pas avec les besoins de l’enfant, amenant chaque mère à un haut niveau de compétences en acrobaties logistiques, en gestion de culpabilité et de fatigue accumulée. Les frères et sœurs existant dans le paysage, selon leur degré d’autonomie, procurent également leur lot de (pré)occupations. Un mois en une fois, à prendre par le père dès la naissance, semble un minimum pour un accueil conjoint et serein du nourrisson. Encore mieux serait d’amener à six semaines cette durée, comme le réclame Titiou Lecoq dans son article cité.

. Partager les tâches ménagères

Deuxièmement, il s’agit d’ancrer à ce moment-là de nouvelles habitudes, intégrant la prise en charge des tâches consécutives à la naissance. Etant donnée la multitude de changements à appréhender pendant le premier mois de l’enfant, dont les besoins, horaires de repas et de sommeil, taille de couches ou de vêtements et autres équipements évoluent assez vite, l’adaptation conjointe en temps réel des deux parents faciliterait un dialogue à partir d’une réalité partagée et vécue. Qui peut affirmer que les mères apprécient ces multiples activités quotidiennes créées par l’arrivée d’un ou d’une nouvelle née ? Personne. Elles le font parce que c’est la vie. Elles l’ont pour la plupart anticipé, voulu. La plupart d’entre elles s’exécutent, socialisées pour, assignées à ce rôle. Parce que seules sur la piste. Parce qu’elles ont un être immensément vulnérable auprès d’elles, dont la vie, le bien-être et le développement dépendent d’elles. Et parce que le lien affectif créé avec l’enfant leur semble récompenser cette servitude[1]. Parfois, elles n’y parviennent pas, en souffrent. Parfois, c’est trop difficile, dans telle situation.

Pendant le congé maternité, de nouveaux usages se mettent en place, notamment dans la répartition des tâches domestiques, au delà de celles nouvellement instaurées entre la mère et le bébé. Les onze jours actuels des pères ne suffisent pas à ancrer des habitudes dans le long terme. En un mois, de nouveaux gestes sont acquis, mais la reprise au travail peut s’avérer épuisante et frustrante quand on a participé d’aussi près aux premières transformations de l’enfant… Cette reprise peut alors conduire à des choix. Afin de compenser son retour au travail, tel père privilégiera le lien avec l’enfant, estimé essentiel, renonçant plus ou moins confortablement à son engagement domestique. Un mois suffit-il pour que les réflexes domestiques persistent au delà ? Dans bien des cas, j’en doute.

. Créer un lien d’attachement précoce avec l’enfant

Troisièmement, la durée et la prise de ce congé doivent aider le père à créer un lien fort et personnel avec son enfant, dans un contexte aussi favorable que celui dont bénéficie la mère. C’est-à-dire le temps plein. Observer et connaître l’enfant, expérimenter, se tromper et recommencer, prendre confiance en ses capacités de soin, d’écoute et d’attention, devenir un expert des rendez-vous pédiatriques, des premiers maux et de leurs remèdes, des soins du cordon, du change, du bain, des lessives et des courses adaptées, détecter les causes des différents pleurs, se découvrir face à la vulnérabilité, etc. Tout cela prend du temps. Afin que le père ait autant de chances de créer ce lien que la mère, un mois peut s’avérer insuffisant : de son côté, elle, est en tête à tête avec l’enfant au moins dix semaines après la naissance. Si le congé devient suffisamment long, non seulement le père aura plus de chances de créer un lien fort, mais sa compagne lui accordera sa confiance plus aisément : il s’agira pour elle non pas d’être aidée, mais de partager équitablement la responsabilité des premiers soins, donc de s’autoriser à lâcher prise, à se réaccorder de l’autonomie, à ne pas être la seule figure prépondérante d’attachement de l’enfant. Elle reprendra ses autres activités plus sereinement. Pour ce faire, huit à dix semaines de disponibilité paternelle seraient nettement plus égalitaires.

. Instaurer une rupture professionnelle comparable à celle des mères

Quatrièmement, le départ en congé paternité (c’est ainsi qu’est souvent nommée la prise de congé maternité : les femmes partent au lieu de prendre, comme si elles désertaient le travail pour aller vers un ailleurs lointain, mais aussi parce que les salariées n’ont pas en réalité le choix que suggère la prise d’un congé) doit créer chez l’employeur une réaction et une organisation équivalentes à celles qu’il aurait ou mettrait en place, s’il s’agissait d’une femme. « Je pense qu’il faut aller plus loin et inscrire dans la loi et l’organisation du travail une rupture liée à l’arrivée des enfants dans un couple, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Un congé paternité allongé par la loi à deux mois obligerait les entreprises à ne plus faire l’impasse sur la paternité et les mentalités des managers évolueraient. » indique Franck Pramotton, ingénieur, délégué syndical chez Oracle en 2010.[ii]

Aujourd’hui, ni les pères ni les mères n’ont la garantie de reprise de leur poste après ce congé-là, mais les durées de ces absences sont tellement incomparables que le risque de se voir réaffecté·e sur un emploi équivalent (donc autre que le leur) pèse bien davantage sur elles que sur eux. Tout au plus, les pères s’absentent du travail le temps de petites vacances scolaires, ce qui ne nécessite pas vraiment d’adaptation du côté employeur. Pour que la parentalité soit assortie des mêmes contraintes pour les deux parents, la période d’indisponibilité du père doit être assez longue pour que l’équipe se réorganise temporairement, comme pour l’absence programmée d’une jeune mère. Dans nombre de services de la fonction publique, la charge de la future maman est ventilée sur les autres personnes, puisque le budget manque pour la remplacer. Je me suis toujours demandé si ce même traitement serait appliqué indifféremment à des hommes dans les mêmes circonstances… A ce stade de réflexion, l’égalité des contraintes et donc de traitement des deux parents à l’arrivée d’un bébé serait atteinte si le congé paternité durait aussi seize semaines. Une durée légale que peu ont osé affirmer en France (notons l’exemplarité de la récente mesure actée par le groupe Kering), alors qu’elle serait égalitaire en terme d’impact pour l’employeur. Une réserve cependant : puisque le congé pré-natal maternel est de trois à six semaines, la disponibilité post-natale du père risque d’être plus longue que celle de la mère si les congés des deux parents ont la même durée…

La longueur du congé du père doit satisfaire ces quatre finalités : 1) soutenir sa compagne qui a besoin de se retrouver dans son corps, 2) répartir plus justement les tâches domestiques, 3) créer une opportunité équivalente de temps disponible auprès de l’enfant pour créer un lien d’attachement précoce et enfin 4) instaurer une rupture professionnelle comparable à celle des femmes pour cause de nouvelle parentalité.

Visons un objectif final ambitieux, soit un congé de plusieurs mois, ainsi qu’une mise en œuvre progressive de la mesure, comme l’Espagne l’a voté en 2018. Là-bas, le passage à huit semaines s’est concrétisé le 1er avril 2019. Seize semaines sont programmées pour 2021, dont deux obligatoires. Une période garantie qui s’allongera par la suite[iii].


[1] Je n’oublie pas que certaines ne parviendront pas à créer ce lien, ni que la maltraitance envers les enfants est encore trop fréquente, générée par des femmes ou des hommes.


[i] Cité par LeParisien.fr, 2 juin 2017, Source : http://www.leparisien.fr/societe/conge-maternite-et-les-peres-dans-tout-ca-02-06-2017-7008447.php

[ii] A l’épreuve du réel, Défendre le congé paternité dans une multinationale, dans Cadres CFDT n° 442, Egalité Paternité Liberté, 2010

[iii] Source : Congé paternité : l’Espagne fait un pas vers l’égalité parentale, Lucie Hennequin, 1er avril 2019, Huffpost

S’interrompre autant pour les deux parents – Partie 1

Plus juste serait un congé du deuxième parent beaucoup plus long qu’actuellement ; voici un florilège de récentes revendications sur le sujet.

Ecouter “S’interrompre autant pour les deux parents – Partie 1” en audio

« Si le congé paternité se généralise et s’allonge, les hommes et les femmes seront logés à la même enseigne. Pour un manager d’équipe, l’annonce d’une naissance sera regardée du même œil, que le nouveau parent soit un homme ou une femme. »

Jérome Ballarin[i]

En France, la durée légale du congé maternité est de seize semaines, davantage en cas de naissances multiples, dont trois à six à prendre pendant la grossesse et dix à treize après la naissance. Le congé paternité actuel, lui, dure onze jours, à prendre dans les quatre premiers mois de l’enfant, quatorze s’il est cumulé dans les quinze jours avec les trois jours du congé de naissance. Déséquilibre patent. Différence de taille, rien qu’en s’en tenant à la période d’accueil de l’enfant, c’est-à-dire au congé postnatal… L’écart devrait toutefois se réduire (un peu), le gouvernement ayant annoncé en septembre 2020 un allongement prochain.

En 2010, la CFDT Cadres revendique un congé paternité de deux mois, mettant en avant l’exemple que donnerait la population des hommes cadres par la prise longue et systématique d’un congé paternité, afin d’impulser la modification des rôles traditionnels. LeParisien.fr indique le 9 février 2017 qu’« un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) préconisait en septembre de porter le congé de paternité à deux ou trois semaines et de le rendre au moins en partie obligatoire, afin d’augmenter la proportion de pères qui demandent à en bénéficier. Plusieurs pétitions et tribunes ont aussi réclamé ces derniers mois une révision du congé de paternité, jugé « trop court pour être efficace ». »[ii] Le 2 juin 2017, la pétition en ligne de Naro Sinarpad qui revendique sur change.org un congé de quatre semaines pour les pères est relayée par ce journal en ligne[iii]. De son côté, l’économiste Hélène Périvier signe un article dans LeMonde.fr le 17 juin 2017, prônant l’allongement du congé paternité[iv]. Cette perspective séduit les jeunes, puisque plus de la moitié des 18-24 ans la souhaitent aujourd’hui[v]. En novembre 2017, le magazine Causette initie une autre pétition, réclamant son allongement à six semaines ; le texte est soutenu par une quarantaine de personnalités et des organismes tels que la Cnafal dont la fédération de parents d’élèves FCPE est membre[vi]. L’entreprise Ikea annonce le 10 janvier de la même année son allongement à cinq semaines rémunérées à 100% : « En l’occurrence, Ikea permet à ses salariés de prendre ces cinq semaines en une ou plusieurs fois et quand ils le souhaitent, avant les deux ans de l’enfant. », précise Le HuffPost[vii]. Le groupe suédois inspirera peut-être les 30% d’entreprises qui se disent favorables à cet allongement d’après un autre sondage évoqué par le blog histoiresdepapas.com[viii]. Le 3 février 2018, Le HuffPost révèle (sondage de YouGov) que 61% des parents répondants sont favorables à l’allongement du congé paternité[ix]. La journaliste Titiou Lecoq prône pour sa part un congé paternité obligatoire de six semaines, dans un article paru dans slate.fr le 18 mai 2018[x]. Son propos décrit la situation exténuante, parfois choquante, dans laquelle la loi et le système socio-économico-politico-familial actuel propulsent, seules, les nouvelles mères, dans l’indifférence générale, d’office… et sans vergogne. Mères à qui l’entourage manque rarement de prodiguer le judicieux conseil « Repose-toi, ma chérie ! ». Comme s’il était utile de rappeler à la nouvelle maman que ce besoin suprême, qu’elle ressent à ce moment-là par tous ses pores de zombie, ne dépend que de sa volonté pour être satisfait. Le groupe de luxe Kering avait précédé Ikea avec un congé paternité ou partenaire de 5 semaines effectif depuis 2017, mais il fait une annonce en septembre 2019 qui va au-delà des espérances de Titiou Lecoq : « Les quelque 35.000 salariés de Kering dans le monde, hommes comme femmes, vont bénéficier d’un congé de 14 semaines rémunérées intégralement par le groupe de luxe, lors de la naissance ou l’adoption d’un enfant, indique un communiqué diffusé ce mardi 10 septembre. Depuis 2017, le groupe, présent dans près de 50 pays, octroyait à ses collaboratrices 14 semaines rémunérées à 100% du salaire dans le cas d’un congé maternité ou d’une adoption, ainsi que 5 semaines dans le cas d’un congé paternité ou “partenaire”. A partir du 1er janvier 2020, Kering va ”étendre le congé paternité ou partenaire de l’ensemble de ses salariés dans le monde à 14 semaines. Désormais, avec le Congé Bébé, tous les parents sans exception, et quelle que soit leur situation personnelle, bénéficieront d’un socle commun de 14 semaines de congés rémunérés à 100% pour la naissance ou l’adoption d’un ou plusieurs enfants” », nous informe le Huffpost dans un article du 10 septembre 2019[xi].

En ne considérant que ces appels à modifier les textes en vigueur, ces revendications indiquaient une relative frilosité concernant la durée visée du congé… jusqu’à il y a peu. Comme si une sorte de réalisme ou de résignation l’emportait. Sont cependant à souligner l’insistance avec laquelle la demande d’allongement du congé paternité revient dans le débat public et ses multiples origines : syndicats, femmes ou hommes au travail, intellectuel·le·s, journalistes, parents, organismes publics, entreprises privées, chercheur·e·s, universitaires, courants politiques. Cette répétition devrait nous procurer l’élan nécessaire pour passer un cap.

Dans une chronique parue le 15 septembre 2020 sur le magazine en ligne 50-50 L’égalité,  j’ai pointé quelques avancées en termes de revendication : « Récemment, des collectifs comme Parents et féministes, des initiatives individuelles telles que le blog Papa Plume et sa tribune signée avec d’autres pères à l’occasion de la fête des pères se sont fait entendre. (…) Dans le domaine politique, après un engagement le 23 juin dernier de Marlène Schiappa, encore Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, sur un allongement du congé paternité, au moins trois propositions de loi ont été déposées cet été afin de le réformer profondément : en juin la n°3163 portée par la députée UDI Sophie Auconie, en juillet la n°3100 par la députée PCF Marie-Georges Buffet et en août la n°3290 par le député LREM Guillaume Chiche. La première proposition réclame un mois de congé dont 11 jours obligatoires, puis un allongement de quatre semaines par an jusqu’à atteindre 16 semaines. La deuxième demande un allongement à quatre semaines obligatoires. La troisième va jusqu’à 12 semaines, dont 8 obligatoires, avec un intitulé modifié, puisqu’il s’agirait de dégenrer le congé en le nommant congé de parenté au lieu de paternité. Quant à Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des familles, il s’est dit favorable à un congé d’un mois obligatoire au lieu des 11 jours actuels, pour qu’aucun père ne soit empêché de le prendre. Les conclusions du rapport de la Commission Cyrulnik « les 1000 premiers jours de l’enfant » invitent à réviser cette ambition à la hausse. En effet, ce rapport, paru le 8 septembre dernier, préconise un congé deuxième parent de 9 semaines, fractionnable. Ces propositions et recommandations visent à rapprocher les situations vécues par une mère biologique et celles vécues par l’autre parent. »[xii]

Suite à toutes ces demandes, un petit pas a été cédé par le gouvernement : l’allongement du congé à 28 jours, dont seulement 7 jours obligatoires, a été annoncé pour 2021.


[i] « Père et mère, même combat ? – Renforcer l’égalité en donnant de nouveaux droits équivalents », dans Cadres CFDT n°442, « Egalité, Paternité, Liberté », décembre 2010

[ii] Source : http://www.leparisien.fr/magazine/grand-angle/le-parisien-magazine-le-conge-paternite-obligatoire-09-02-2017-6666381.php

[iii] Citée dans LeParisien.fr, cf. note précédente

[iv] Source : https://www.lemonde.fr/societe/article/2017/06/17/egalite-femmes-hommes-allonger-le-conge-paternite-serait-un-signal-fort_5146275_3224.html

[v] Source : http://www.elle.fr/Elle-Active/Actualites/Plus-de-la-moitie-des-18-24-ans-souhaite-allonger-le-conge-de-paternite-3757024

[vi] Accès au texte de la pétition dans : https://www.change.org/p/pour-un-congé-paternité-digne-de-ce-nom et article du magazine Causette en ligne Papa où t’es ? : https://www.causette.fr/le-mag/lire-article/article-1944/papa-oa-t-es.html

[vii] Source : https://www.huffingtonpost.fr/2018/01/12/ikea-rallonge-le-conge-paternite-de-14-jours-pour-le-porter-a-5-semaines-pour-tous-les-couples_a_23332362/

[viii] Source : https://histoiresdepapas.com/conge-paternite-30-des-entreprises-pretent-a-augmenter-la-duree-du-conge-paternite/

[ix] Source : https://www.huffingtonpost.fr/2018/02/03/lallongement-du-conge-paternite-souhaite-par-61-des-parents-sondage-exclusif_a_23351351/

[x] Source : Slate.fr, Ce qu’impliquerait vraiment un congé parental plus long et mieux payé, par Titiou Locoq le 18/05/18

[xi] Source AFP / Huffpost : https://www.huffingtonpost.fr/entry/kering-etend-son-conge-paternite-ou-partenaire-a-14-semaines-remunerees_fr_5d776ae8e4b0752102328632

[xii] Source : Congé paternité, un enjeu de justice sociale, 50-50 magazine, le 15 septembre 2020, par Violaine Dutrop,

Congé 2ème parent : plusieurs principes à défendre

Ce texte a été écrit avant la parution du rapport sur les 1000 premiers jours de l’enfant préconisant un congé de 9 semaines pour le 2ème parent (Dir. Boris Cyrulnik) et l’annonce en septembre 2020 par le gouvernement d’un prochain passage du congé à 28 jours dont 7 obligatoires. Une mesure qui présentera une avancée, certes, mais très insuffisante pour engager la transformation sociale escomptée.


Ecouter “Congé 2ème parent, plusieurs principes à défendre” en audio

« La solution consistant à faire prendre la même durée obligatoire de congés parentaux aux deux conjoints mettrait tout le monde à égalité face à l’absence causée par le fait de devenir parent. »

Christophe Falcoz

Une partie des spéculations à suivre nécessitent un approfondissement ainsi qu’un débat de société au sujet de ce que nous souhaitons vraiment pour que les femmes et les hommes disposent des mêmes libertés, des mêmes capacités d’agir. Car c’est aussi en terme de libertés que la question de l’égalité se pose. Et c’est parfois grâce à une obligation que l’égalité se crée ou que la liberté s’acquiert. L’école est obligatoire jusqu’à seize ans. Cette obligation vise (théoriquement, en démocratie) à doter les enfants des ressources pour penser et agir librement. L’Etat a progressivement ouvert tous les métiers aux deux sexes. Il est capable de campagnes d’information pour que les femmes occupent une place plus affirmée et plus juste au travail, dans le sport ou dans la clientèle de leur banque. Parce qu’elles en sont capables. Quand bien même elles ne le seraient pas encore, elles le deviendront. Question de principe. Républicain, le principe. Et constitutionnel, de surcroît. Il reste désormais à obtenir de l’Etat (et de l’opinion publique) une forte incitation des hommes à prendre soin des bébés, aussi forte que celle véhiculée de tous côtés en direction des femmes. Parce qu’ils en sont capables. Et quand bien même ils ne le seraient pas encore, ils le deviendront. Question de principe. Républicain, le principe. De justice. La question du juste et de l’injuste pourrait utilement nous tarauder en permanence. Individuellement et collectivement.

Notre vie est théoriquement guidée par trois principes inscrits sur les frontons des mairies et des écoles. Cependant, telle que formulée, la fraternité, qui n’inclut historiquement que les hommes blancs, vise une complémentarité des rôles de sexe incompatible avec une égalité des sexes qui n’a été inscrite que beaucoup plus tard dans la constitution (R. Sénac). Ainsi, il est toujours attendu que nous maintenions et exercions, à l’issue d’un même choix, des rôles différents, et ce, même si ce choix nous paraît libre et éclairé. Etudier. Travailler. Emménager en couple. Suivre une formation loin des siens. Fonder une famille. Reprendre ses études. Réduire son temps de travail. Chacune de ces décisions ordinaires n’affectera pas de la même manière une personne identifiée femme ou homme à la naissance[1]. Si elle en a conscience, elle renoncera peut-être à ce choix (auto-censure), ou se résignera (choix contraint), voire en tirera sciemment des privilèges (la domination est-elle la forme de liberté visée ?). Sinon, elle constatera, ou pas, les conséquences différenciées de ses choix, immédiatement… ou des années plus tard. Dans les faits, nous sommes loin de l’atteinte de libertés égales entre les sexes, puisque d’apparentes possibilités égales (comme devenir parent) ne créent pas des situations comparables (morcellement de carrière versus surinvestissement professionnel).

La réforme du congé paternité peut et doit permettre aux jeunes pères de bénéficier de la même responsabilité sociale que les jeunes mères. « Dans le monde professionnel, dès qu’il y a une mesure qui favorise les femmes, une mesure similaire doit exister pour les hommes. », préconise Jérome Ballarin, fondateur de l’Observatoire de la Parentalité en Entreprise[i]. S’attaquer à la similarité des règles en vigueur (et à leurs effets) est un commencement.

Présumées dotées d’une capacité de soin envers les enfants par la loi comme par la pensée commune, elles se voient aujourd’hui responsabilisées à plein temps auprès de leur bébé plusieurs mois. Cette assignation suspend obligatoirement l’activité professionnelle des salariées. Cela présente des avantages (protection de leur santé, temps de soin effectif auprès du bébé, protection de son emploi)… et des inconvénients (déséquilibre créé avec l’autre parent, conséquences subies par la mère, probable retrait mécanique du père du soin au bébé).

Si le congé paternité d’aujourd’hui suspend, lui aussi, le contrat de travail, lui est très court, optionnel et insuffisamment indemnisé, surtout qu’il s’agit, comme le plus souvent, du revenu principal. Autre particularité, sa prise est flexible dans le temps, puisqu’il peut être pris entre la naissance et les quatre mois de l’enfant. Ces différences ne sont pas anodines ; elles n’ont pas les mêmes répercussions sur les relations et le pouvoir de négociation dans les couples, sur les liens tissés avec les enfants, sur l’influence de l’employeur sur la prise, la durée et le moment du congé, ni sur le positionnement du père dans son travail comme dans la sphère privée, en terme de temps disponible notamment.

Il ne s’agit pas que les hommes paient autant que les mères actuelles le prix de leur parentalité. Qui leur souhaiterait de risquer de vivre des promotions manquées, des présomptions d’indisponibilité à venir, des pensées à la place de, des remarques sexistes, une culpabilité croissante pour chaque jour travaillé passé loin de bébé, une concentration sur eux des tâches domestiques et de la charge mentale associée au foyer ? Les poncifs actuels décrient les besoins des enfants comme ceux des jeunes parents et nient les actuelles inégalités ménagères. Ils ont des implications sur l’embauche, le changement d’emploi, l’appréciation employeur et souvent l’estime de soi. Imaginons-les au masculin : « Il va demander un temps partiel à son retour », « Il ne sera pas impliqué sur tel emploi », « Il va s’absenter chaque fois que son enfant sera malade », « Il n’acceptera pas d’aller à une formation loin de chez lui », etc.

Hommes et femmes pourraient cependant vivre de concert leur parentalité, ses joies, ses difficultés, les réajustements de la vie qu’elle implique, et finalement tous ses effets directs comme indirects. Car ce n’est pas uniquement la fabrication d’un être humain dans son corps qui crée les conséquences vécues aujourd’hui par les femmes. C’est aussi l’organisation sociale de l’accueil du bébé et le rôle prépondérant assigné aux femmes dans ce domaine. En miroir, c’est le rôle plutôt passif que notre société donne aux (ou tolère chez les) jeunes pères.

Nous devons donc créer un accueil paternel de l’enfant aussi proche que possible de l’accueil maternel, comme cela est le cas pour les congés d’adoption. Certes, le congé maternité a été créé pour surseoir à l’accouchement et à l’allaitement éventuel. Il permet aussi à l’enfant de se construire pendant ses premiers mois grâce à l’accueil qui lui est réservé. Grâce aux liens de proximité initiés avec lui ou avec elle lors de l’écoute et de la satisfaction de ses besoins, qui le ou la préparent à sa future socialisation et à son autonomie croissante. 

Comme pour les mères, le congé du deuxième parent doit donc être obligatoire, suffisamment long et correctement rémunéré. Il doit aussi provoquer la création du lien privilégié né d’un vrai tête-à-tête avec le bébé. Né de la responsabilité quotidienne de l’enfant en toute autonomie.

Ces quatre dimensions me semblent indispensables et indissociables pour progresser à la fois vers l’égalité femmes-hommes, la facilitation d’un lien affectif père-enfant solide et apaisant, une compréhension plus grande au sein des couples, et une plus grande émancipation des personnes, femmes, hommes et enfants.


[1] Dans son pamphlet Sexus Nullus ou l’égalité, le philosophe Thierry Hoquet dénonce l’obligation de déclarer à l’Etat cette identification sexuée à la naissance (qui par ailleurs pose problème devant les multiples variations sexuées de notre espèce), étant données ses conséquences importantes en terme de restrictions de libertés. Selon lui l’Etat n’a aucunement besoin de connaître notre sexe, à moins que son but soit de lui attribuer un rôle social selon ce sexe et de le maintenir dedans. Ce qui va à l’encontre dans les faits des deux premiers principes républicains partout affichés.


[i] « Père et mère, même combat ? – Renforcer l’égalité en donnant de nouveaux droits équivalents », dans Cadres CFDT n°442, « Egalité, Paternité, Liberté », décembre 2010

Un lien exemplaire pour l’enfant

Un ambitieux congé paternité ne serait pas seulement un droit responsabilisant pour le père, et un soutien libérateur pour la mère. Il permettrait aussi la création d’un lien affectif fort entre chaque parent et leur enfant et lui montrerait que le soin aux bébés n’a pas de sexe.


Ecouter “Un lien exemplaire pour l’enfant” en audio

Et l’enfant dans tout cela ? Chaque enfant se construira avec l’idée, incarnée par le modèle parental, que son sexe ne le prédestine pas à telle ou telle occupation. Que ses organes génitaux externes ne constituent pas une entrave à la liberté à laquelle toute personne peut prétendre. Que son sexe ne l’enferme pas dans des rôles prescrits. Quelle avancée ! Chaque enfant bénéficiera, dans les premiers mois suivant sa naissance, de la disponibilité, de l’attention, du soin et de l’affection de chacun de ses parents, dans des proportions proches. Si l’enfant a un seul parent, une deuxième personne choisie pourrait utilement le seconder véritablement avec cette disponibilité. Idéalement, son accueil pourrait être organisé dans un contexte d’entraide, serein et apaisé. Un contexte de construction commune et de normalité. Une aventure que les parents ouvriront et vivront ensemble, et qui inclura des moments de repos à tour de rôle. Puis des disponibilités parentales à tour de rôle, via des temps de travail réduits ou des emplois moins prenants. Deux fois plus de complicité offerte à l’enfant, ainsi que des liens renforcés par l’engagement quotidien. Une autorisation pour la mère de ne pas être spontanément dédiée à ce rôle. Une opportunité pour les deux parents de s’exercer à tenir le rôle. De trouver leur équilibre. L’arrivée d’un bébé est un bouleversement impossible à concevoir pour qui ne l’a pas vécu. L’arrivée au monde l’est sans doute autant, voire davantage. Elle marque à vie la mémoire de l’enfance et rejaillit dans la vie adulte. En grandissant, l’enfant verra ainsi ses deux parents participer à la maisonnée. Saura que la catégorie de sexe ne détermine pas les capacités d’une personne à assumer son quotidien ni celui d’une personne prise en charge. Que certaines tâches désagréables sont effectuées pour soulager l’autre et sont donc nobles plutôt que viles. Les compétences de soin, acquises pour qui en fait l’expérience, seront valorisées à ses yeux, au bénéfice de toute personne qui les exerce ou en fait sa profession. Deux parents dès le tout début, avec une attention grandie, pour comprendre les besoins de l’enfant. Enfant qui n’assistera pas à une spécialisation spontanée des rôles selon le sexe, qui au fil du temps crée dans les couples des disputes[1], des rancœurs, des sentiments sacrificiels. De la dépendance aussi, des rapports de domination, de la violence parfois. Et de nombreuses séparations, voire d’impossibles séparations à cause d’une dépendance matérielle. L’enfant apprendra que l’autonomie s’acquiert dans tous les domaines. Se projettera dans cette dimension-là, l’autonomie, cette forme de responsabilité de soi qui procure de l’estime de soi. Si la proximité avec chaque parent est forte et précoce, l’enfant pourra se confier, exprimer ses sentiments et préoccupations auprès de ces deux figures d’attachement. Si ses parents se séparent, le lien intense créé avec les deux permettra d’envisager la poursuite de relations profondes au delà de la séparation, comme le souligne Olivia Gazalé : « La meilleure garantie du maintien de bonnes relations avec les enfants après la séparation n’est-elle pas le temps parental avant la séparation ? C’est ce qu’ont compris les pères (de plus en plus nombreux dans les pays occidentaux, mais rarissimes dans beaucoup d’autres) qui s’occupent réellement de leurs enfants dès la naissance, et que l’on appelle, à tort ou à raison, les « nouveaux pères » ».

Si c’est un garçon, il enrichira sa propre personnalité, grâce au modèle paternel, d’aptitudes jusque-là plutôt associées au féminin, mais développées par son père devant et avec lui, comme l’expression de ses peurs, doutes, peines, ainsi que l’attention ou l’adaptation à l’autre. Si son père l’a fait avant lui, il partagera spontanément les tâches de la maisonnée dès l’enfance et en tirera la fierté que procurent l’autonomie et le soin de soi et de son environnement. La répartition entre frères et sœurs en sera plus équilibrée. Son attention à l’autre et sa contribution à la vie collective faciliteront sa vie amoureuse et, s’il partage un logement, sa vie avec autrui.

Pouvant se projeter dans d’autres rôles que celui de pourvoyeur de revenus, il mettra à distance ces attentes de performance qui pèsent sur les garçons et les hommes. Il aimera son père pour la grande qualité des liens particuliers qu’il aura créés dès la naissance avec lui, comme le souligne Olivia Gazalé : « Les hommes doivent donc tisser des liens profonds avec leur enfant dès la naissance (voire in utero) sans attendre, comme souvent, la marche et la sortie des couches. Les bénéfices de cette prise en charge sont immenses, en particulier pour les garçons. (…) si le fils doit s’identifier au père pour grandir, il doit l’aimer pour avoir envie de lui ressembler. Autrement dit, l’attachement préexiste à l’identification et la conditionne. »

Le destin des enfants, leur degré d’autonomie, leur estime de soi, leur rapport au travail ainsi que les relations entre les sexes peuvent être profondément influencés par les modèles reçus, comme le souligne bell hooks : « En apprenant à accomplir les tâches ménagères, les enfants et les adultes acceptent la responsabilité d’ordonner leur réalité matérielle. Elles et ils apprennent à apprécier leur environnement et à en prendre soin. Dans la mesure où tant de garçons grandissent sans qu’on leur apprenne à accomplir les tâches ménagères, une fois arrivés à l’âge adulte, ils n’ont aucun respect pour leur environnement et ne savent souvent même pas comment prendre soin d’eux-mêmes et de leur foyer. Dans leur vie de famille, ils ont eu la possibilité de cultiver une dépendance excessive et inutile vis-à-vis des femmes et, par conséquent, sont parfois incapables de développer un sens de l’autonomie qui soit sain. D’un autre côté, si l’on oblige généralement les filles à accomplir les tâches ménagères, on leur enseigne tout de même à les voir comme des activités avilissantes et dégradantes. Cet état d’esprit leur fait détester le travail domestique et les prive de la satisfaction personnelle qu’elles pourraient éprouver dans le fait d’accomplir ces tâches nécessaires. Elles arrivent à l’âge adulte en pensant que le travail en général, pas juste le travail ménager, est une corvée, et passent leur temps à rêver d’une vie dans laquelle elles ne travailleraient pas, ou en tout cas pas dans les services ou l’entretien. »

S’il s’agit d’une fille, elle verra qu’hommes et femmes développent ces aptitudes, partagent plus spontanément les occupations domestiques et familiales ainsi que l’investissement au travail ou dans d’autres sphères. Elle développera des envies personnelles sans l’ombre d’un futur rôle domestique et maternant que nombre de femmes intériorisent encore comme un destin spécifiquement féminin. Elle attendra d’une vie à deux un partage équitable des tâches et le respect des aspirations propres de chacun·e. Elle s’autorisera à réaliser ses rêves. Envisagera une vie libre. Elle pourrait même assez tôt et davantage qu’aujourd’hui se découvrir ambitieuse dans des domaines variés et fière de l’être. Puis vivre une vie, avec ou sans enfants, avec ou sans homme, qui ne suscite le jugement de personne à propos de ses choix ou non choix de maternité. Jugement qui advient encore aujourd’hui, au motif qu’une femme ne s’accomplirait qu’en devenant mère. Jugement qui conduit certaines d’entre elles à chercher un père potentiel en guettant, sans relâche, le tic-tac obsédant de cette soi-disante horloge biologique. Au lieu de vivre, fières d’être qui elles sont.


[1] L’étude IFOP déjà évoquée révèle que « Près d’une Française sur deux admet qu’il lui arrive de se disputer avec son conjoint au sujet des tâches ménagères, soit une proportion en hausse continue depuis une quinzaine d’années : 48% rapportent des disputes à ce sujet en 2019, contre 46% en 2009 et 42% en 2005 ».