Considérations sur les écarts de revenus exprimés en “Equivalent Temps Plein”

Parmi les façons de présenter les écarts de revenus du travail entre deux groupes, dont l’un compte pourtant près d’une personne sur trois à temps partiel tandis que l’autre n’en compte qu’une sur douze, il est une technique très utilisée : faire comme si les deux populations étaient à temps complet.


Ecouter “Considérations sur les écarts de revenus exprimés en “Equivalent Temps Plein”” en audio

Un consultant de mon entourage, spécialiste des diagnostics en égalité professionnelle, fait d’abord calculer l’écart total, non corrigé, à toute entreprise qui le contacte. Un instructif résultat de 14%, plutôt honorable par rapport au taux moyen de 25%, a contrit un de ses clients. Ce dernier, jusqu’alors certain de son exemplarité, l’avait déduite d’un calcul en équivalent temps plein. Un tel calcul est utile, pour comparer des revenus à l’heure travaillée. Cependant, utilisée comme référence, cette donnée exprime que le temps de travail n’a pas à être pris en compte pour analyser les inégalités. Ce faisant, elle évite plusieurs questionnements qui me paraissent pourtant très pertinents.

1. Et si le temps plein actuel était trop plein ?

En prenant le temps plein comme référence, le calcul en équivalent temps plein stigmatise le temps partiel, subi ou choisi, qui apparaît alors comme la marge, le singulier. Consacrer volontairement moins de temps que le temps plein actuel au travail rémunéré peut par conséquent se révéler transgressif. Le subir suggère la soumission, le choisir, l’insoumission. Mener une vie sobre dans laquelle le travail a une place limitée, avec un temps partiel assez rémunérateur pour vivre simplement, devient un acte de résistance. Limiter volontairement sa disponibilité auprès de son employeur, afin de disposer, à tout âge et quelle que soit sa situation de famille, d’un temps libéré suffisant pour investir d’autres activités, citoyennes, familiales ou associatives, frise la désobéissance. Même s’il est socialement admis que travailler à temps plein est peu compatible, sans une aide conséquente, avec l’éducation de jeunes enfants, voire de moins jeunes, la volonté d’équilibrer réellement ses temps de vie met en cause la norme du temps plein actuel. Des propositions de temps partagé, réduisant la semaine-type à 15h ou 20h, sont régulièrement apportées au débat public, notamment via des essais argumentés (André Gorz « Les métamorphoses du travail », Pierre Larrouturou et Dominique Méda « Einstein avait raison il faut réduire le temps de travail », Rutger Bergman « Utopies réalistes », etc.). Si le temps plein prenait cette dimension, la norme du temps plein n’aurait sans doute plus les mêmes opposant·e·s…

N’est-ce pas défendable de vouloir consacrer un temps limité et maîtrisé au travail productif afin de vivre par ailleurs ? De s’instruire, penser, s’occuper de soi et des siens, créer, s’impliquer dans sa communauté au sens large, s’inscrire dans une vie sociale soutenante ? Quelles que soient sa situation socio-économique ou son appartenance sexuée ? Et ce, sans attendre l’âge de la retraite ?

2. Et si l’écart total de revenus entre femmes et hommes était la mesure pertinente ?

Devons-nous toujours comparer ce qui est comparable ? Cette logique conduit, en exagérant à peine, à calculer les écarts de rémunération à poste égal, diplôme égal, ancienneté égale, âge égal, temps de travail égal, entreprise égale… Bref à lisser un maximum les données. A nier toutes les logiques sociales créant ou reproduisant des écarts de revenus, alors qu’il s’agit de les réduire, ces écarts entre groupes sociaux ! Les faire émerger comme illégitimes entre les sexes dans les milieux professionnels est d’autant plus ardu qu’ils sont plutôt admis comme légitimes entre les différentes catégories sociales au travail, comme le souligne Christophe Dejours dans son ouvrage Conjurer la violence, Travail, violence et santé (2007). Alors calculons et analysons toutes les données. Rendons visible l’écart total entre le groupe des femmes et celui des hommes toutes situations confondues, comme le préconise l’Observatoire des inégalités[i], au lieu de nous contenter d’un écart en équivalent temps plein. Ce seront autant d’enseignements pour agir.

3. Et si la forte proportion de femmes à temps partiel était questionnée ?

Présenter les données en équivalent temps plein peut également représenter un déni des raisons, bonnes ou mauvaises, qui ont conduit beaucoup plus de femmes que d’hommes au temps partiel, réellement choisi, pseudo choisi ou subi.

Il se trouve que ces raisons sont variées, et que le choix de son temps de travail, réduit ou complet, même assumé, peut exprimer une servitude jugée nécessaire, un devoir à accomplir, un don de soi qui rend fier·e, une contrainte limitante, ou l’exercice d’un rôle social plus ou moins valorisé.


[i] Source : Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes : état des lieux, 25 mars 2019, https://www.inegalites.fr/Les-inegalites-de-salaires-entre-les-femmes-et-les-hommes-etat-des-lieux