L’écart au féminin, c’est un quart en moins

Si l’on compare, toutes situations confondues, les revenus du groupe des femmes à ceux du groupe des hommes (ce dernier étant alors retenu comme la référence), elles perçoivent 25% de moins qu’eux en moyenne.

Ecouter “L’écart au féminin, c’est un quart en moins” en audio

Les chiffres stagnent. Ce pourcentage, quasiment invarié, est rappelé par la presse chaque 8 mars[1]. Cette journée internationale permet, quand elle est bien comprise pour ce qu’elle vise, de mettre en lumière les raisons et les actions de la lutte pour les droits des femmes. Ceux conquis, toujours fragiles, et ceux à conquérir, pas toujours imaginables. Parmi les constats récurrents, qui sont d’abord ceux des violences faites aux femmes de par le monde, il y a aussi les écarts de revenus. En France, tous métiers et tous temps de travail confondus, l’écart moyen de revenu entre les femmes[2] et les hommes[3] se maintient, goguenard, autour de -25% en défaveur des femmes (-22% pour les non salarié·e·s)[4]. Elles perçoivent donc 75 € quand ils en perçoivent 100 en moyenne. Autant de liberté d’agir et d’autonomie en moins, si l’on convient que détenir quelques monnaies sonnantes et trébuchantes procure deux ou trois libertés ici-bas. La personne dont le revenu est secondaire dans un couple restreint sa contribution aux dépenses du ménage et ses dépenses personnelles. Cette domination économique, s’ajoutant à celles de l’âge et de la force physique, a des conséquences dans son expérience sexuelle[5] et dans sa capacité à agir en cas de séparation. L’accès aux biens et services marchands (donc non fournis gratuitement par un service public), dépend du nommé « pouvoir d’achat »[6] issu d’un revenu. Si tout ne s’achète pas, des services contribuant à l’autonomie et à la dignité sont encore payants, comme le logement, le transport, la nourriture, l’énergie, l’eau… Pas tout à fait des broutilles.


[1] La DARES a publié en Mars 2015 La mesure des écarts de salaires entre les femmes et les hommes, note qui fait état des différentes méthodes de calcul utilisées par les organismes publiant des données statistiques sur le sujet.

[2] La rémunération annuelle nette moyenne des femmes était de 14.825 € en 2012, soit la somme des rémunérations nettes perçues par des femmes divisée par le nombre de femmes, tous temps de travail confondus. Les résultats de cette étude portent sur les salarié·e·s du secteur privé non agricole et des entreprises publiques, couvrant 76 des 85 familles professionnelles. (Source : Ségrégation professionnelle et écarts de salaires femmes-hommes, 06.11.15, DARES, https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2015-082.pdf.) Je n’ai pas trouvé de données plus récentes faisant état de tous les temps de travail confondus. Les données plus récentes sont en effet calculées en équivalent temps plein, ou bien en différence entre salaires horaires, ce qui minimise l’écart réel de revenus.

[3] La rémunération annuelle nette moyenne des hommes était de 19.953 € en 2012, soit la somme des rémunérations nettes perçues par des hommes divisée par le nombre d’hommes. (Source : cf. note précédente)

[4] A propos des personnes non salariées : « En 2017 comme en 2016, les femmes non salariées classiques gagnent en moyenne 22 % de moins que leurs confrères (3 030 euros par mois contre 3 880 euros). Pourtant, elles exercent dans des secteurs souvent plus rémunérateurs : si elles se répartissaient de la même façon que les hommes dans les différents secteurs, leur revenu moyen serait inférieur de 32 % à celui des hommes. Une partie de l’écart s’expliquerait par un volume de travail moins important ; elles sont aussi plus jeunes et dirigent en moyenne des entreprises plus petites. » (INSEE PREMIÈRE No 1781, 07/11/2019)

[5] A propos de l’expérience sexuelle : Marine Spaak, dans ses chroniques du sexisme ordinaire réunies en bande dessinée sous le titre Sea, sexisme and sun (2018), mentionne p.86 que « les relations hétérosexuelles sont déséquilibrées et placent les filles et les femmes en position d’infériorité par rapport à l’argent, à la force physique, à l’âge et donc logiquement, à l’expérience sexuelle. » Le temps partiel participe à ce déséquilibre, dans le cas où il conduit à une contribution financière inférieure dans le couple.

[6] A propos du dit “pouvoir d’achat” : Il y aurait beaucoup à dire sur le bien-fondé de cette expression largement répandue, comme l’illusion de puissance qu’elle suggère dans l’acte d’acheter, confondu avec un indicateur de bien-être, qui valorise l’accès aux services marchands, faisant de nous des consommateurs et consommatrices satisfaisant des besoins en partie artificiels, pendant que l’accès à des services publics satisfaisant nos besoins essentiels, qui feraient de nous des usagers et usagères exerçant des droits, non seulement décroit, mais me semble de plus en plus traité comme un fantasme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.