S’interrompre autant pour les deux parents – Partie 2

Les initiatives réclamant un allongement du congé deuxième parent fleurissent depuis des années, puisque pour enrayer les inégalités créées socialement et donc réductibles, un temps suffisamment long accordé à l’autre parent est déterminant. Pour que la rupture temporelle vécue soit comparable à celle que vit la mère.

Ecouter “S’interrompre autant pour les deux parents – Partie 2” en audio

Afin de définir cette durée pertinemment, les quatre fonctions d’un congé juste sont utiles à mentionner.

. Soutenir sa compagne

Premièrement, un congé long permettra au deuxième parent d’accompagner la jeune mère, qui peut, même avant d’accoucher, avoir besoin de soutien physique, moral ou organisationnel. Elle aspirera au repos, s’étant soudain découverte marathonienne le jour J… La plupart des accouchements durent en effet près d’une journée, nécessitant, selon le corps médical, autant d’efforts qu’une course de quarante-deux kilomètres ! Repos difficile à trouver si elle nourrit seule jour et nuit l’enfant, qui semble crier famine sans discontinuer pendant des semaines. Elle sera en quête du bon rythme et des bons gestes du nourrissage. Les besoins de l’enfant sont exprimés par des pleurs variés, plus ou moins compréhensibles. Faim toutes les trois heures en moyenne, besoins de succion à répétition. Change après chaque repas. Maux de ventre. Sommeil haché. Pleurs calmés par des câlins. Sommeil trouvé par des câlins. Corps à corps apaisant pour l’enfant. Bien moins épuisant si deux corps disponibles au lieu d’un. Immense fatigue physique et psychique dans laquelle peut plonger un éventuel allaitement. Entraînement plus personnel alors. Tâtonnements décrits intégralement partageables lorsque le biberon s’invite au nourrissage.

Programme de ré-appropriation de ce corps jusqu’alors en service commandé, profondément transformé. Enveloppe corporelle étonnante, certes sienne, qui s’est révélée un brin étrangère pendant le long événement. Attention : dissociation possible. Le corps a en effet logé pendant des mois un ou une petite habitante, puis a dirigé tant bien que mal sa sortie au grand air, s’imprégnant de quelques séquelles et traumatismes. Une nouvelle mère, propulsée immédiatement dans le soin au bébé alors qu’elle-même ne peut que chercher à s’apprivoiser à nouveau, devra veiller, écouter, s’inquiéter et adopter le comportement juste et rassurant. Faire face, dans sous ses états quels qu’ils soient. Seule le jour, pendant de très looooongues semaines, passées étonnamment vite lorsque réapparaît au calendrier la date du premier jour retravaillé. Un jeune informaticien, surnommé Naro Sinarpad, a réclamé en ligne un congé paternité de quatre semaines, contre onze jours aujourd’hui. Il témoigne, empathique et indigné : «En pratique, ça signifie qu’en moins de deux semaines, le deuxième parent laisse sa femme et repart travailler… Et peu importe si l’accouchement a été traumatisant, peu importe si l’enfant est encore en couveuse, peu importe si la mère est en état de s’occuper de l’enfant»[i] .

Cette période est aussi celle des séances de rééducation, dont les rendez-vous ne coïncident pas avec les besoins de l’enfant, amenant chaque mère à un haut niveau de compétences en acrobaties logistiques, en gestion de culpabilité et de fatigue accumulée. Les frères et sœurs existant dans le paysage, selon leur degré d’autonomie, procurent également leur lot de (pré)occupations. Un mois en une fois, à prendre par le père dès la naissance, semble un minimum pour un accueil conjoint et serein du nourrisson. Encore mieux serait d’amener à six semaines cette durée, comme le réclame Titiou Lecoq dans son article cité.

. Partager les tâches ménagères

Deuxièmement, il s’agit d’ancrer à ce moment-là de nouvelles habitudes, intégrant la prise en charge des tâches consécutives à la naissance. Etant donnée la multitude de changements à appréhender pendant le premier mois de l’enfant, dont les besoins, horaires de repas et de sommeil, taille de couches ou de vêtements et autres équipements évoluent assez vite, l’adaptation conjointe en temps réel des deux parents faciliterait un dialogue à partir d’une réalité partagée et vécue. Qui peut affirmer que les mères apprécient ces multiples activités quotidiennes créées par l’arrivée d’un ou d’une nouvelle née ? Personne. Elles le font parce que c’est la vie. Elles l’ont pour la plupart anticipé, voulu. La plupart d’entre elles s’exécutent, socialisées pour, assignées à ce rôle. Parce que seules sur la piste. Parce qu’elles ont un être immensément vulnérable auprès d’elles, dont la vie, le bien-être et le développement dépendent d’elles. Et parce que le lien affectif créé avec l’enfant leur semble récompenser cette servitude[1]. Parfois, elles n’y parviennent pas, en souffrent. Parfois, c’est trop difficile, dans telle situation.

Pendant le congé maternité, de nouveaux usages se mettent en place, notamment dans la répartition des tâches domestiques, au delà de celles nouvellement instaurées entre la mère et le bébé. Les onze jours actuels des pères ne suffisent pas à ancrer des habitudes dans le long terme. En un mois, de nouveaux gestes sont acquis, mais la reprise au travail peut s’avérer épuisante et frustrante quand on a participé d’aussi près aux premières transformations de l’enfant… Cette reprise peut alors conduire à des choix. Afin de compenser son retour au travail, tel père privilégiera le lien avec l’enfant, estimé essentiel, renonçant plus ou moins confortablement à son engagement domestique. Un mois suffit-il pour que les réflexes domestiques persistent au delà ? Dans bien des cas, j’en doute.

. Créer un lien d’attachement précoce avec l’enfant

Troisièmement, la durée et la prise de ce congé doivent aider le père à créer un lien fort et personnel avec son enfant, dans un contexte aussi favorable que celui dont bénéficie la mère. C’est-à-dire le temps plein. Observer et connaître l’enfant, expérimenter, se tromper et recommencer, prendre confiance en ses capacités de soin, d’écoute et d’attention, devenir un expert des rendez-vous pédiatriques, des premiers maux et de leurs remèdes, des soins du cordon, du change, du bain, des lessives et des courses adaptées, détecter les causes des différents pleurs, se découvrir face à la vulnérabilité, etc. Tout cela prend du temps. Afin que le père ait autant de chances de créer ce lien que la mère, un mois peut s’avérer insuffisant : de son côté, elle, est en tête à tête avec l’enfant au moins dix semaines après la naissance. Si le congé devient suffisamment long, non seulement le père aura plus de chances de créer un lien fort, mais sa compagne lui accordera sa confiance plus aisément : il s’agira pour elle non pas d’être aidée, mais de partager équitablement la responsabilité des premiers soins, donc de s’autoriser à lâcher prise, à se réaccorder de l’autonomie, à ne pas être la seule figure prépondérante d’attachement de l’enfant. Elle reprendra ses autres activités plus sereinement. Pour ce faire, huit à dix semaines de disponibilité paternelle seraient nettement plus égalitaires.

. Instaurer une rupture professionnelle comparable à celle des mères

Quatrièmement, le départ en congé paternité (c’est ainsi qu’est souvent nommée la prise de congé maternité : les femmes partent au lieu de prendre, comme si elles désertaient le travail pour aller vers un ailleurs lointain, mais aussi parce que les salariées n’ont pas en réalité le choix que suggère la prise d’un congé) doit créer chez l’employeur une réaction et une organisation équivalentes à celles qu’il aurait ou mettrait en place, s’il s’agissait d’une femme. « Je pense qu’il faut aller plus loin et inscrire dans la loi et l’organisation du travail une rupture liée à l’arrivée des enfants dans un couple, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Un congé paternité allongé par la loi à deux mois obligerait les entreprises à ne plus faire l’impasse sur la paternité et les mentalités des managers évolueraient. » indique Franck Pramotton, ingénieur, délégué syndical chez Oracle en 2010.[ii]

Aujourd’hui, ni les pères ni les mères n’ont la garantie de reprise de leur poste après ce congé-là, mais les durées de ces absences sont tellement incomparables que le risque de se voir réaffecté·e sur un emploi équivalent (donc autre que le leur) pèse bien davantage sur elles que sur eux. Tout au plus, les pères s’absentent du travail le temps de petites vacances scolaires, ce qui ne nécessite pas vraiment d’adaptation du côté employeur. Pour que la parentalité soit assortie des mêmes contraintes pour les deux parents, la période d’indisponibilité du père doit être assez longue pour que l’équipe se réorganise temporairement, comme pour l’absence programmée d’une jeune mère. Dans nombre de services de la fonction publique, la charge de la future maman est ventilée sur les autres personnes, puisque le budget manque pour la remplacer. Je me suis toujours demandé si ce même traitement serait appliqué indifféremment à des hommes dans les mêmes circonstances… A ce stade de réflexion, l’égalité des contraintes et donc de traitement des deux parents à l’arrivée d’un bébé serait atteinte si le congé paternité durait aussi seize semaines. Une durée légale que peu ont osé affirmer en France (notons l’exemplarité de la récente mesure actée par le groupe Kering), alors qu’elle serait égalitaire en terme d’impact pour l’employeur. Une réserve cependant : puisque le congé pré-natal maternel est de trois à six semaines, la disponibilité post-natale du père risque d’être plus longue que celle de la mère si les congés des deux parents ont la même durée…

La longueur du congé du père doit satisfaire ces quatre finalités : 1) soutenir sa compagne qui a besoin de se retrouver dans son corps, 2) répartir plus justement les tâches domestiques, 3) créer une opportunité équivalente de temps disponible auprès de l’enfant pour créer un lien d’attachement précoce et enfin 4) instaurer une rupture professionnelle comparable à celle des femmes pour cause de nouvelle parentalité.

Visons un objectif final ambitieux, soit un congé de plusieurs mois, ainsi qu’une mise en œuvre progressive de la mesure, comme l’Espagne l’a voté en 2018. Là-bas, le passage à huit semaines s’est concrétisé le 1er avril 2019. Seize semaines sont programmées pour 2021, dont deux obligatoires. Une période garantie qui s’allongera par la suite[iii].


[1] Je n’oublie pas que certaines ne parviendront pas à créer ce lien, ni que la maltraitance envers les enfants est encore trop fréquente, générée par des femmes ou des hommes.


[i] Cité par LeParisien.fr, 2 juin 2017, Source : http://www.leparisien.fr/societe/conge-maternite-et-les-peres-dans-tout-ca-02-06-2017-7008447.php

[ii] A l’épreuve du réel, Défendre le congé paternité dans une multinationale, dans Cadres CFDT n° 442, Egalité Paternité Liberté, 2010

[iii] Source : Congé paternité : l’Espagne fait un pas vers l’égalité parentale, Lucie Hennequin, 1er avril 2019, Huffpost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.