S’interrompre autant pour les deux parents – Partie 1

Plus juste serait un congé du deuxième parent beaucoup plus long qu’actuellement ; voici un florilège de récentes revendications sur le sujet.

Ecouter “S’interrompre autant pour les deux parents – Partie 1” en audio

« Si le congé paternité se généralise et s’allonge, les hommes et les femmes seront logés à la même enseigne. Pour un manager d’équipe, l’annonce d’une naissance sera regardée du même œil, que le nouveau parent soit un homme ou une femme. »

Jérome Ballarin[i]

En France, la durée légale du congé maternité est de seize semaines, davantage en cas de naissances multiples, dont trois à six à prendre pendant la grossesse et dix à treize après la naissance. Le congé paternité actuel, lui, dure onze jours, à prendre dans les quatre premiers mois de l’enfant, quatorze s’il est cumulé dans les quinze jours avec les trois jours du congé de naissance. Déséquilibre patent. Différence de taille, rien qu’en s’en tenant à la période d’accueil de l’enfant, c’est-à-dire au congé postnatal… L’écart devrait toutefois se réduire (un peu), le gouvernement ayant annoncé en septembre 2020 un allongement prochain.

En 2010, la CFDT Cadres revendique un congé paternité de deux mois, mettant en avant l’exemple que donnerait la population des hommes cadres par la prise longue et systématique d’un congé paternité, afin d’impulser la modification des rôles traditionnels. LeParisien.fr indique le 9 février 2017 qu’« un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) préconisait en septembre de porter le congé de paternité à deux ou trois semaines et de le rendre au moins en partie obligatoire, afin d’augmenter la proportion de pères qui demandent à en bénéficier. Plusieurs pétitions et tribunes ont aussi réclamé ces derniers mois une révision du congé de paternité, jugé « trop court pour être efficace ». »[ii] Le 2 juin 2017, la pétition en ligne de Naro Sinarpad qui revendique sur change.org un congé de quatre semaines pour les pères est relayée par ce journal en ligne[iii]. De son côté, l’économiste Hélène Périvier signe un article dans LeMonde.fr le 17 juin 2017, prônant l’allongement du congé paternité[iv]. Cette perspective séduit les jeunes, puisque plus de la moitié des 18-24 ans la souhaitent aujourd’hui[v]. En novembre 2017, le magazine Causette initie une autre pétition, réclamant son allongement à six semaines ; le texte est soutenu par une quarantaine de personnalités et des organismes tels que la Cnafal dont la fédération de parents d’élèves FCPE est membre[vi]. L’entreprise Ikea annonce le 10 janvier de la même année son allongement à cinq semaines rémunérées à 100% : « En l’occurrence, Ikea permet à ses salariés de prendre ces cinq semaines en une ou plusieurs fois et quand ils le souhaitent, avant les deux ans de l’enfant. », précise Le HuffPost[vii]. Le groupe suédois inspirera peut-être les 30% d’entreprises qui se disent favorables à cet allongement d’après un autre sondage évoqué par le blog histoiresdepapas.com[viii]. Le 3 février 2018, Le HuffPost révèle (sondage de YouGov) que 61% des parents répondants sont favorables à l’allongement du congé paternité[ix]. La journaliste Titiou Lecoq prône pour sa part un congé paternité obligatoire de six semaines, dans un article paru dans slate.fr le 18 mai 2018[x]. Son propos décrit la situation exténuante, parfois choquante, dans laquelle la loi et le système socio-économico-politico-familial actuel propulsent, seules, les nouvelles mères, dans l’indifférence générale, d’office… et sans vergogne. Mères à qui l’entourage manque rarement de prodiguer le judicieux conseil « Repose-toi, ma chérie ! ». Comme s’il était utile de rappeler à la nouvelle maman que ce besoin suprême, qu’elle ressent à ce moment-là par tous ses pores de zombie, ne dépend que de sa volonté pour être satisfait. Le groupe de luxe Kering avait précédé Ikea avec un congé paternité ou partenaire de 5 semaines effectif depuis 2017, mais il fait une annonce en septembre 2019 qui va au-delà des espérances de Titiou Lecoq : « Les quelque 35.000 salariés de Kering dans le monde, hommes comme femmes, vont bénéficier d’un congé de 14 semaines rémunérées intégralement par le groupe de luxe, lors de la naissance ou l’adoption d’un enfant, indique un communiqué diffusé ce mardi 10 septembre. Depuis 2017, le groupe, présent dans près de 50 pays, octroyait à ses collaboratrices 14 semaines rémunérées à 100% du salaire dans le cas d’un congé maternité ou d’une adoption, ainsi que 5 semaines dans le cas d’un congé paternité ou “partenaire”. A partir du 1er janvier 2020, Kering va ”étendre le congé paternité ou partenaire de l’ensemble de ses salariés dans le monde à 14 semaines. Désormais, avec le Congé Bébé, tous les parents sans exception, et quelle que soit leur situation personnelle, bénéficieront d’un socle commun de 14 semaines de congés rémunérés à 100% pour la naissance ou l’adoption d’un ou plusieurs enfants” », nous informe le Huffpost dans un article du 10 septembre 2019[xi].

En ne considérant que ces appels à modifier les textes en vigueur, ces revendications indiquaient une relative frilosité concernant la durée visée du congé… jusqu’à il y a peu. Comme si une sorte de réalisme ou de résignation l’emportait. Sont cependant à souligner l’insistance avec laquelle la demande d’allongement du congé paternité revient dans le débat public et ses multiples origines : syndicats, femmes ou hommes au travail, intellectuel·le·s, journalistes, parents, organismes publics, entreprises privées, chercheur·e·s, universitaires, courants politiques. Cette répétition devrait nous procurer l’élan nécessaire pour passer un cap.

Dans une chronique parue le 15 septembre 2020 sur le magazine en ligne 50-50 L’égalité,  j’ai pointé quelques avancées en termes de revendication : « Récemment, des collectifs comme Parents et féministes, des initiatives individuelles telles que le blog Papa Plume et sa tribune signée avec d’autres pères à l’occasion de la fête des pères se sont fait entendre. (…) Dans le domaine politique, après un engagement le 23 juin dernier de Marlène Schiappa, encore Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, sur un allongement du congé paternité, au moins trois propositions de loi ont été déposées cet été afin de le réformer profondément : en juin la n°3163 portée par la députée UDI Sophie Auconie, en juillet la n°3100 par la députée PCF Marie-Georges Buffet et en août la n°3290 par le député LREM Guillaume Chiche. La première proposition réclame un mois de congé dont 11 jours obligatoires, puis un allongement de quatre semaines par an jusqu’à atteindre 16 semaines. La deuxième demande un allongement à quatre semaines obligatoires. La troisième va jusqu’à 12 semaines, dont 8 obligatoires, avec un intitulé modifié, puisqu’il s’agirait de dégenrer le congé en le nommant congé de parenté au lieu de paternité. Quant à Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des familles, il s’est dit favorable à un congé d’un mois obligatoire au lieu des 11 jours actuels, pour qu’aucun père ne soit empêché de le prendre. Les conclusions du rapport de la Commission Cyrulnik « les 1000 premiers jours de l’enfant » invitent à réviser cette ambition à la hausse. En effet, ce rapport, paru le 8 septembre dernier, préconise un congé deuxième parent de 9 semaines, fractionnable. Ces propositions et recommandations visent à rapprocher les situations vécues par une mère biologique et celles vécues par l’autre parent. »[xii]

Suite à toutes ces demandes, un petit pas a été cédé par le gouvernement : l’allongement du congé à 28 jours, dont seulement 7 jours obligatoires, a été annoncé pour 2021.


[i] « Père et mère, même combat ? – Renforcer l’égalité en donnant de nouveaux droits équivalents », dans Cadres CFDT n°442, « Egalité, Paternité, Liberté », décembre 2010

[ii] Source : http://www.leparisien.fr/magazine/grand-angle/le-parisien-magazine-le-conge-paternite-obligatoire-09-02-2017-6666381.php

[iii] Citée dans LeParisien.fr, cf. note précédente

[iv] Source : https://www.lemonde.fr/societe/article/2017/06/17/egalite-femmes-hommes-allonger-le-conge-paternite-serait-un-signal-fort_5146275_3224.html

[v] Source : http://www.elle.fr/Elle-Active/Actualites/Plus-de-la-moitie-des-18-24-ans-souhaite-allonger-le-conge-de-paternite-3757024

[vi] Accès au texte de la pétition dans : https://www.change.org/p/pour-un-congé-paternité-digne-de-ce-nom et article du magazine Causette en ligne Papa où t’es ? : https://www.causette.fr/le-mag/lire-article/article-1944/papa-oa-t-es.html

[vii] Source : https://www.huffingtonpost.fr/2018/01/12/ikea-rallonge-le-conge-paternite-de-14-jours-pour-le-porter-a-5-semaines-pour-tous-les-couples_a_23332362/

[viii] Source : https://histoiresdepapas.com/conge-paternite-30-des-entreprises-pretent-a-augmenter-la-duree-du-conge-paternite/

[ix] Source : https://www.huffingtonpost.fr/2018/02/03/lallongement-du-conge-paternite-souhaite-par-61-des-parents-sondage-exclusif_a_23351351/

[x] Source : Slate.fr, Ce qu’impliquerait vraiment un congé parental plus long et mieux payé, par Titiou Locoq le 18/05/18

[xi] Source AFP / Huffpost : https://www.huffingtonpost.fr/entry/kering-etend-son-conge-paternite-ou-partenaire-a-14-semaines-remunerees_fr_5d776ae8e4b0752102328632

[xii] Source : Congé paternité, un enjeu de justice sociale, 50-50 magazine, le 15 septembre 2020, par Violaine Dutrop,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.