La ségrégation verticale fait système

Davantage de femmes au pied de la pyramide du travail, davantage d’hommes au fur et à mesure de la montée dans l’édifice : la ségrégation verticale se façonne dans le travail comme dans les familles.


Ecouter “La ségrégation verticale fait système” en audio

Face professionnelle, davantage de femmes au pied de la pyramide du travail, davantage d’hommes et moins de femmes au fur et à mesure que les échelons de l’édifice sont gravis : voici le phénomène bien nommé de ségrégation verticale qui constitue une des explications des écarts de rémunération entre les sexes. Face familiale, s’il y a une famille, l’ascension professionnelle d’une personne passe par la délégation des responsabilités domestiques et familiales à d’autres, du fait de la disponibilité pensée comme inhérente à l’engagement croissant au travail.


Préserver l’égalité de rémunération des deux parents équivaut soit à « déléguer », soit à limiter leurs ambitions respectives afin de partager les tâches.


A un certain niveau de responsabilité, qui sous-entend une amplitude horaire relativement large, préserver l’égalité de rémunération (ou au moins limiter les inégalités) dans un couple de parents équivaut soit à « déléguer » à l’extérieur ou dans sa famille élargie, selon ses moyens et ses possibilités de solidarité familiale de proximité, soit à limiter transitoirement les ambitions des deux membres du couple afin de partager les tâches. L’alternance a aussi ses adeptes, qui permet à une personne, puis, après deux ou trois ans, à l’autre, de s’investir davantage à la maison. Cependant, elle réserve des surprises et promet des renoncements personnels et autres expériences malvenues. Voire des changements de trajectoires. Pas très facile de renoncer à une promotion en pleine ascension parce que ce n’est plus son tour… Ni de retrouver le chemin de la confiance en ses capacités professionnelles quand le retrait a été long et usant.

Beaucoup de couples « décident » finalement, résignés voire bons joueurs déterminés, qu’une personne sur les deux soutient, suit, facilite. Elle « prend du temps », « s’occupera des enfants », « lève le pied », « s’épanouira c’est sûr, et puis les enfants en ont besoin ». Parfois, la prédiction est juste. La personne se sent protégée d’un travail aliénant, soulagée et heureuse de tenir plusieurs rôles dans sa vie. Parfois, plus ou moins longtemps après, elle se sent sacrifiée. Immédiatement ou beaucoup plus tard. A l’heure du bilan. Au départ des enfants. Relativement à l’autre parent. Parce que l’autre a fait un choix différent. Qui lui ouvre d’autres portes. Parfois rémunératrices, enrichissantes, épanouissantes. Davantage de femmes vivent cette situation-ci. Pendant que l’autre membre du couple progresse professionnellement… quelquefois libéré, délivré des – mal-nommées mais vécues comme telles – contraintes familiales. Cependant, peu à peu, alourdi d’un fardeau : celui de la responsabilité du revenu familial principal. Pas de droit à l’erreur d’aiguillage professionnel, à la pause salvatrice. Ni au repli. Investissement démesuré. Peur de perdre sa situation. Risque de méconnaissance ou de mal connaissance de sa progéniture. Liens fragilisés. Identité construite autour du travail. Stress et privilège à la fois (un homme soutenu en vaut peut-être deux). Davantage d’hommes vivent cette situation-là.

D’autres raisons se greffent à l’arrangement des sexes, comme le formule le sociologue Erving Goffman. Par exemple, à résultats égaux à ceux des hommes, la mésestime de soi cultivée dès l’enfance chez les femmes limite leurs ambitions. Les études montrent qu’à résultat égal en mathématiques, filles et garçons ne se projettent pas autant en filière scientifique. Et que davantage de confiance est accordée à ces derniers quand il s’agit de prendre des responsabilités. « Les rares hommes qui exercent dans les professions « féminines » (infirmiers, instituteurs, travailleurs sociaux) bénéficient de l’« escalator de verre », c’est-à-dire de carrières accélérées » nous rappelle Ivan Jablonka.

Une fois toutes ces explications à l’écart de rémunération apportées, au fil de ces derniers billets, il en reste un à évoquer. Ce reliquat résistant sera le sujet du billet suivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.