Premier panorama pour utile mise au point

Pour avancer dans l’argument, il importe de bien le cadrer. La jonction travail & famille, voici l’endroit phare à creuser. Etablir d’abord le portrait de qui serait bien concerné

Ecouter “Premier panorama pour utile mise au point” en audio

1. Population active / population inactive[1] 

En 2019, la France compte 67 millions de personnes, dont 44% en activité et 56% en inactivité. La population dite active rassemble les 29,7 millions de personnes de 15 ans ou plus qui sont en emploi (26,9 millions) ou au chômage (2,8 millions) ; elle représente 71,5% des 15-64 ans (67,6% des femmes et 75,6% des hommes)[i].

La population dite inactive[2] rassemble tous âges confondus 37,3 millions de personnes, dont 12 millions d’enfants de moins de 15 ans (3,7 millions ont entre 0 et 4 ans), environ 3,6 millions de jeunes de plus de 15 ans étudiant dans le secondaire (cette estimation, incertaine, est de moi) et 2,6 millions dans le supérieur, 13,7 millions d’adultes de 65 ans et plus (qui sont pour la plupart en retraite du travail), les personnes « au foyer » (population en baisse, 2,1 millions selon l’INSEE en 2011, quasiment seulement des femmes, dont huit sur dix ont déjà travaillé)[3], et les personnes en incapacité de travailler (le travail précédemment exercé pouvant être une cause d’incapacité).

Conclusion n°1 : Le travail concerne, a concerné ou concernera quasiment toute la population.

2. Salariat, indépendance, précarité, temps de travail

En 2018, le salariat est le statut du travail très majoritaire. Les salarié·e·s sont 25 millions et représentent 90% des personnes en emploi : 75% en contrat à durée indéterminée et 15% en contrat précaire (intérim, contrat à durée déterminée, apprentissage). Les 10% de non-salarié·e·s sont 2,9 millions (environ une femme pour deux hommes ; une partie est aussi en emploi salarié).

Les personnes en emploi sont pour 81% d’entre elles à temps complet et 19% à temps partiel.

Conclusion n°2 : C’est encore le pouvoir de négociation avec un employeur qui importe, puisque le salariat est la norme principale du travail.

3. Souhaits d’enfants et fécondité

La part de la population française ne souhaitant pas avoir d’enfant est de 5 % : 4,4 % chez les femmes et 6,8 % chez les hommes (enquête de l’Ined de 2010). Si la proportion de femmes restant sans enfant après leur période de fécondité est stable à 13,5%, celle des hommes est plus forte (20%) et en augmentation (14% jusqu’aux générations nées dans les années 1940)[ii].

Conclusion n°3 : La parentalité a concerné, concerne ou concernera entre 80 et 95% des gens (environ 95% en tant que projet, 80 à 87% en tant que réalité).

4. Ménages selon la structure familiale

En 2016, selon l’INSEE, les 29,2 millions de ménages français sont composés d’hommes seuls (15,4%), de femmes seules (20,4%), de couples sans enfants (25,5%), de couples avec enfants (25,3%), de familles monoparentales (9%) et de ménages complexes ou recomposés (4,4%). Au total, 27,3% des ménages sont en responsabilité d’enfants de moins de 18 ans.

Conclusion n°4 : Si un quart des ménages conjugue simultanément travail et responsabilité d’enfants, avec des configurations familiales plurielles, la plupart des autres l’ont déjà vécue ou la vivront.

5. Couples cohabitant de sexe différent, couples cohabitant de même sexe

En 2018, 0,9 % des couples cohabitants sont de même sexe, ce qui concerne 266000 personnes, dont 14 % vivent avec des enfants, pour l’essentiel des couples de femmes.

Conclusion n°5 : Le schéma hétérosexuel est largement dominant, mais les couples de personnes de même sexe sont (ou seront) également concernés par la vie de couple, le travail et la parentalité.

6. Modes de garde, capacité d’accueil des enfants de moins de 3 ans (jeunes enfants)

En 2016, l’offre de garde française, très diversifiée, permettait l’accueil théorique de 58% des jeunes enfants : 33,4% par un·e assistant·e maternel·le, 18,5% en accueil en Eaje (collectif, familial et parental, micro-crèche), 4,1% par l’école, 1,8% par un·e salarié·e à domicile.[iii]

En 2013, si les modes de garde sont mixés le plus souvent, 61% de ces enfants sont principalement (dont 32% exclusivement) confié·e·s, du lundi au vendredi, de 8 à 19 heures, à l’un des parents (dans les faits, la mère : la récente PREstation PARtagée d’Education de l’enfant issue de la réforme du congé parental, très faiblement rémunérée, n’est pas du tout partagée avec le père, elle augmente la pauvreté des familles et surtout des mères, qui se sont éloignées de l’emploi… et des revenus entre 2014 et 2018)[4]. 19 % de ces enfants sont confié·e·s à un·e assistant·e maternel·le agréé·e, 13% à un établissement d’accueil du jeune enfant, 3 % à leurs grands-parents ou un autre membre de la famille, 3% à l’école.

Les trois quarts des jeunes enfants de deux parents à temps complet sont confiés à l’extérieur à titre principal (garde parentale pour le quart restant). Pour 6 % des enfants de ces parents, aucun recours extérieur n’est sollicité : soit la mère travaille en partie à domicile (2 fois sur dix), soit les parents ont des horaires de travail décalés permettant un relais parental (sept fois sur dix).

Quant aux 12% de jeunes enfants vivant avec un seul parent, 66% sont surtout gardés par celui-ci (contre 60% pour les parents en couple). Ces parents (la mère dans 96% des cas en 2013) sont à 57% inactifs ou au chômage, soit bien davantage que les 23% des autres parents de jeunes enfants et les 34% des mères de jeunes enfants en couple (dernière enquête Drees, 2013).

Par ailleurs, après une naissance, un homme sur neuf réduit ou cesse temporairement son activité contre une femme sur deux (INSEE, 2013).

Conclusion n°6 : Il est donc prévu par notre système qu’au moins 42% des jeunes enfants soient confié·e·s à un membre de la famille (très mal indemnisé). Il est par ailleurs timidement envisagé que les pères partagent cette prise en charge à travers le congé parental, mais la promesse n’est pas tenue, les femmes restant massivement les principales concernées, dans la continuité de leur congé maternité, par le retrait total ou partiel du travail quand elles sont en couple, et par la précarité quand elles sont seules avec leurs enfants.

Ne souhaitant exclure personne, mais n’étant pas en mesure de décliner les réflexions qui suivent pour toutes les situations catégorielles, j’appelle à un prolongement de ces questionnements et espère être comprise dans chaque option ouverte.

La première sera, pour continuer ce jeu de chiffres et de lettres, d’ouvrir la boite de Pandore des écarts de revenus entre les sexes.


[1] « Les inactifs sont par convention les personnes qui ne sont ni en emploi (BIT) ni au chômage : jeunes de moins de 15 ans, étudiants et retraités ne travaillant pas en complément de leurs études ou de leur retraite, hommes et femmes au foyer, personnes en incapacité de travailler… » (INSEE)

[2] “Population inactive” : Il y aurait beaucoup à dire sur ce terme inapproprié, qui valorise le travail rémunéré et décrie en quelque sorte toutes les autres activités humaines.

[3] A propos des femmes au foyer : « En 1991, elles étaient 3,5 millions. Les femmes au foyer sont moins diplômées que les femmes en couple actives, mais plus diplômées qu’il y a vingt ans. (…). Huit femmes au foyer sur dix ont eu un emploi par le passé. L’interruption de l’activité survient souvent à l’occasion de l’arrivée d’un enfant, mais elle est aussi liée à une conjoncture économique moins favorable. Les femmes au foyer qui n’ont jamais travaillé sont moins diplômées et plus souvent mères de familles nombreuses ». (Huit femmes au foyer sur dix ont eu un emploi par le passé, Zohor Djider, division Études sociales, Insee INSEE PREMIÈRE, No 1463, Paru le : 30/08/2013)

[4] A propos du congé parental : Cf. le rapport publié le 26 février 2019 par le Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Âge (HCFEA) qui préconise de réformer le congé parental pour mieux concilier vie familiale et vie professionnelle, notamment en agissant pour un meilleur partage des temps parentaux et en luttant contre les inégalités femmes – hommes (axe 4).


[i] Source : INSEE, Tableaux de l’économie française édition 2019, hors Mayotte

[ii] Demain, de plus en plus de couples sans enfant ?, Centre d’Observation de la société, 6 septembre 2018

[iii] OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA PETITE ENFANCE Rapport 2018 (CAF)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.