2014 – Ma femme est formidable

Ecouter “2014 – Ma femme est formidable” en audio

Cet article a été publié le 4 mai 2020 par la revue en ligne Slate.fr, sous le titre “Ma femme est formidable”.


“Et sinon, j’imagine que vous avez des enfants… Comment ça se passe du côté familial ?” A l’occasion de la quinzaine de l’égalité, tu as accepté de témoigner à l’Hôtel de Région en tant qu’élu. Maire d’une petite ville d’Ardèche. En même temps, tu diriges une entreprise. Depuis 1977, tu exerces des mandats électifs, entre maire (c’est ton troisième mandat) et conseiller général. Tu as même pris la vice-présidence du Conseil Général pendant six ans. Tout en exerçant ton travail, dans les faits à temps partiel. Alors quand on t’a proposé de partager ton expérience, de parler de l’articulation de tes temps de vie, tu as réfléchi à la façon dont tu organisais ton temps, entre tes responsabilités professionnelles et ta vie d’élu local. Tu te dois d’être extrêmement organisé. Forcément. Et de faire confiance. De déléguer beaucoup à tes équipes. Cela fait près d’un quart d’heure que tu exposes autour de la table ronde la façon dont tu as mis au point chaque rouage de cette double vie, devant une salle pleine à craquer. Même si c’est difficile, tu y arrives, depuis le temps. Tout-à-coup, l’animatrice t’interroge sur ta vie de famille… La question te prend au dépourvu. C’est l’effet première fois. Etonnante question. On ne te l’avait jamais posée. Après un léger temps d’arrêt tu réponds. « Oui, j’ai des enfants. Oh, je dois dire que rien de tout cela n’aurait pu se produire si ma femme n’avait pas tout assumé. Elle est extraordinaire. Elle s’est toujours occupée de tout de ce côté-là. » C’est vrai quand tu y penses, ce soutien indéfectible dont elle a fait preuve… C’est une bonne chose d’avoir l’occasion d’en parler. De la remercier en public. Tiens, l’animatrice semble un peu gênée par ta réponse. Pourtant tu as été sincère. Tu sens un léger bourdonnement dans l’assistance. Tu as fait un impair ?   

Ce jour-là, tu n’as pas saisi le problème que ta réponse soulevait. Pourtant, tes missions d’élu te confèrent un devoir. De réflexion. D’observation de la société. De conscience de ce qui t’a amené là où tu es. De ce dont disposent les différentes personnes pour agir et s’impliquer dans la vie publique. De ce qui leur manque aussi. Par exemple des ressources culturelles. Financières. Du temps. De l’estime de soi. De l’engagement. Virginia Woolf disait que les femmes ont besoin d’une chambre à soi pour écrire. Pour créer. Pour s’engager en politique, tu peux constater qu’elles ont un autre besoin. Besoin de quelque chose dont, au vu des chiffres persistants sur la répartition des tâches, beaucoup d’hommes engagés, y compris dans des responsabilités familiales, disposent dans notre société : le « soutien indéfectible » de leur conjoint·e s’il y a des enfants. C’est-à-dire la prise en charge mentale et souvent réelle du quotidien domestique et familial. Avec recours à une aide extérieure quelquefois. Tu ne sembleras pas ce jour-là t’être interrogé sur l’effet provocateur de ton propos, dans ce contexte de recherche d’égalité entre les sexes. Sur la dissonance entre les messages d’appel à la parité lancés en politique jusque dans l’objet du colloque et ce que tu viens d’énoncer sans aucune gêne. Ta femme s’est occupée de tout… Aurais-tu fait la même chose ? Non, puisqu’elle n’avait pas les mêmes désirs que toi. Et puis vous vous étiez mis d’accord. Elle préférait s’occuper des enfants. Et elle gagnait moins que toi au départ. Elle avait choisi. Toi aussi. Comment en tant qu’élu aurais-tu pu interroger ton propre schéma, dans la perspective de participer à un monde plus égalitaire ? Quand il s’est agi de parler de l’articulation des temps de vie, maintenant que tu y repenses, certaines femmes invitées ont parlé spontanément de leur vie de famille… Toi, cela ne t’est même pas venu à l’idée. Bien sûr : cette partie-là n’était pas la tienne. Qu’aurais-tu bien pu dire… ? Pourtant, le programme de ce colloque commençait par mentionner la « quinzaine de l’égalité » et se terminait par le « verre de la parité ». Si tu l’avais mieux lu, tu aurais peut-être évité un impair… à défaut de porter un message égalitaire.

Le retrait réel ou symbolique du travail se pratique habituellement au féminin. L’argument économique appuie régulièrement la décision, estimée rationnelle, bien que creusant l’inégalité de revenus dans le couple. Le plus souvent Madame gagne déjà moins, alors plutôt que de réduire l’écart de revenus au sein du foyer, il est décidé, admis, qu’elle gagne encore moins (son heure travaillée à elle vaut moins que son heure travaillée à lui), dans l’intérêt économique du collectif-foyer. Ainsi, elle s’y fond encore davantage, Madame, dans ce foyer, en commençant par réduire son implication professionnelle et sa contribution financière. Par suite, elle fait consciemment ou non de la place à son travail, pour d’autres[1]. En parallèle, Monsieur, grâce au temps qu’il gagne si sa partenaire se fond (ou se confond seule) dans ce foyer (qui devient d’autant plus collant que la fonte est à la fois lente et forte), progresse au travail ou dans d’autres activités. Devenant du couple le « pilier financier », il finit par envisager son foyer comme une externalité, voire le lieu de son repos mérité. Glissement logique. Solidarité à sens unique.

« Grâce à la collaboration discrète de leurs épouses-secrétaires, des milliers de savants et d’écrivains ont pu étudier, créer, concevoir, libérés de tout souci matériel. La réalisation des hommes repose sur l’exploitation des femmes. »

Ivan Jablonka


[1] Voir le film La vie domestique, de Isabelle Czajka, 2013 avec Emmanuelle Devos, qui décrit très bien ce glissement.

2013 – Inconcevable mesure

Ecouter “2013 – Inconcevable mesure” en audio

« Quand c’est impossible, c’est plus long. »

Donald Westlake, écrivain

Emportée par ton sujet, tu leur fais part de ton idée. Lui est visiblement choqué par ton impétueuse suggestion. « Un congé paternité obligatoire de plusieurs semaines ? Tu n’y penses pas ! Ça coûterait une fortune ! Qui va payer ? Pour quoi faire ? Et puis ça désorganiserait tous les services… Impossible ! …Une telle mesure desservirait les entreprises. Et ces dépenses sociales… Comme si les moyens financiers étaient inépuisables ! Les femmes ont déjà ces droits-là, tu ne vas pas en plus créer la même chose pour les hommes. C’est absurde, coûteux et impossible à mettre en place. Personne ne peut te suivre sur une proposition pareille. En plus, c’est justifié par quoi ? Les enfants ont déjà leur mère qui s’absente du travail pour leur naissance, c’est bien assez. Moi dans mon entreprise ça ne marcherait pas. Je ne vois pas du tout comment on absorberait une telle mesure, qui n’est demandée par personne. Regarde, nous dans le BTP, on embauche à sept heures le matin, on travaille comme des malades, avec des horaires à rallonge, on a des compétences particulières, on dépend de nos clients, des appels d’offre, des sous-traitants, nos délais sont sans cesse repoussés, on doit s’adapter encore et encore et on a du mal à recruter. Va pas nous ajouter en plus une contrainte à la noix qui risque de nous faire faire faillite… Et puis on n’est pratiquement que des hommes, donc on serait tous concernés !! Impossible… »

« Tu crois ça ? Alors que se passe-t-il dans les entreprises qui recrutent surtout des femmes ? Comment expliques-tu qu’elles font face avec cette contrainte-là ? Toi par exemple (tu te tournes vers ton amie), elles sont majoritaires dans ton domaine… Or, une partie d’entre elles se sont absentées quand elles sont devenues mères, non ? Le système s’est adapté, cahin-caha, parce qu’entre femmes, vous avez trouvé ça normal. Même si ce n’est pas bien confortable pour celles qui restent et qui comblent l’absence… On sait bien que pour celle qui part non plus, ce n’est pas confort. Ni quand elle s’absente. Quitter son activité, penser que les autres vont absorber en partie mais… Comment ? ‘Qu’est-ce que je vais retrouver en rentrant ?’, ‘Est-ce que je vais manquer au service ?’, ‘Est-ce que je n’ai rien oublié ?’, ‘Est-ce que je vais être remplacée par une personne qui travaille mieux que moi ?’, ‘Est-ce qu’on va me faire payer mon absence ?’, ‘A quand vais-je prétendre à une prochaine augmentation ?’, ‘Vais-je oser la demander alors que j’ai mis tout le service dans l’embarras ?’, etc… Ni quand elle revient. ‘Est-ce que je vais retrouver mon poste ou un autre ?’, ‘J’en connais une qui n’a rien eu à faire pendant des mois ; à son retour on savait plus quoi faire d’elle’, ‘Est-ce que je vais parvenir à me concentrer sur mon boulot si je ne trouve pas le bon mode de garde ? Si bébé ne fait pas encore ses nuits ? Si je suis crevée ?’, ‘Est-ce que la réforme du service, de l’entreprise, de l’usine aura déjà commencé sans moi ?’ , ‘Est-ce que je suis prévue dans le plan de formation ?’, ‘Est-ce que je montre que j’ai peur de la suite ou que je suis confiante ?’, ‘Est-ce qu’on m’aura un peu oubliée ?’… Comme nulle ne sait à qui ce sera le tour après, on s’entraide, non ? Il me semble que ton employeur fait des bénéfices malgré tout, non ? La faillite ne pointe pas le bout de son nez. Personne ne se demande qui paye cet incroyable droit à des indemnités de congé maternité. La mesure est normalisée. Juste. Peut-être que ça ferait évoluer le BTP, cette mesure « à la noix », qui permettrait enfin d’embaucher des femmes, puisqu’il n’y en a que 4% dans ce secteur ! Et plus en amont, que les filles s’orienteraient vers le BTP, parce que faire des enfants concernerait dans l’entreprise ET les hommes ET les femmes désormais… »

« Certes, te répond-elle, mais est-ce que tu peux vraiment tout comparer ? »

Comme à l’accoutumée, quand tu passes à Paris, tu rends visite à ton amie. Discussions enflammées avec elle et son compagnon dès que les visions politiques s’invitent et polémiquent. Chaque objection recueillie t’aide à mesurer la peur qui plane. Projection des pères en panne. Jusqu’où un tel congé pourrait-il bien les transformer… ?

« Si l’on veut vraiment faire progresser la question de l’égalité professionnelle et l’égalité domestique, si l’on veut vraiment faire progresser la question de l’harmonisation de la vie au travail et de la vie personnelle, il faut aujourd’hui s’intéresser aux hommes, impliquer les hommes. »

Sylviane Giampino

2011 – Douloureuse prise de conscience

Ecouter “2011 – Douloureuse prise de conscience” en audio

Une dame s’approche. Petite cinquantaine. S’immobilise devant vous. Tu t’es consacrée depuis trois semaines à la préparation de ce stand. C’est votre première action publique depuis la création de l’association. Une dizaine de personnes se sont mobilisées pour accueillir le public. « Filles et garçons naissent égaux, certains plus que d’autres. », voici le thème de la Fête du livre de Villeurbanne, qu’heureusement vous avez pu intégrer pour faire connaître vos intentions, vos projets, votre vision du monde. Entre autres contenus créés pour l’occasion, vous avez recouvert un panneau de récits de « Vies manquées », histoire de créer du dialogue avec le tout-venant ou la toute-venante. Par exemple un homme qui à la fin de sa vie n’a « pas vu grandir ses enfants » tellement il a investi son travail. Ou une femme qui lors du départ des siens se rend compte qu’elle n’a rien entrepris pour elle pendant toutes ces années et s’en trouve alors bouleversée. Une femme orientée malgré elle dans la comptabilité alors qu’elle souhaitait faire de la mécanique, parce que, seule femme, elle « n’y aurait pas été à sa place ». Un homme qui n’ose pas demander un congé parental parce que « ça ne se fait pas dans l’entreprise, pour un homme ». Elle est émue. Silencieuse. Perturbée.  « Est-ce que je peux vous renseigner ? Avez-vous envie de parler ? » Elle bafouille. « Je passais par là. Je suis juste venue faire un tour et je me suis arrêtée devant votre stand. Je lis… Je déroule ma vie. Je me rends compte que je n’ai rien choisi. J’ai fait et élevé mes enfants parce que je suis une femme. C’était mon rôle. Ma place. Ils sont partis. Je n’ai plus rien. Mon mari a sa vie. Mon travail est sans importance. Sans intérêt. Jusque-là ça ne m’avait pas gênée. Et depuis leur départ c’est le vide… Vos récits, là… je m’y reconnais. » Elle ne retient plus ses larmes. C’est à ton tour d’être démunie. Vous avez provoqué un drame.

« Dès leur naissance, les femmes sont prises dans un cercle patriarcal. Postulant leur nature maternelle, ce cercle les voue à la fonction-femme, usage qui les confine dans l’espace domestique où elles sont glorifiées pour leur altruisme, fondement de leur nature maternelle – et ainsi de suite. »

Ivan Jablonka

2009 – Toutes choses égales par ailleurs

Ecouter “2009 – Toutes choses égales par ailleurs” en audio

But atteint : 0% !! Epoustouflants progrès. Tu viens de parcourir, ébahie et circonspecte, la nouvelle plaquette de communication qu’a fait éditer le chargé de mission égalité de l’Entreprise. Formidable ! Il n’y a plus d’écart de salaires entre les femmes et les hommes. Le Groupe a fait un excellent travail. La grande classe. Nos efforts ont porté leurs fruits. C’est ce que suggère le document, à moult renforts de constats positifs. Tu es perplexe. Tu n’as en effet rien vu arriver de révolutionnaire qui amènerait les femmes et les hommes à bénéficier de carrières et de droits tout à fait équivalents. Comment une entreprise à dominance technique, qui concentre la minorité de femmes présentes dans les métiers tertiaires, qui en compte si peu au fur et à mesure qu’on gravit les échelons, peut-elle se targuer d’avoir atteint son objectif principal en matière d’égalité professionnelle, soit 0% d’écart salarial ? Une petite investigation dans les documents des Ressources Humaines t’amène à comparer la masse salariale moyenne d’une femme à celle d’un homme, et tu trouves…18% d’écart en défaveur des femmes. Tu retournes à ta lecture. Tu cherches. Ce chiffre-là ne fait pas les gros titres de la plaquette… Bien sûr ! Il fallait comprendre « à poste égal », et « toutes choses égales par ailleurs » ! Au lieu de comparer les revenus dans leur ensemble, on a tout découpé en morceaux, à la verticale comme à l’horizontale. Rassemblement des emplois et des situations dans des tranches homogènes, qui peuvent désormais chacune contenir des données comparables. Même emploi, même ancienneté, même temps de travail.

Depuis la signature de l’accord égalité professionnelle, le Groupe a entrepris de mener tous les efforts nécessaires pour respecter le principe de l’égalité de rémunération à travail égal entre les femmes et les hommes. Il était temps : il est inscrit dans la loi depuis 1972… ! Tu es née cette année-là. C’est peut-être la raison de ton intérêt, va savoir. Alors oui, il y a du mieux, puisqu’avant tous ces efforts il y avait encore 5% d’écart dans cette entreprise, toutes choses égales par ailleurs, c’est-à-dire en référence à la loi de 1972. On peut se féliciter. D’ailleurs on le fait. Ce serait dommage de passer à côté d’une autocongratulation. 

Ce que la plaquette ne dit pas, c’est qu’une énorme énergie doit être mise en œuvre pour résorber ces 18% d’écart restant entre le revenu moyen d’une salariée et celui d’un salarié de cette entreprise. Tu transmets le résultat de tes calculs à l’émetteur du document de communication et demande une explication. La réponse finit par arriver, effrontée, légèrement amusée : « Je vous conseille de ne pas vous lancer en politique un jour, vous ne sauriez pas y faire et auriez peu de chances de l’emporter... » L’option retenue, à des fins « politiques », a ainsi été le trompe-l’œil. Ces 18% feraient sans doute de l’ombre au fabuleux tableau « zéro » appelant des bravos.

En ce qui te concerne, tu as, naïvement sans doute, une autre vision de la politique : la tienne rimerait davantage avec éthique.

Quasiment une décennie plus tard, tu liras l’excellent ouvrage de l’universitaire féministe américaine bell hooks, De la marge au centre. Remise en place de la femme privilégiée que tu es, blanche et engagée pour l’égalité des sexes. Tu devras bien consentir que cette propension, que tu critiques tant, à penser ou à calculer « toutes choses égales par ailleurs », à écarter de notre champ de vision les situations éloignées des nôtres, est un réflexe répandu. Positionnement classique, dans un milieu où admettre les inégalités de salaires, de statuts, de carrières, de places fait partie du processus d’intériorisation à l’œuvre. Cette tendance n’est pas l’apanage d’un chargé de mission égalité formulant un message de communication. Elle est pratiquée au sein même des discours ou des mouvements pro-égalité. Prenons une femme dirigeante d’un grand groupe qui revendiquerait l’égalité salariale avec « les hommes ». Sa référence n’est pas l’installateur de machines à café, fût-il en CDI. Encore moins un chercheur d’emploi peu qualifié qui enchaîne les expériences discriminatoires quand il habite une zone dite « sensible » ou qu’il porte un nom à consonance étrangère. C’est à ses pairs masculins qu’elle se compare, eux aussi dirigeants, qui habitent probablement le même type de quartier qu’elle. Elle raisonne « toutes choses égales par ailleurs ». Elle rêve de franchir le « plafond de verre », terme utilisé pour décrire la difficulté qu’ont les dirigeantes à s’élever au même niveau que les dirigeants dans la classe des cadres supérieur·e·s dont elle fait partie. Sa vision est personnelle, située, tronquée. Elle ne questionne pas forcément la longue chaîne d’asservissement que vivent d’autres femmes pour qu’elle puisse se préoccuper de ce plafond-là. La vie domestique marchandisée fourmille de femmes, souvent racisées[1], qui exécutent aussi et quasi-seules ces mêmes tâches dans leur vie domestique gratuite. Ce qui les spécialise encore davantage. Tâches que pendant la prise de responsabilité professionnelle des unes et la mise en service à domicile des autres, beaucoup d’hommes n’ont toujours pas investies, ni gratuitement, ni contre salaire. Un temps disponible que ces hommes-là peuvent consacrer à d’autres activités. Davantage que la plupart des femmes mais aussi davantage que les hommes qui, eux, les ont investies : ceux qui prennent soin d’eux-mêmes sans l’aide d’autrui[2], ceux qui prennent leur part des tâches à la maison, ceux qui n’ont pas les ressources culturelles ou économiques pour rémunérer leur exécution.

Le piège serait de nier les inégalités économiques en se focalisant sur les inégalités de revenus entre les sexes à catégorie socio-économique équivalente. Le piège serait de réduire l’écart de revenus entre les sexes, en tolérant davantage d’inégalités économiques, qui de fait creuseraient les écarts entre femmes et entre hommes… Le piège est de trouver, grâce à l’augmentation des inégalités économiques, des solutions pour l’égalité des sexes. Et de s’y résigner.

Soyons lucides, individuellement, dans la recherche de l’égalité femmes hommes, à qui nous comparons-nous ? « A partir du moment où les hommes ne sont pas égaux entre eux au sein d’une structure de classe patriarcale, capitaliste et suprémaciste blanche, de quels hommes les femmes veulent-elles être les égales ? », nous demande bell hooks.

A ce stade, ta ligne de conduite se dessine ainsi : « Soit tu développes ton indulgence vis-à-vis de ces considérations et calculs « toutes choses égales par ailleurs » qui favorisent l’entre-soi et confortent les inégalités sociales, soit tu deviens plus cohérente en visant l’égalité des sexes en même temps que tu restes en veille sur les autres égalités. Notamment l’égalité socio-économique ».

« Le développement des services personnels n’est possible que dans un contexte d’inégalité sociale croissante, où une partie de la population accapare les activités bien rémunérées et contraint une autre partie au rôle de serviteur. (…) La professionnalisation des tâches domestiques est donc tout le contraire d’une libération. Elle décharge une minorité privilégiée de tout ou partie du travail pour soi et en fait un gagne-pain exclusif d’une nouvelle classe de serviteurs sous-payés, contraints d’assumer les tâches domestiques des autres en plus des leurs propres. »

André Gorz


[1] Terme exprimant que ce sont les autres qui désignent et stigmatisent certaines personnes par leur couleur de peau, qu’elles soient issues de l’immigration ou non, et quelle que soit la génération, simplement parce qu’elles ne sont pas tout à fait identifiables comme « blanches ».

[2] Faire sa propre valise à l’occasion d’un déplacement professionnel ou touristique n’est par exemple pas toujours une évidence. Déléguer cette tâche est encore pratiqué. Le soin de son linge est un autre exemple.

2020 – Intermède – Une immense différence

Ecouter “2020 – Intermède – Une immense différence” en audio

Fin de la quatrième semaine de confinement. Au début de ce repli imposé vers le chez-soi, espérance d’un réveil. Voilà une chance inespérée d’observer les effets, en termes de répartition des tâches domestiques et familiales, de la présence à leur domicile, dans de nombreux foyers, des parents et de leurs enfants. Dans notre incroyable situation actuelle, cauchemardesque, voir enfin des pères auprès de leurs enfants autant que des mères. Peut-être pour du mieux ? Vision naïve ?

Signe d’un espoir de tirer parti de cette contrainte qui nous est imposée. De cette expérience infernale que nous vivons. Cette présence parentale augmentée allait modifier favorablement les comportements. Une présence paternelle comme maternelle. La prise de conscience générale allait advenir. Conscience de ce que sont les tâches domestiques et familiales, du temps qu’elles prennent, de qui les exécute le plus souvent, de l’injustice d’une telle division des rôles, y compris dans les foyers au double revenu. L’éveil allait conduire à une tentative de rééquilibre.

Après quelques semaines, changement complet d’opinion. Oh, pas sur le souhait initial, non. Sur la valeur d’une telle démonstration. Appréciation de l’énorme différence de contexte. Invalidité du raisonnement comparatif. Fourvoiement de l’imagination. Impossibilité de présager des effets d’un long congé paternité obligatoire à l’aune d’une présence paternelle massive imposée soudainement dans les foyers. Différence de taille.

Imaginer les implications de la décision de devenir père, si un congé paternité digne de ce nom était enfin en place. Supposer que les pères seraient alors conduits – et préparés psychologiquement – à interrompre leur travail. A consacrer alors autant que les mères plusieurs mois à leur bébé, à leurs autres enfants et à leur maisonnée. Et ce, dès la naissance. Projeter qu’une telle mesure aiderait chaque mère à entrevoir tel ou tel homme dans cette attention-là. A aménager ses propres attentes. A favoriser cette place que prendrait légitimement un homme nouvellement père. Prédire que cette anticipation les aiderait, eux-aussi, à se projeter dans le paternage. Parce que c’est la loi. Parce que c’est la norme. Parce que c’est un droit. Parce que c’est conforme. Ce choix de paternité-là, de concevoir un bébé avec ses implications, serait librement consenti, fait en connaissance de cause. Il serait possible d’y renoncer, si les devoirs manquent d’attrait. Rien à voir avec ce qui arrive aujourd’hui dans l’épreuve du chez-soi imposé, non entrevu comme possible, non imaginable dans le temps d’avant.

Lire de multiples articles de presse relayés par les réseaux sociaux sur les constats domestiques de notre funeste expérience : la montée des violences intrafamiliales, l’exacerbation des inégalités de répartition des tâches domestiques et parentales, l’augmentation de la charge mentale chez les mères compte tenu notamment de la continuité scolaire depuis le domicile. Lire qu’en Chine, les demandes de divorces ont explosé à la sortie du confinement. Prendre connaissance des déductions et conclusions, qui apparaissent ici et là sur ce que nous enseigneraient ces constats. Qui prouveraient que l’institution familiale traditionnelle doit disparaître. Ou qu’un allongement du congé paternité apparaitrait bien inutile sans remise en question des hommes et de leur éducation. Moins de propos captés sur la joie que certains enfants trouvent dans la nouvelle présence parentale. Ou sur la révélation d’un précédent équilibre bancal, d’un trop plein de travail.

Être d’accord pour tirer des leçons de l’épreuve du chez-soi. Être d’accord sur la mise au grand jour de ce qu’on savait déjà, mais discuter certaines conclusions hâtives. Manque d’une observation fine, à grande échelle. Convenir qu’une seule mesure ne pourrait pas tout. Que les changements de mentalités ne se créent que dans la durée, avec un long passage par l’éducation. En déduire que les réformes n’auraient un effet que sur les générations d’après… Continuer de penser, pourtant, que l’instauration d’un congé paternité long et obligatoire constitue une de ces réformes éducatives nécessaires. Car il indiquera à la première génération d’enfants que comme on ne naît pas mère, on ne naît pas père, mais qu’on le devient. Par sa seule existence, il montrera à toute une tranche d’âge la place reconnue par la société de la paternité du soin, ce qui est attendu des pères et ce qui leur est permis. Ce qu’ils ont le droit d’être et de devenir. Multiples. Apprenants. Inexpérimentés. Humbles. Attentifs. Dévoués. Soignants. Boules d’émotions. Vulnérables. Parents. Il éduquera massivement ces enfants à l’existence d’une masculinité du soin, parmi toutes celles possibles. Comment ? Par les responsabilités nouvelles et légitimes qu’il confèrera, par le temps qu’il accordera hors du travail rémunéré, par les droits sociaux qu’il créera, par les adaptations au travail auxquelles il conduira.

Observer d’abord que le confinement exacerbe les inégalités économiques et sociales, puisque le domicile revêt des réalités extrêmement variées selon les moyens des foyers. Observer ensuite qu’il révèle simplement où nous en sommes dans la conception et la réalité de la vie en couple hétérosexuel. Relativité du niveau de dialogue préexistant ou d’écoute de ses propres aspirations comme de celles de l’autre. Révélation que la vie à deux, voire la fondation d’une famille, peut avoir été programmée mais non anticipée, non discutée, non inventée. Mise en évidence que parmi les couples au revenu double ou unique, certains ont fondé leur relation sur une complémentarité des rôles de sexe, parfois sans même le décider réellement. Parce que c’est comme ça. Or, la spécialisation sexuée est justement ce qui peut poser problème pendant cette période de cohabitation permanente et forcée. Des hommes ont fondé leur identité, leur propre valeur, sur le travail rémunéré et leur vie sociale. Des femmes ont fondé la leur sur leur rôle domestique et parental. Qu’advient-il de cette image de soi longuement construite et de cette relation conjugale lorsque le travail des uns disparaît d’un coup, ou bien se trouve propulsé dans l’espace domestique, tandis que les tâches ménagères et parentales augmentent tout aussi soudainement ? Comment réaménager en quelques jours ou semaines des places qui se sont installées, normalisées dans la distinction claire des rôles et des responsabilités ? Valeur de soi acquise grâce à la spécialisation dans un domaine, à l’incarnation d’un rôle, un seul, spécifique et rassurant. Maîtrise de ce rôle et des compétences associées. Confusion possible avec la reconnaissance de soi par les autres. Parfois, rétention des savoirs ou de l’information, par souci de préserver cette place, cette valeur acquise. Par peur de perdre son identité. Risque de dénigrement de la personne non spécialiste qui s’essaierait dans ce domaine. Paradoxalement, risque concomitant de rancœur si elle ne tente pas… Possible déclin de confiance en soi si son rôle s’efface, si son utilité n’est plus flagrante. Risque d’une crise identitaire. Et pas que.

Adhérer à la nécessité du temps long, que de nombreuses prises de parole prônent en ce moment. Confirmer l’importance du sujet. Un congé paternité long et obligatoire modifiera l’idée que se fait chaque prochain parent, homme ou femme, de sa place dans la société. Modifier son propre positionnement prend du temps. De même que trouver de la valeur dans des activités ou dans un rôle non endossé jusque-là.

Refaire le passé. Imaginer qu’une loi, qui aurait été votée depuis longtemps, invite depuis lors les hommes à devenir paternants autant que les femmes à devenir maternantes. Se demander si la tension observée dans certains foyers serait aussi forte pendant l’épreuve du chez-soi. Penser que les choix de partenaires de vie comme les projets d’enfants seraient, avec cette dimension, autrement réfléchis, anticipés et discutés. Présumer qu’une expérience mixte de la prise en charge de la vulnérabilité humaine, à travers la satisfaction à temps complet des besoins d’un bébé, nous conduirait à une juste reconnaissance des activités de soin d’autrui. Reconnaissance qui serait d’une immense utilité actuellement.

Ne pas laisser penser que l’épreuve du confinement augure des effets d’un ambitieux congé paternité résultant d’un choix consenti. La comparaison ne tient pas. Le discrédit des bénéfices probables d’une telle mesure donnerait du grain à moudre à toute personne tenant à préserver l’ordre inégalitaire persistant entre les mères et les pères.

Défendre, au contraire, qu’elle est une des clés de sortie des déséquilibres actuels. Insuffisante, mais nécessaire.

2009 – Destitution nocturne

Ecouter “2009 – Destitution nocturne” en audio

Elle a quatre ans et fait de toi le plus heureux des pères. En ce moment inquiet toutefois. Elle va rester plusieurs jours dans cet hôpital, le temps nécessaire pour maîtriser l’infection. Vous décidez de vous partager la veille nocturne avec sa mère, en alternance, dans le fauteuil de repos prévu à cet effet. Tu as à cœur de t’occuper de ta fille le mieux possible et autant que sa mère ; vous avez opté pour la garde alternée lors de votre séparation. Tu sais d’expérience endosser tous les rôles, c’est ce que tu as toujours fait avec ton fils aîné, dont tu as la garde. Comme ce sera ton tour ce soir, pour la deuxième nuit, vous en informez le personnel. L’annonce semble faire naître une gêne immédiatement perceptible dans le regard de l’infirmière. Elle te prend à part. « Ce ne sera pas possible. La famille de l’autre enfant, celle qui partage la chambre, n’est pas d’accord avec votre présence. Elle souhaite que ce soit la mère qui reste. » Tu es contrarié alors tu essaies de comprendre. Peut-être a-t-elle peur que l’intimité de la petite ne soit pas respectée ? Tu proposes de sortir autant de fois que nécessaire, dès qu’on te le demandera. Nouveau refus de l’infirmière. Qui suggère que l’hôpital soutient ce point de vue. Tu te sens démuni. Un peu en colère aussi. Tu es son père, tu as ta place avec ta fille, non ? Pourquoi ne te propose-t-on pas une chambre pour elle seule alors ? Nouvelle réponse négative de la part du mur hospitalier. Tu ne veilleras donc pas ta fille les nuits. Sa mère devra malgré elle et malgré toi assumer seule chacune d’entre elles parce que c’est une femme… alors que toi, son père, tu es empêché en tant qu’homme. La présence masculine parentale est potentiellement suspecte la nuit dans cet hôpital.

Que la responsabilité parentale soit réellement assumée par les deux parents ? Cela n’est pas le sujet. Que sa mère exerce une activité professionnelle (incroyable !) et doive effectuer ses journées un minimum reposée ? Pas le sujet non plus. Qu’à son travail on nourrisse un éventuel ressentiment vis-à-vis de ces mères qui ne sont pas toujours disponibles ni en forme, sont absentes, prennent des jours de façon inopinée parce qu’elles « ont des responsabilités familiales, elles… (et eux, qu’ont-ils ?) » ? « Ha, ces femmes, il leur faudrait tout… Mais, non, qu’elles choisissent ! Qu’elles se mettent bien dans la tête que ce n’est pas compatible de travailler et de s’occuper de jeunes enfants ». Pas le sujet. Qu’elle puisse être soulagée de la moitié des nuits, elle qui a la garde de ses deux autres enfants nés d’une autre union ? Pas le sujet non plus.

Des années après, tu reparleras de cette semaine passée par ta fille dans un hôpital public français, pendant laquelle on t’a sommé de ne pas assumer ta part de parentalité, pour la reporter sur la mère de ta fille, parce que toi, tu es un homme. Avec l’arrière-pensée que tout homme en présence d’enfants est potentiellement un intrus. Ou pire, un suspect (quelle autre raison ?). Alors soupçonné d’être quoi ? Un voyeur… Voire un prédateur, un agresseur, un auteur d’abus sexuels sur enfants qui s’ignore peut-être encore. On se charge de lui révéler alors : il aurait des pulsions ‘naturelles’. En tant qu’homme. Il ne saurait pas se contrôler. L’étiquetage d’un individu, au nom d’une croyance portant sur tout le groupe des hommes, prend toute son importance là. En revanche, dans un contexte identique, aucun questionnement ne serait déclenché concernant la mère, en tout cas pas de manière généralisante, juste du fait de son sexe. Quel message symbolique est envoyé par l’hôpital sur les hommes et sur les femmes dans cette situation ? Ce message défend-il l’égalité entre les sexes théoriquement défendue dans nos valeurs républicaines ? Pas vraiment. Tu feras aussi le lien avec cette maîtresse, pourtant elle aussi fonctionnaire, supposée défendre nos ambitieux principes affirmés sur les frontons des écoles. Elle te demandait régulièrement de voir la mère de ton fils, avec moult sous-entendus sur ton incapacité à jouer à toi seul le rôle des deux parents, alors qu’aucune situation équivalente chez les mères dites isolées – pourtant très répandue – ne suscite un tel acharnement à exiger la présence de l’autre parent…

D’autres postures professionnelles existent bien sûr à l’hôpital. Des médecins refusent de conditionner la présence parentale au sexe du parent et le font entendre à leurs publics comme à leur personnel. Certains établissements tentent même de normaliser le paternage. Encore trop rares, ils se positionnent dès la naissance pour un véritable accueil du parent qui n’accouche pas. Le 12 avril 2019, un court reportage sur France 3 révèle qu’à Grenoble, une maternité privée accueille les deux parents dans un lit double. Pour permettre au lien avec l’enfant de se construire dès que possible, pour faire une juste place au deuxième parent, et pour soutenir la mère. Les fonds pour l’achat de ces deux lits doubles ont été réunis grâce à un financement participatif, suite à une demande de parents d’accueillir le papa, « pour lui offrir la possibilité de vivre au même titre que les mères les premières nuits à la maternité » (Huffington Post[i]). « Question de confort, et aussi d’égalité. “C’est vraiment un dispositif qui permet au papa de jouer son rôle en alternance avec la maman“, souligne le père de l’enfant. Pour leur premier enfant, il y a trois ans, le papa avait eu droit à un lit d’appoint. Rien à voir avec cette nouvelle expérience, qui comporte aussi d’autres bienfaits. “On considère qu’après un accouchement, alors que c’est l’instant où, vraiment, l’hormone du lien, qu’on appelle l’ocytocine, est délivrée en quantité astronomique, on se dit qu’il faut vraiment continuer à maintenir ce lien et que le papa puisse continuer à être collé, serré contre sa compagne et pouvoir admirer sa petite merveille à côté sans être dans un lit d’appoint ou sans avoir l’obligation de rentrer chez lui“, explique Alexandra Licina, sage-femme. Dans la majorité des chambres, lit simple et lit d’appoint restent la norme. Mais la maternité aimerait passer de deux à neuf lits doubles. »[ii]

« Il y a toujours eu, et il y aura toujours, de bons et de mauvais pères (et mères) et cela n’a rien à voir, ni avec le divorce, ni avec l’émancipation féminine : c’est une question de disposition psychique à la parentalité, de disponibilité, de bienveillance et de générosité. »

Olivia Gazalé


[i] Source : https://www.huffingtonpost.fr/entry/maternite-grenoble-lits-doubles_fr_5cac56fae4b01b34503af246

[ii] Source : « Naissance : un lit familial à la maternité », France 3 Auvergne Rhône Alpes, 12 avril 2019 – https://www.francetvinfo.fr/societe/mariage/peres-et-garde-partagee/naissance-un-lit-familial-a-la-maternite_3395047.html

2009 – Penser pile, agir face

Ecouter “2009 – Penser pile, agir face” en audio

Cet article a fait également l’objet d’une chronique en ligne dans le 50-50 Magazine sous le titre “Chroniques méditatives d’une agitatrice : Nourrir l’inégalité malgré soi”, le 20/08/2020.


Il t’a saluée de loin. De temps en temps, vous vous croisez dans le quartier, alors qu’il sort de son antre, pour prendre l’air ou rendre un service à la maisonnée. Il travaille beaucoup. Le week-end, le soir, en plus de la journée. Souvent de chez lui, en tant qu’expert indépendant, ingénieur diplômé. Il répond à des appels d’offre, a des compétences reconnues, demandées. Tu connais mieux sa femme, très présente auprès de leurs enfants, à l’école, dans la vie de la commune. Elle a mis sa vie professionnelle entre parenthèses depuis quelques années. Assure le quotidien. Les courses, les repas, l’organisation générale, le linge, l’appartement, l’entretien. Les invitations, les activités des enfants, leurs vacances… Lui aurait aimé travailler dans la nature, de préférence parmi les arbres. Garde-forestier par exemple, en montagne assurément. La vie en a décidé autrement. Faire de hautes études, habiter en ville, travailler beaucoup, faire du chiffre d’affaires, assurer l’avenir de sa famille, de soi, faire ses preuves. Répondre aux attentes, aux demandes, aux besoins, aux exigences, aux reproches parfois. Cela fait quelques années que vous échangez avec plaisir. Il se questionne beaucoup. Tu aimes la compagnie des gens qui se questionnent, qui doutent, qui écoutent. Qui ont un rêve, même s’il se tient loin. Tu as le projet d’agir pour plus d’égalité entre les femmes et les hommes ; ce sont notamment les inégalités professionnelles qui t’ont amenée à imaginer toucher les personnes dès la petite enfance. Vous en discutez. Il est très encourageant. Cela rencontre ses valeurs profondes, tu le sens bien. Il te dit « Je suis vraiment pour l’égalité professionnelle. Je trouve anormal que les femmes soient discriminées. » Là, tu réfléchis à ce que cette réponse suggère. A ce qu’elle masque aussi. Il y a quelques années tu as vécu une expérience assez déroutante qui te revient en tête. Un de tes collègues est venu à ton secours alors que tu te fourvoyais bien comme il faut. Alors que tu parlais de ton entreprise en la qualifiant de « boite d’ingénieurs », il t’a reprise à juste titre. Numériquement, il s’agissait bien davantage d’une « boite de techniciens »… Or, ton propos visait uniquement les cadres, cette catégorie dont tu faisais alors partie ; il invisibilisait donc les autres. Ton propos révélait un mépris de classe. Tu l’avais déçu. Il te l’avait dit. Il avait bien fait. Ta parole était en tel décalage avec tes valeurs… Ton collègue, que tu remercies encore aujourd’hui, t’a accordé ce jour-là sa confiance dans ta capacité à te remettre en question. En appelant avec bienveillance et fermeté à la responsabilité d’aligner ses actes avec ses valeurs… Tu te sers aujourd’hui de cette petite histoire vécue lorsque tu animes des formations. L’humilité peut très certainement nous faire progresser. Revenue à toi, tu décides donc de l’interpeller progressivement : « Tu connais beaucoup de femmes qui exercent ton métier, et qui ont ton statut ? » « Non, pas vraiment. » « Comment ça se fait ? » « Je ne sais pas… Moins de femmes qui s’orientent vers une formation scientifique… Moins de femmes qui ont envie d’exercer ce métier. Peut-être qu’elles sont moins admises ou moins visibles ; je ne m’en rends pas compte… Elles sont moins disponibles sans doute. » « Quand il y a des femmes et qu’elles sont autant disponibles au travail et reconnues que toi, ont-elles une vie de famille ? Si oui, comment font-elles ? Partagent-elles les tâches ? Ont-elles un conjoint (ou une conjointe) qui s’occupe de tout à la maison ? Ou paient-elles quelqu’un ? Ou se débrouillent-elles par leurs propres moyens en plus de leur travail… Dans quelle situation personnelle peuvent se trouver des femmes qui consacreraient autant de temps que toi au travail ? Sont-elles aussi nombreuses que les hommes qui peuvent le faire ? » Il te dévisage, tu es sans doute allée trop loin… Ou bien non, il vient simplement d’entendre que son propre positionnement et celui de sa femme en miroir contribuent à nourrir les inégalités professionnelles. Alors qu’il était convaincu d’être en phase avec ses valeurs, ou tout du moins de ne pas les contredire. Convaincu de ne rien fabriquer de négatif, d’être neutre en quelque sorte. Ou comment un jour, d’un coup, on peut prendre conscience qu’on agit quotidiennement à l’inverse de ce que l’on défend pourtant.

La prise de conscience des hommes sera longue ; elle est sans doute à son commencement, en tout cas très inachevée. Lire Fortune et infortune de la femme mariée, de François De Singly, t’apprendra que depuis des décennies, plus une femme a d’enfants, plus elle réduit ses revenus et son temps de travail. Plus un homme a d’enfants, plus il augmente ses revenus et devient disponible au travail. Tout se tient, dans une logique insidieuse reconduite implacablement.

« Pour transformer la vie des femmes, nous devons aussi changer le regard que les hommes portent sur eux-mêmes. C’est tout à fait possible. »

Claire Messud, écrivaine[i].


[i] Entretien avec l’écrivaine retranscrit dans la revue America, n° 06/16, p.102

2008 – Haro sur la mère

Ecouter “2008 – Haro sur la mère” en audio

Ton congé maternité touche à sa fin. C’est ton troisième. Tu en profites pour recevoir des proches avant de reprendre. Elle te pose des questions sur l’avenir. « Comment vas-tu t’organiser ? Reprends-tu ton travail précédent ? » Tu réponds que non, tu changes complètement. Tu entres dans le service formation de l’entreprise, qui s’occupe notamment des ressources humaines et du management. Tu vas changer de métier et tu t’en réjouis ! Concevoir des programmes de formation, revenir toi-même en apprentissage, t’intéresser à la façon dont les personnes apprennent, et tout cela dans des domaines humains. Et toutes ces personnes qui font du conseil interne seront tes collègues. Non… tu ne reprends pas à mi-temps, cela serait difficile sur un changement d’emploi. D’ailleurs cela ne t’est pas venu à l’esprit. Et puis tu dois t’investir pour être à la hauteur, c’est un nouveau métier pour toi, avec régulièrement des déplacements à Paris. Tu as hâte. Cela va être passionnant. Tu vas nourrir ton cerveau, ta vie sociale aussi et cela te ravit. Tu ne le sais pas encore même si tu l’espères, mais les trois ans de vie professionnelle qui suivront seront les plus enrichissantes de ta vie de salariée, et sans doute aussi de maman… heureuse de son travail. Elle te regarde, dubitative, mi-concernée, mi-consternée. « Enfin, quel temps auras-tu à consacrer à ta famille ? Avec trois enfants, c’est impossible ! Comment vas-tu faire ? » Elle te confie être rassurée par sa belle-fille qui se met à mi-temps après son troisième. Elle s’aperçoit sans doute que cela te renvoie l’image d’une mère douteuse, suspecte, pas tout à fait responsable ou quelque chose dans ce goût-là. Malgré sa gêne, elle confirme son propos. Te revient alors en mémoire une conversation vécue quelques jours auparavant avec une maman devant l’école : « Tu reprends à temps plein ? » « …(!!) Poserais-tu la même question au père de mes enfants ? », avais-tu répondu… « Euh… » « Eh bien moi c’est pareil ». Vous n’avez pourtant jamais évoqué frontalement la possibilité qu’il se mette lui à temps partiel. Tu reviens à toi et te rends compte qu’avec des proches c’est plus compliqué, d’autant que tu sais et conçois qu’elle n’a commencé à travailler qu’après avoir élevé ses enfants. Quel message lui envoies-tu si tu sembles opposer ou comparer son expérience à la tienne ? Même à plus de vingt ans d’écart. D’autant que tu constates que la tienne est épuisante, qui ne tient qu’à votre relation heureusement équilibrée, à la fois au sein de votre couple et dans vos ambitions professionnelles respectives. Ainsi qu’à vos niveaux de revenus équivalents et suffisants pour ‘vous faire aider’, c’est-à-dire avoir recours aux services d’autres femmes dont les conditions de travail et la reconnaissance sociale ne sont pas extraordinaires… Fragile équilibre. Un peu cynique aussi, tu dois l’avouer. Equilibre d’un couple privilégié, dont les membres ont chacun·e un travail intéressant et plutôt bien rémunéré. Tu te doutes aussi que ce qu’elle sous-entend, c’est que votre enfant si jeune, si vulnérable, en pleine construction, a besoin d’un temps parental important, qui lui sera confisqué dès ta reprise du travail. Dans l’absolu, tu admets l’argument. Tu tentes malgré tout « Tu sais, lui non plus ne demande pas un mi-temps pour ma reprise ». Arrive alors la répartie habituelle : « Mais c’est pas pareil ! ».

« Pour des raisons obscures, il en est ainsi : si l’on interroge encore dans les familles et dans la société sur le bien-fondé du travail de la mère, la question est rarement posée à propos du père. »

Sylviane Giampino

Ta réponse à la question du temps partiel avait une chance sur deux d’être positive. En effet, « les femmes sont particulièrement à temps partiel lorsqu’elles ont des enfants à charge (plus de 45 % des femmes salariées ayant au moins trois enfants travaillent à temps partiel). »[i]

L’INSEE rapporte dans une synthèse de 2013 qu’« après une naissance, un homme sur neuf réduit ou cesse temporairement son activité contre une femme sur deux »[ii]. Plus largement, nous informe la sociologue Dominique Méda, « des chercheuses de l’INED avaient mis en évidence, dès 2006 pour le cas français, que l’arrivée d’un enfant s’accompagnait pour 40 % des femmes (contre 6 % seulement des hommes) d’une modification de l’activité professionnelle (changement de poste, réduction du temps de travail…). »[iii]

La plupart des personnes trouvent normal que du temps parental soit aménagé pour s’occuper de l’enfant. Si la mère ne le fait pas, elle risque d’être jugée comme douteuse affectivement… Qui demande spontanément à un père s’il réduit son temps de travail suite à l’arrivée d’un enfant ? Lui-même, a-t-il été préparé à se poser la question ? Et à culpabiliser s’il ne le fait pas ?

En 2015, tu inities un micro-trottoir dans une action associative. Il questionne le faible engagement des hommes pour l’égalité. Un passant témoigne : « Dans le travail, si les hommes prennent un congé parental c’est vraiment super mal vu, là-dessus ça a pas du tout progressé. Les pays nordiques sont vraiment plus évolués que les nôtres. Moi j’ai eu des fonctions d’ingénieur. Je ne peux pas prendre un congé parental, ce serait très mal vu si je faisais ça. Tandis que ça passe mieux quand c’est une femme. Mais voilà, a contrario, elle sera moins payée. »[1] S’écarter de cette norme du travail à temps plein expose un homme. Souvent, ce sont des jugements réprobateurs, du mépris, de l’incompréhension, un refus de l’employeur, ou des commentaires douteux. C’est ce qu’en 2006, déjà, tu avais constaté. Sans appel. Collecte et rassemblement de témoignages d’hommes à l’appui, qui se sont mis en retrait du travail pour diverses raisons. L’un d’eux, qui avait demandé un temps partiel à son employeur, avait essuyé un méprisant « Tu veux devenir femme au foyer ou quoi ? ». « Il n’y a pas d’innovation sans désobéissance », affirmait récemment Michel Serres sur France Inter[2].« Il faut pratiquer la désobéissance de genre » préconise Ivan Jablonka. Se préparer aux effets de la transgression de la norme de genre. Affronter le regard des femmes et celui d’autres hommes. De ceux qui en font une valeur masculine, un marqueur identitaire. Et qui sans doute, dans le but de s’y conformer, ont fait des efforts, voire des sacrifices. Le temps partiel au masculin pour motif parental est perçu comme une déclaration de forfait au travail. Un abandon du rôle d’homme.

« Ce qui pourrait passer pour anecdotique ne l’est pas : dans de nombreux secteurs professionnels, la seule évocation d’un souhait aussi « féminin » que de disposer de son mercredi pour ses enfants, ou d’un congé de paternité de quelques semaines, équivaut à un suicide professionnel. Ces limites et cette uniformisation sont un appauvrissement et un immense gâchis des énergies mâles. »

Olivia Gazalé, Le mythe de la virilité


[1] Microtrottoir de l’Institut EgaliGone du 6 juin 2015

[2] La librairie francophone, France Inter, 6 avril 2019.


[i] “Le travail à temps partiel”, Mathilde Pak, Synthèse stat’ n°4, juin 2013. https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/Synth_Statn4_internet.pdf DARES

[ii] INSEE PREMIÈRE, No 1454, Paru le : 25/06/2013, Stéphanie Govillot, division Emploi, Insee.

[iii] Dominique Méda, Le monde.fr, 08/06/18, L’inégalité de salaire hommes-femmes, c’est de naissance !

2008 – Calculs ciblés

Ce billet a également été publié le 22 mai 2020 sous le titre “Maternité, privilège ou tricherie ?” par le magazine en ligne 50-50 (première des “Chroniques méditatives d’une agitatrice”).

Ecouter “2008 – Calculs ciblés” en audio

Il te reçoit pour un poste qui t’intéresse. Tu lui présentes ton CV, assorti de l’état de service qui détaille administrativement ton parcours : évolutions de rémunération et de grade, congés (tu as à ton actif trois congés maternité et un autre sans solde de trois mois), arrêts maladie éventuels, mobilités et lieux de travail, unités de rattachement, temps de travail, formations… Tout y est ou presque. C’est l’usage de présenter cet historique. Après quelques échanges sur le poste et tes compétences, il place les deux documents face à face et se concentre en silence. « En fait, vous n’avez pas 12 ans d’expérience comme vous l’indiquez dans votre CV ; vous avez moins que ça quand on enlève les congés pris à l’occasion de vos grossesses. 10 ans et quelques, ce n’est pas pareil… Je fais toujours le calcul. Et là, je vois que vous avez gonflé vos années d’expérience. » Tu es atterrée. Tu bafouilles. Tu te sens stupide. Tu es en colère. Tu t’étonnes tout haut qu’il fasse un tel raisonnement. Tu n’as jamais envisagé les choses ainsi. Depuis quand est-il pertinent de décompter les interruptions de travail de quelques mois de nos années d’expérience professionnelle ? Tu as un collègue qui prend deux mois sans solde chaque année depuis plus de quinze ans pour visiter le monde l’été ; est-ce qu’on lui signifie qu’il a trois ans d’expérience de moins ? Tu te demandes si toutes les personnes qui ont eu ou pris un congé à l’arrivée des enfants sont confrontées à son jugement décompteur. S’il est le seul à raisonner ainsi ou si cette pensée est partagée. Si ses principes le conduisent à compter moitié moins d’expérience pour les personnes à mi-temps et 20% de moins pour les personnes à quatre cinquièmes. Et quelle est, conséquence logique, la proportion de femmes et d’hommes qui font l’objet de ses décomptes et de ses jugements réprobateurs… Tu perçois dans la suite de l’entretien que tu t’éloignes inéluctablement du but, s’il s’agit toujours d’être retenue. Ou plutôt que ton but s’éloigne de toi, puisque tu ressens l’urgence de fuir ce bureau.

Tu n’auras pas le poste. Tu ne bénéficieras pas de l’expérience sans doute inoubliable d’exercer des missions sous la responsabilité de cet amateur de calculs. C’est dommage : toi aussi tu aimes les maths. Mais les mat-ernités également, pour ta part.

En 2016, « La pension de droit direct des femmes est inférieure de 39 % en moyenne à celle des hommes. Après l’ajout des droits dérivés[1], l’écart de pension s’établit alors à 25 %. »[i] Les femmes se retirent si fréquemment du travail pour enfantement et prise en charge de responsabilités familiales, que leurs carrières sont fréquemment discontinues. « Quel que soit le nombre final d’enfants, c’est au moment de la première naissance que les inégalités augmentent le plus », nous dit la DARES[ii].

« En 2016, la pension moyenne de droit direct (y compris majoration de pension pour enfant) s’élève à 1 065 euros par mois pour les femmes et à 1 739 euros pour les hommes. (…) En tenant compte des pensions de réversion, dont les femmes bénéficient en majorité, la retraite moyenne des femmes s’élève à 1 322 euros par mois en 2016. »[iii]

Elles prennent leur retraite en moyenne sept mois plus tard que les hommes et sont proportionnellement deux fois plus qu’eux à activer leurs droits à retraite après 65 ans (environ 20% des femmes pour 10% des hommes).

Elles sont beaucoup moins nombreuses à toucher une retraite à taux plein.

Fichtre ! Si elles bénéficient de tels privilèges, c’est bien qu’elles doivent tricher ! A moins… qu’elles ne sachent point compter ?

« La masculinité de privilège peut se définir comme l’ensemble des avantages que leur genre confère aux hommes : dans la mesure où ceux-ci en sont largement inconscients, ils s’y livrent sans retenue ni introspection. Pour cette raison, un homme qui détient un pouvoir, quelle que soit sa nature, devrait toujours se demander à quoi il le doit. Encouragé par le modèle du mâle breadwinner, il invoquera peut-être son travail et son mérite. Mais trois autres facteurs passent souvent inaperçus : l’aristocratie du masculin, l’exploitation domestique des femmes, les discriminations professionnelles. »

Ivan Jablonka


[1] Incluant les pensions de réversion


[i] Source : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/retraites_2018.pdf

[ii] Source : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/etudes-et-syntheses/document-d-etudes/article/a-quels-moments-les-inegalites-professionnelles-entre-les-femmes-et-les-hommes

[iii] Source : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/retraites_2018.pdf

2007 – Malvenues en consultation

Ecouter “2007 – Malvenues en consultation” en audio

Elle est visiblement contrariée. T’accueille d’un œil froid, regard noir. Tes deux enfants sont sur tes talons. Ce sont elles qu’elle toise. « Vous auriez dû venir toute seule, madame. Je n’accueille pas les enfants à mes consultations. Ce que vous allez me dire ne les regarde pas. » Tu tiens la valisette de jeux et le tapis d’éveil de ta main droite, habituée, depuis que ton ventre grossit, à occuper ta progéniture pour vaquer à tes quelques activités hors du domicile. Certaines sorties sont plus contraignantes que d’autres. Certaines plus accueillantes que d’autres. Ton congé maternité vous a fait mettre fin aux modes de garde des deux aînées… Il vous faudra tout revoir après la naissance de la troisième. Ta petite voix dans ta tête avait fait sa leçon. Sa leçon sociale. Sa leçon psychologique. Sa leçon économique aussi. Et oui, tu es à la maison maintenant, vous n’allez pas payer une garde, prendre la place que d’autres parents pourraient avoir, alors que tu es là, à pouvoir t’occuper des plus grandes… La sortie du jour est une visite à l’hôpital ; elle fait partie du pas drôle. L’anesthésiste a pour mission de te questionner pour cocher ses cases, celles qui permettront notamment de définir les responsabilités dans le cas d’une anesthésie, dont tu devrais te passer si tout va bien. Tu ne veux pas de péridurale. Tu vérifieras que ton dossier le mentionne bien. Les deux précédentes n’ont pas fonctionné. Vous êtes des rapides, toi et tes filles. Des impatientes qui préfèrent en finir le plus vite possible avec cet état-là. Tu dois pourtant répondre aux questions, pour le cas où. Où une césarienne serait nécessaire. Tu connais le protocole pour l’avoir vécu deux fois – tu dirais bien expérimenté à la place de vécu mais c’est plutôt subi, comme visite médicale. L’accueil qui t’est réservé est particulièrement protocolaire cette fois. La règle ici est que les futures mamans sont accueillies seules en consultation. Parce que les déjà-mamans, enfin, les prévoyantes, ou les organisées, les entourées, les bienveillantes avec leurs enfants, les bonnes mères quoi…, ont bien sûr confié leurs enfants. Pas toi. Tu aurais pensé que, dans une maternité, un espace pour les enfants aurait été aménagé, te donnant un signe de ta normalité de déjà-mère, mettant à l’aise et ta marmaille et toi-même. Tu ne pensais pas susciter de reproche en arrivant en nombre. Peut-être que l’expérience de cette anesthésiste avec d’autres enfants et leur mère a été douloureuse… Peut-être que certaines femmes ont des choses si atroces à dire que cela peut traumatiser de jeunes enfants de les entendre… Tu te demandes à quel point tu serais plus sereine, là, maintenant, si leur père avait pris le plus spontanément du monde un congé pour veiller sur elles le temps de ton rendez-vous, et pourquoi pas pour venir avec toi et t’attendre à côté avec elles… Tu cherches vite du regard un coin où installer tes supposées gênantes de filles. Qui en réalité vont être adorables, il le faut absolument. Tu les installes, de quelques gestes exécutés rapidement, tout en cherchant la rescousse de ton humour improvisé : « Oh je suis désolée… je n’ai pas vu la crèche à l’entrée, j’ai donc dû entrer ici avec elles. Rassurez-vous, Docteure, elles vont être sages, j’ai apporté des jouets et des images. »

Intermède 2020 – Gratitude

Ecouter “Intermède 2020 – Gratitude” en audio

1er avril 2020. Troisième semaine de confinement bien entamée. Fin de confection d’un trente-troisième masque en tissu lavable, visant à protéger, un peu, le personnel soignant. Le long temps de ce labeur bénévole, improvisé, a produit bien davantage que ces malheureux masques « mieux que rien », qui seront distribués dès demain matin. Il a engendré de la gratitude.

Merci.

Merci à Mamie T., qui tricotait, cousait, brodait, reprisait… et transmettait. Sa machine à tricoter me semblait miraculeuse. Mamie T. collectionnait les boutons, les aiguilles de toutes tailles, les fils à broder, les fermetures éclair. Conservait des petits objets dont elle imaginait l’utilité future (« côté droit de la gabardine de B. » ai-je retrouvé écrit sur un petit papier accroché à une demi-fermeture éclair). Elle mettait de côté des fins de pelotes, pour les vacances avec ses petits enfants. Empilait des boites pour mettre tout cela dedans. J’ai retrouvé des dentelles inachevées dans l’une d’elles : elle s’appliquait, en secret, en dentellière. Avant son mariage, elle était modiste. Ensuite, elle a confectionné des tricots et des chandails, dont certains garnis de torsades. Elle veillait à ce que mon grand-père ne souffrât pas trop du froid de l’hiver, lui qui était, comme elle disait, au jardin, au hangar ou dans la cour. Elle a veillé aussi à ce que ses trois garçons et sa fille se débrouillent avec du fil. La machine à coudre est devenue pour mon père un objet familier, qu’on entretient, qu’on prépare, qu’on utilise et qu’on répare. L’outil de la confection des voiles et des coussins d’un petit voilier qu’il avait acquis. A la main, il recousait ses boutons et ses ourlets de pantalons. Mamie T. m’a transmis la valeur de l’objet récupéré ou réparé, le souci de le garder, son utilité future, le soin du quotidien. Elle m’a appris qu’une boite remplie de petits riens est pleine d’un trésor. Qu’un tel contenu peut nourrir l’imaginaire, la créativité et n’importe quelle journée. J’aime les boites et ce qu’il y a à découvrir dedans. J’ai d’ailleurs gardé le range-serviette en forme d’enveloppe que j’avais brodé avec elle un soir de pluie : une maison, un arbre, des fleurs, le tout en couleurs.

Merci à Mamie J., qui brodait toutes sortes de matériaux, créait et cousait des robes, réparait, tricotait, ornait des nappes et des draps de multiples fleurs et de rosaces, avait toujours un travail en cours… et transmettait. Elle tricotait si vite que le cliquetis produit m’impressionnait. Elle m’a montré comment croiser les fils à l’arrière, m’a appris à dessiner des motifs pour obtenir un jacquard multicolore, homogène et souple. Elle m’a transmis la patience ainsi que la beauté du travail bien fait. J’ai conservé la taie d’oreiller sur laquelle elle avait joliment brodé mon initiale personnelle : un grand V.

Merci à ma tante M., qui démontait des chemises d’adultes usées pour leur donner une deuxième vie, à taille d’enfants. M. qui a toujours eu des idées pour transformer, repriser, réutiliser des textiles. Qui a appris à ma cadette à réparer son vêtement troué. Qui m’a conseillée et encouragée maintes fois dans mes entreprises créatives. Qui m’a inspirée, sans doute sans le savoir.

Merci à ma mère, qui a fait de sa maison un atelier au service de son travail artistique. Qui nous emmenait, petites, fouiller, faire des affaires, choisir les bonnes pièces dans la foule du marché Saint-Pierre. Nous partions par le train jusqu’à Paris, pour une journée faite d’aventures colorées. Ma mère, qui a accumulé des monceaux de tissus pour créer sans peine des décors, des costumes, des accessoires, des mises en scène, au fil de ses idées et de ses incessantes nécessités. Qui m’a montré qu’on pouvait se fabriquer un monde et s’exprimer avec ses mains, en assemblant des morceaux de couleurs, des motifs de toutes sortes pour raconter des histoires. Qui avait confectionné nos vêtements quand nous étions enfants, quand les vaches étaient plutôt maigres et qu’elle n’avait pas trop le choix. Qui a craqué un jour, se sentant asservie, esclave de l’aiguille… mais qui a transformé la plaie, grâce à l’écriture d’une très belle nouvelle, intitulée initialement « La cousette » (sans doute a-t-elle changé de nom mille fois, mais celui d’origine est ancré en moi).  

Je ne peux pas certifier que ces femmes se sont, toute leur vie, senties aussi reconnues, puissantes et autonomes qu’elles auraient dû l’être. Et pourtant, voici ce dont j’ai hérité d’elles : l’autonomie. Ce que peuvent ces mains aux intentions fécondes. Les mains façonnent ou inventent, elles se tendent ou se donnent. Elles peuvent écrire, signer, jouer de la musique, créer, rythmer, encourager, féliciter, réparer, confectionner, peindre, nettoyer, embellir, nourrir, exprimer, semer, récolter… Elles peuvent soulager, aimer, masser, soigner… Donner ou recevoir, rendre ou ovationner à vingt heures chaque soir.

Dès mon installation hors de chez mes parents, à dix-sept ans, le premier achat que j’ai fait, avec mes propres deniers, a été celui d’une machine à coudre. De marque, et d’occasion. J’ai eu le sentiment dévorant de détenir ma liberté dans cet objet. De pouvoir la multiplier. J’ai fabriqué mes rideaux, mes nappes, mes housses de couette, créé cette robe de soirée, toujours vaillante dans l’armoire. Robe qui plait, trente ans plus tard, particulièrement à mes enfants ! Ma benjamine essaie de temps à autre la robe fourreau de maman, paradant comme une dame devant le miroir. En velours élasthanne, elle sied à toutes les tailles. J’ai tenté de leur communiquer cette envie de faire par soi-même. Par exemple, en confectionnant pour Carnaval des déguisements… qui ont parfois été dissonants pour notre temps. Mon aînée se souvient de Fifi Brindacier qu’elle a dû incarner… et présenter toute la journée à ses camarades déconcerté·e·s (décalée jusqu’au bout de ses tresses, car personne ne reconnaissait qui elle représentait…). Depuis, s’étant orientée vers les métiers de la mode, elle a récemment appris à créer des vêtements. Sa penderie contient enfin un pantalon sur-mesure. Confection et détention d’un habit unique, adapté en tous points à sa morphologie. Plaisir et estime que procure si bien le travail pour soi.

Face à l’immense sentiment d’impuissance qui nous submerge depuis des semaines, puiser en soi. Se tourner vers l’armoire à trésors, la savoir remplie de tissus conservés « au cas où ». Ouvrir l’ancienne travailleuse de Mamie J., consciencieusement agencée, aux contenus soigneusement et régulièrement organisés. S’installer devant sa machine à coudre et prendre conscience, grâce à sa fine et utile connaissance, de son humble puissance. Y trouver du sens.

« Redonner à nouveau de la valeur à des tâches qui n’en ont aucune dans le capitalisme parce que pas rémunérées … (…) ça nous fait relire d’une manière différente et vertigineuse cette modernité comme ce grand moment de progrès qui allait libérer les femmes de toutes ces tâches domestiques alors que ces tâches domestiques, elles viennent de tout un rapport autonome à sa propre existence. Le fait de pouvoir subvenir à ses propres besoins, d’être dans une forme d’autonomie par rapport à son alimentation, à sa maison, c’est aussi quelque chose dont on peut considérer que la modernité nous a dépossédé·e·s. Est-ce que c’est un progrès aujourd’hui de ne plus être capable de repriser une chaussette ? Je ne suis pas sûre. Toutes ces questions-là sont ré-ouvertes et complètement renouvelées par la problématique écologique. »

Emilie Hache, interrogée par Charlotte Bienaimé dans son Podcast à soi n° 21  produit par Arte radio :  « Ecoféminisme, 1er volet : défendre nos territoires » (minute 22)

2006 – Maternité, état non souhaitable

Ecouter “2006 – Maternité, état non souhaitable” en audio

Décidée, tu viens de prendre la responsabilité d’une équipe d’une dizaine de personnes. L’une d’elles part dans quelques semaines en congé maternité. L’une des plus autonomes, affirmée, reconnue, qui a une charge importante. Tu demandes son remplacement mais ne l’obtiens pas. Trop tard et pas de budget complémentaire. Dans votre régime spécial d’entreprise publique, ses indemnités ne sont pas versées par la sécurité sociale comme dans les entreprises privées, mais par l’entreprise elle-même. Donc, à l’instar de ce qui se produit souvent dans l’administration, pas de réduction de la masse salariale. Donc pas de remplacement… Logique économique. Vous devez faire face, avec un effectif identique. Il suffit de répartir la charge sur les autres. Cela est non négociable dans votre cas, « puisqu’il y a des compétences équivalentes dans l’équipe », dixit la hiérarchie.… Tu n’as encore jamais eu à gérer cette situation : tu vas être servie. Le procédé a des répercussions désastreuses à la fois dans la gestion de la charge et dans les représentations : un membre de l’équipe en conclut ouvertement qu’il ne prendra jamais sciemment de femmes si un jour il vient à prendre une responsabilité managériale. « Trop de risque qu’elles partent en congé maternité, et qu’elles ne soient pas remplacées, avec une répartition injuste du travail sur les autres qui ont assez de boulot comme ça ! » Il espère bien ne pas en avoir dans ses équipes. Tu aurais dû exiger le remplacement avant de prendre le poste… Tu discutes, tu polémiques, tu te décourages, il s’est déjà fait son idée… Et que dire du message symbolique envoyé sur l’utilité des tâches effectuées par les futures mamans, tâches qui seront tout simplement supprimées ou dégradées pendant leur absence ? Le scénario se répète et personne ne le remet en cause. Les raisons budgétaires prévalent sur un traitement égalitaire des personnes… Quel homme fait l’objet d’un tel traitement, parce qu’il s’apprête à devenir père ?

Tu prends conscience que pour tes deux premiers enfants tu as docilement facilité les choses à tes responsables : une mobilité géographique d’abord, que tu as organisée à l’issue du congé, après avoir formé ton successeur. Pour le suivant, tu as rédigé la lettre de mission de remplacement et formé une collègue au moment d’une forte baisse d’activité. Elle a pu absorber tes attributions et vous avez ensemble relancé les activités à ton retour.

Voici comment les personnes concernées participent, pour faire passer la pilule de l’absence prochaine, à faire diminuer la valeur de leur contribution au travail. Organiser le départ de son poste ou faire absorber le travail à effectif identique alors que le congé maternité est planifié plusieurs mois à l’avance. Voici où mène la culpabilité de s’absenter pour faire naître et accueillir des enfants. Où mène le conditionnement social, subi par des millions de femmes et d’hommes, qui accorde moins de valeur au soin des enfants qu’au travail rémunéré…

Des années plus tard, en 2018, tu proposeras l’analyse d’une situation significative sur ce sujet lors d’une formation pour favoriser l’égalité professionnelle dans une administration. « Une de vos collègues part dans quelques semaines en congé maternité, votre responsable réunit l’équipe et demande de répartir sa mission et sa charge sur le reste du groupe. Comment réagissez-vous ?»  Tous les scénarios imaginés tourneront autour de la répartition de la charge. Personne ne remettra en cause la décision… Intériorisée comme normale.

En février 2019, Martin Hirsch annonçait au micro et sous le regard que tu devines ébahi de Léa Salamé sur France Inter que désormais les infirmières des 39 hôpitaux de l’assistance publique seront « systématiquement remplacées» à l’occasion d’un congé maternité… Elle en est restée quasiment sans voix, Léa, interloquée qu’elle était… Elle apprenait que jusqu’à présent, la mission de ces soignantes n’était pas jugée suffisamment utile pour justifier un remplacement systématique. « Déjà que quand elles décident d’avoir un enfant, elles lâchent le travail sans demander la permission, que dans l’adversité, on ne peut vraiment pas compter sur elles… ; alors faudrait pas jouer les profiteuses en exigeant des remplacements en plus, non mais ! » : voici donc le raisonnement couramment servi. Et par conséquent, largement intériorisé par de futures mères, qui aimeraient, du coup, rester discrètes.

Là, tu pressens la réplique qui viserait à te clouer le bec : «  Les hommes peuvent subir la même chose ! Par exemple quand ils sont absents pour longue maladie, quand ils ont un accident ou prennent un congé long comme un congé parental, un congé d’adoption, ou un congé sabbatique ». Certes, dans ce cas, hommes et femmes sont peut-être à égalité dans le traitement reçu pour ce qui leur arrive (cela reste à vérifier), puisque les lois qui s’appliquent concernent toute personne. Cependant, en plus de tous ces motifs d’absences qui touchent, ou pas, la population travailleuse, il est un congé planifié long qui ne concerne… que des femmes. Et quelquefois, fait incroyable, plusieurs fois dans leur vie ! De façon massive. Aujourd’hui, quand un couple hétérosexuel souhaite faire un enfant, il risque d’arriver des aventures professionnelles bien différentes au père et à la mère. Lui a la possibilité de rester inaperçu au travail en tant que nouveau père, s’il ne modifie rien ou presque de ses habitudes professionnelles (ce qui est attendu de certains employeurs et pratiqué par certains pères). Tandis qu’elle voit son contrat de travail obligatoirement suspendu pendant plusieurs mois, créant, par sa seule volonté conjuguée à sa naissance dans un corps de femme, un micmac… dont on se passerait bien dans son environnement professionnel. Forcément, puisqu’on peut recourir à ces personnes disponibles qui n’imposent pas à leur employeur ces longues absences obligatoires quand l’enfant paraît : les hommes. Parce qu’eux, au moins, dans l’adversité que crée dans l’entreprise la maternité d’une salariée, assurent vaillamment la continuité du service au travail.

Dans la même veine, un de tes anciens collègues père de trois enfants, dont la femme assumait seule les acrobaties domestiques et familiales du mercredi, t’a confié : « Heureusement que les hommes ne prennent pas leur mercredi dans le service, sinon, qui serait au boulot ce jour-là ? ».

Et oui : on a du courage… ou on n’en a pas.

« Si les tâches liées au care sont ainsi dévalorisées, c’est parce qu’elles nous font percevoir notre vulnérabilité et notre dépendance. Sans un certain aveuglement sur notre vulnérabilité, les sujets rationnels et auto-suffisants, les Homo œconomicus, par exemple, que nous voulons être, ne pourraient pas s’apparaître tels. Ne voulant pas voir notre fragilité et notre dépendance nous tendons donc à rendre invisibles tous les soins que nous recevons et qui nous permettent de les surmonter. A ne pas reconnaître celles ou ceux qui les dispensent. »

Alain Caillé, Extensions du domaine du don