Considérations sur les écarts de revenus exprimés en “Equivalent Temps Plein”

Parmi les façons de présenter les écarts de revenus du travail entre deux groupes, dont l’un compte pourtant près d’une personne sur trois à temps partiel tandis que l’autre n’en compte qu’une sur douze, il est une technique très utilisée : faire comme si les deux populations étaient à temps complet.


Ecouter “Considérations sur les écarts de revenus exprimés en “Equivalent Temps Plein”” en audio

Un consultant de mon entourage, spécialiste des diagnostics en égalité professionnelle, fait d’abord calculer l’écart total, non corrigé, à toute entreprise qui le contacte. Un instructif résultat de 14%, plutôt honorable par rapport au taux moyen de 25%, a contrit un de ses clients. Ce dernier, jusqu’alors certain de son exemplarité, l’avait déduite d’un calcul en équivalent temps plein. Un tel calcul est utile, pour comparer des revenus à l’heure travaillée. Cependant, utilisée comme référence, cette donnée exprime que le temps de travail n’a pas à être pris en compte pour analyser les inégalités. Ce faisant, elle évite plusieurs questionnements qui me paraissent pourtant très pertinents.

1. Et si le temps plein actuel était trop plein ?

En prenant le temps plein comme référence, le calcul en équivalent temps plein stigmatise le temps partiel, subi ou choisi, qui apparaît alors comme la marge, le singulier. Consacrer volontairement moins de temps que le temps plein actuel au travail rémunéré peut par conséquent se révéler transgressif. Le subir suggère la soumission, le choisir, l’insoumission. Mener une vie sobre dans laquelle le travail a une place limitée, avec un temps partiel assez rémunérateur pour vivre simplement, devient un acte de résistance. Limiter volontairement sa disponibilité auprès de son employeur, afin de disposer, à tout âge et quelle que soit sa situation de famille, d’un temps libéré suffisant pour investir d’autres activités, citoyennes, familiales ou associatives, frise la désobéissance. Même s’il est socialement admis que travailler à temps plein est peu compatible, sans une aide conséquente, avec l’éducation de jeunes enfants, voire de moins jeunes, la volonté d’équilibrer réellement ses temps de vie met en cause la norme du temps plein actuel. Des propositions de temps partagé, réduisant la semaine-type à 15h ou 20h, sont régulièrement apportées au débat public, notamment via des essais argumentés (André Gorz « Les métamorphoses du travail », Pierre Larrouturou et Dominique Méda « Einstein avait raison il faut réduire le temps de travail », Rutger Bergman « Utopies réalistes », etc.). Si le temps plein prenait cette dimension, la norme du temps plein n’aurait sans doute plus les mêmes opposant·e·s…

N’est-ce pas défendable de vouloir consacrer un temps limité et maîtrisé au travail productif afin de vivre par ailleurs ? De s’instruire, penser, s’occuper de soi et des siens, créer, s’impliquer dans sa communauté au sens large, s’inscrire dans une vie sociale soutenante ? Quelles que soient sa situation socio-économique ou son appartenance sexuée ? Et ce, sans attendre l’âge de la retraite ?

2. Et si l’écart total de revenus entre femmes et hommes était la mesure pertinente ?

Devons-nous toujours comparer ce qui est comparable ? Cette logique conduit, en exagérant à peine, à calculer les écarts de rémunération à poste égal, diplôme égal, ancienneté égale, âge égal, temps de travail égal, entreprise égale… Bref à lisser un maximum les données. A nier toutes les logiques sociales créant ou reproduisant des écarts de revenus, alors qu’il s’agit de les réduire, ces écarts entre groupes sociaux ! Les faire émerger comme illégitimes entre les sexes dans les milieux professionnels est d’autant plus ardu qu’ils sont plutôt admis comme légitimes entre les différentes catégories sociales au travail, comme le souligne Christophe Dejours dans son ouvrage Conjurer la violence, Travail, violence et santé (2007). Alors calculons et analysons toutes les données. Rendons visible l’écart total entre le groupe des femmes et celui des hommes toutes situations confondues, comme le préconise l’Observatoire des inégalités[i], au lieu de nous contenter d’un écart en équivalent temps plein. Ce seront autant d’enseignements pour agir.

3. Et si la forte proportion de femmes à temps partiel était questionnée ?

Présenter les données en équivalent temps plein peut également représenter un déni des raisons, bonnes ou mauvaises, qui ont conduit beaucoup plus de femmes que d’hommes au temps partiel, réellement choisi, pseudo choisi ou subi.

Il se trouve que ces raisons sont variées, et que le choix de son temps de travail, réduit ou complet, même assumé, peut exprimer une servitude jugée nécessaire, un devoir à accomplir, un don de soi qui rend fier·e, une contrainte limitante, ou l’exercice d’un rôle social plus ou moins valorisé.


[i] Source : Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes : état des lieux, 25 mars 2019, https://www.inegalites.fr/Les-inegalites-de-salaires-entre-les-femmes-et-les-hommes-etat-des-lieux

Des temps partiels “spécial femmes”

Presque 20% du salariat dans notre pays est à temps partiel, avec un temps de travail inférieur de 40% en moyenne à celui du temps plein. Sont concernées quatre femmes pour un homme… et davantage les personnes les plus jeunes et les plus âgées que celles d’âge moyen.


Ecouter “Des temps partiels “spécial femmes”” en audio

En 2018, plus de 18,9% des salarié·e·s étaient à temps partiel en France[i], des femmes à 78%[1]. Soit près de quatre femmes pour un homme. Ce déséquilibre explique une part non négligeable de l’écart global de rémunération entre les sexes, puisque la conséquence d’un travail à temps partiel est une moindre rémunération mensuelle que celle versée pour le même travail à temps plein ! Selon l’INSEE, en 2018, la durée habituelle hebdomadaire travaillée en salariat était de 39,1 heures à temps plein pour 23,3 heures à temps partiel, soit 40% de moins. (Quant aux femmes non salariées, elles travaillent 39,7 heures par semaine en moyenne, soit 18% de moins que les hommes non salariés, qui eux comptabilisent 48,5 heures hebdomadaires[ii]).

Ces emplois réduits, en heures comme en salaires, concernent près de 8% des hommes d’après la DARES, pour 30% des femmes, qui ne sont pas toutes mères de jeunes enfants… Loin de là ! En 2018, ces emplois concernent moins les personnes d’âge moyen – et donc a priori en âge d’avoir de jeunes enfants – que les plus jeunes et les plus âgé·e·s du monde actif. En effet, les 15-24 ans et les plus de 55 ans sont plus de 27% de ces tranches d’âge à exercer à temps partiel, alors que les 25-55 ans le sont sensiblement moins (entre 16 et 18%). Beaucoup de femmes sont donc à temps réduit sans être en responsabilité d’enfants. Pour elles, les raisons, subies ou choisies, semblent se trouver ailleurs…

Dans les années 90, une de mes collègues ne parvenait pas à obtenir de CDI de la part de son employeur. Pourtant, il recourait à ses compétences dans tous les services de l’entreprise depuis quatre ans par le biais de contrats courts, justifiant son refus d’embauche par le fait que son mari « gagnait très bien sa vie » ! Idée tenace d’un salaire d’appoint adapté aux femmes, supposées tenir une place première dans la sphère domestique et familiale mais… seconde dans la sphère professionnelle.

Quant aux hommes, peu sont à temps partiel. Se le voient-ils moins imposer ? Sont-ils moins incités qu’elles ? N’en ont-ils pas l’idée ? Sont-ils empêchés ? Si oui, par leur employeur, leurs pairs, leur partenaire de vie ?

Récemment, un spécialiste évoquait le montant bien inférieur des retraites des femmes sur France Inter. Il restait pour lui à « résoudre le problème des temps partiels des femmes ». Forcément. Leur concentration chez elles a des effets négatifs visibles sur leurs retraites. L’écart persistant se calcule et se voit (merci au passage aux utiles statistiques sexuées). Difficile d’ignorer que le groupe des hommes ne subit pas les effets du temps partiel et des carrières morcelées dans les mêmes proportions que celui des femmes. Il est donc profitable de voir apparaître, jusque dans les écarts calculés, que les hommes ont bien davantage des parcours linéaires et à temps complet que les femmes. Ce qui nous conduira ensuite à discuter les calculs en équivalent temps plein.


[1] Concernant les non salarié·e·s, les femmes ont aussi un temps de travail (rémunéré !) moyen inférieur à celui des hommes, qui explique en partie leurs moindres revenus, comme déjà évoqué dans une note de bas de page précédente.


[i] Source : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/statistiques-de-a-a-z/article/le-temps-partiel

[ii] Source : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2491136

L’écart de revenus se réduit à pas de fourmi

Le progrès, en vingt ans, est de quatre points seulement. Et encore, avec le calcul biaisé de l’équivalent temps complet. Les progrès sont très très lents, bien loin d’un pas de géant.

Ecouter “L’écart de revenu se réduit à pas de fourmi” en audio

Des porte-paroles d’employeurs, comptant davantage de femmes que d’hommes dans leurs effectifs, pensent leur entreprise égalitaire. J’ai assisté à une table ronde sur l’égalité des sexes, dans laquelle des dirigeants d’une entreprise de services d’aide à domicile se félicitaient de la prépondérance numérique de femmes dans leur organisation, y voyant d’évidence la place privilégiée qui leur était réservée…  Une de mes amies m’a fait part de la même situation advenue lors d’un séminaire de direction dans un groupe français de cosmétiques : femmes minoritaires dans cette instance-là, mais certains hommes satisfaits de la part belle faite aux femmes dans les magasins, et l’invoquant comme preuve de l’atteinte de l’égalité dans le groupe, voire plus. Confusion entre égalité et mixité ? Cette entreprise n’est pourtant pas mixte, puisque l’un des sexes est largement majoritaire en nombre. Ni égalitaire, puisqu’elles sont davantage à coller au plancher tandis qu’ils sont plus nombreux vers le plafond. D’autres s’illusionnent d’égalité, en omettant de comparer la somme moyenne versée à une femme à celle versée à un homme dans leur société bien intentionnée. Trop simplificateur ? Résultat trop problématique pour en parler ? Ou sentiment d’impuissance trop grand, depuis si longtemps ?

L’écart moyen en France se réduit-il ? J’ai trouvé des données sur son évolution dans le temps, qui ne font malheureusement pas état de l’écart total de revenus, puisqu’elles sont exprimées en équivalent temps plein. Même si ce calcul peut corriger des données de façon très utile, par exemple pour obtenir différentes appréciations concernant les accidents du travail, cette correction peut biaiser nos représentations. L’écart de revenus entre les femmes et les hommes, ainsi corrigé (donc sous-estimé, nous y reviendrons), est passé selon l’INSEE de – 22% en 1995 à – 18% en 2014. Assez parcimonieux progrès… en près de 20 ans. Pas de quoi se réjouir de notre vivant, mais c’est toujours ça.

Ces données ne reflètent pas l’écart de revenus tous temps de travail confondus, plus important puisque le temps partiel explique environ un tiers de l’écart total de revenus entre les femmes et les hommes, qui, lui, semble bien stagner entre – 24 et – 27% depuis des années.


Au dessus de tous les autres revenus : ceux des hommes pères ou en couple

La situation familiale semble d’abord affecter les revenus des hommes. Lorsqu’ils sont en couple et en particulier pères de famille, ils perçoivent nettement plus, en moyenne, que les femmes avec ou sans enfants, mais aussi que les hommes célibataires sans enfants.

Ecouter “Au dessus de tous les autres revenus : ceux des hommes pères ou en couple” en audio

Selon une étude de l’INSEE de 2014 (cf. tableau plus bas), les femmes contribuent à hauteur de 36% en moyenne aux revenus d’un couple de personnes de sexe différent vivant sous le même toit[1] en 2011[i] (27% si elles ont trois enfants ou plus, 39% si elles n’en ont pas). Une fois encore, j’aurais préféré citer des sources plus récentes, mais je ne trouve pas de calcul annuel de l’écart total de revenus entre les femmes et les hommes en couple.

Or, l’effet couple a un effet dévastateur (ou multiplicateur !) : il creuse ces écarts de revenus. Quand elles gagnent en moyenne 25% de moins qu’eux, l’écart se creuse à… – 42% quand il est calculé pour les personnes en couple ! « En moyenne, en 2011, les femmes vivant en couple ont perçu un revenu annuel de 16 700 euros contre 29 000 euros pour leur conjoint, soit 42 % de moins », selon l’INSEE. Les hommes en couple, en 2011, perçoivent donc 64% des revenus du couple en moyenne. Calculé autrement, ils gagnent en moyenne 78% de plus que les femmes en couple ((64-36=28)/36). Être en couple amplifie donc notablement les écarts de revenus entre les sexes, en nette faveur des hommes, même avant de devenir parent.

Fait éclairant sur la force de l’effet couple, d’après la même étude, « lorsqu’elles n’ont pas de conjoint, l’écart de revenu entre les femmes et les hommes sans conjointe tombe à 9%, les revenus de ces derniers étant bien inférieurs à ceux des hommes en couple (18.000 euros en moyenne, contre 29.000 euros en 2011). » Peut-on en conclure que grâce à leur mise en couple avec une femme, les salaires des hommes augmentent considérablement ? Et que nous n’aurions à résorber « que » – 9% d’écart de revenus entre femmes et hommes si le célibat était généralisé ? L’autre option (que le célibat) serait de réduire à néant cet effet de la vie en « couple », issu de l’organisation au sein des couples d’une part, du traitement différencié des hommes et des femmes en couple, d’autre part.

La prévalence ainsi que la croissance du revenu masculin dans le couple sont un phénomène persistant, décrit par François de Singly, en 1987, dans son ouvrage déjà évoqué Fortune et infortune de la femme mariée. Cet effet « couple », très différencié, influence en premier lieu le revenu des hommes : le revenu moyen des femmes en couple est proche de celui des femmes célibataires (16.400 € pour 16.700 € en 2011), tandis que celui des hommes en couple est bien supérieur à celui des hommes célibataires (29.000 € pour 18.000 € en 2011).

 Contribution des femmesContribution des hommesRevenus F+H
Personnes en couple (INSEE données 2011)36% des revenus du couple (revenu moyen 2011 : 16.400 €)64 % des revenus du couple (revenu moyen 2011 : 29.000 €)100 %
– 42 % / hommes en couple+ 78% / femmes en couple<= écart revenu
. Celles AVEC enfants27% des revenus du couple73% des revenus du couple100 %
– 63% / hommes en couple avec enfants+ 170% / femmes en couple avec enfants<= écart revenu
. Celles SANS enfants39% des revenus du couple61% des revenus du couple100 %
– 36% / hommes en couple sans enfants+ 56 % / femmes en couple sans enfants<= écart revenu
Célibataires (INSEE données 2011)48 % des revenus cumulés des personnes H et F célibataires (Revenu moyen 2011 : 16.700 €)52% des revenus cumulés des personnes H et F célibataires (Revenu moyen 2011 : 18.000 €)100 %
– 9% / hommes célibataires+ 10% / femmes célibataires<= écart revenu
Données rassemblées à partir de l’étude de l’INSEE intitulée Écarts de revenus au sein des couples – Trois femmes sur quatre gagnent moins que leur conjoint, par Thomas Morin, INSEE Première 6/03/2014

Une étude plus récente de l’INSEE, publiée en 2019, fait part de l’évolution des revenus entre les sexes dans le secteur privé depuis 1995 jusqu’à 2015. Elle distingue les parents des non-parents (mais pas les personnes en couple sans enfants, qui étaient opportunément distinguées dans l’étude des données 2011 précédemment citée). Le salaire horaire net étant cette fois l’objet des comparaisons, le temps travaillé n’est pas pris en compte, malheureusement. Ses résultats sont toutefois instructifs : « En moyenne sur la période 1995-2015 dans le secteur privé (sources et méthodes), le salaire net horaire des femmes est inférieur de 18 % à celui des hommes. Cette moyenne cache de fortes disparités selon l’âge : les femmes gagnent environ 6 % de moins que les hommes à 25 ans, 13 % à 35 ans et 20 % à 45 ans (figure 1). Cette évolution est, pour l’essentiel, due à l’accroissement des écarts entre mères et pères : les mères gagnent 11 % de moins que les pères à 25 ans mais 25 % de moins à 45 ans, alors que l’écart de salaire entre les sexes chez les salariés sans enfant se maintient autour de 7 % à tout âge. Tous âges confondus, l’écart de salaire entre pères et mères[2] est de 23 %. »[ii]

Voici donc des données importantes : le revenu net, dans le secteur privé, d’une heure consacrée au travail rémunéré par une mère, sur une période de vingt ans, tous âges confondus, est en moyenne 23% inférieur à celui d’une heure effectuée par un père ; alors que cet écart entre les femmes et les hommes tombe à – 7% à tout âge pour les salarié·e·s sans enfant.

Nous savions déjà qu’en 2011 (cf. tableau), être en couple avec enfants signifiait pour une femme toucher un revenu total (temps de travail pris en compte) 63% moins élevé en moyenne qu’un homme dans la même situation, et que cet écart se réduisait à – 9% entre femmes célibataires et hommes célibataires.

Peut-être est-il temps de questionner les mérites personnels (le syndrome « ma femme est formidable » ?)[3]qu’ont les hommes (en moyenne) à bénéficier sur leur fiche de paye des récompenses procurées par leur ascension familiale, depuis la mise en couple jusqu’à la multiparentalité ? Et de s’attaquer aux motivations et à l’organisation sociale qui reproduisent ces inégalités de revenus entre femmes et hommes en couple (et entre hommes), en particulier lorsqu’ils sont parents ?

Encore faut-il admettre que cette injustice existe. Qu’elle persiste. Se maintient durablement. Que de progrès, il n’y a point, ou presque.


[1] L’étude concerne 20000 couples composés d’un homme et d’une femme dont les deux membres ont entre 20 et 59 ans, vivant dans le même logement en France métropolitaine.

[2] Il me semble que la formulation est erronée dans cette citation. La juste formule serait inverse : entre mères et pères, les hommes et les pères étant jusque-là présentés comme la référence choisie dans l’analyse.

[3] L’ hypothèse contraire étant bien sûr que les femmes choisissent sciemment des hommes déjà méritants, au potentiel d’évolution professionnelle visible, qui auraient connu la même destinée professionnelle sans elles.


[i] Écarts de revenus au sein des couples – Trois femmes sur quatre gagnent moins que leur conjoint, par Thomas Morin, division Études sociales, Insee, INSEE Première 6/03/2014,  https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281400

[ii] Entreprises, enfants : quels rôles dans les inégalités salariales entre femmes et hommes ? Élise Coudin, Sophie Maillard, SSP Lab, Insee et Maxime Tô, Institut des Politiques publiques, INSEE ANALYSES, N°44, paru le : 19/02/2019

L’écart au masculin, c’est un tiers en plus

Si l’on compare, toutes situations confondues, les revenus du groupe des hommes à ceux du groupe des femmes (ce dernier étant alors retenu comme la référence), ils perçoivent 33% de plus qu’elles en moyenne.

Ecouter “L’écart au masculin, c’est un tiers en plus” en audio

Donc elles perçoivent 25% de moins. Reprise utile du calcul à l’envers. Bénéfice probable d’un nouvel éclairage sur le sujet. Identifier et dire combien, en moyenne, le groupe des hommes gagne de plus que celui des femmes. Attention… l’écart devient +33%, en faveur des hommes. S’ils gagnent 100 €, c’est en effet 25 € de plus, soit un tiers de plus que les 75 € qu’elles perçoivent. Résultat qui fait rarement les gros titres. Forcément. Tout d’abord, en modifiant la référence, il suggérerait que la cible serait la rémunération moyenne des femmes. Objectif nettement moins ambitieux, et qui deviendrait celui des hommes : rejoindre le groupe des femmes. Ensuite, au vu de l’effet produit par ce renversement du calcul sur mes groupes en formation, je peux avancer qu’il affirmerait un peu fort ce que personne ne semble vouloir voir de trop près : l’ampleur de l’injustice. Et par là, la nécessité criante de remettre en cause l’organisation sociale aboutissant à cet écart.

Attention, cela ne signifie pas que les hommes sont tous à envier ni les femmes toutes à plaindre. Des disparités existent parmi eux, comme parmi elles. Parmi les raisons des écarts entre les sexes (mais aussi des écarts entre les hommes), il y a la situation familiale… des hommes. C’est ce que suggère un cadre intermédiaire dans le domaine de l’éducation, cité dans les résultats d’une récente enquête canadienne qui interrogeait les réactions ou non réactions des hommes face au sexisme au travail : « Les choses que vous pouvez faire pour réussir sont, je crois, fondées sur un système qui… A… supposerait que vous êtes un homme sur le lieu de travail, et B… supposerait que vous avez une conjointe à plein temps à la maison. Je pense donc que nous appliquons un modèle familial très paternaliste, un modèle familial très traditionnel dans notre lieu de travail et dans nos attentes. J’ai entendu plus d’une fois que, « oh, tout le monde a besoin d’une épouse au travail, n’est-ce pas ? » (Enquête Catalyst, 25 juin 2020)[1]

Si les revenus des hommes en couple sont le point de vue retenu, ce cadre-là ne se trompe pas…


[1] Negin Sattari, Emily Shaffer, Sarah DiMuccio et Dnika J  Travis, Interrompre le sexisme au travail Qu’est-ce qui incite les hommes à intervenir directement ou à ne rien faire? (Catalyst, 25 juin 2020).

L’écart au féminin, c’est un quart en moins

Si l’on compare, toutes situations confondues, les revenus du groupe des femmes à ceux du groupe des hommes (ce dernier étant alors retenu comme la référence), elles perçoivent 25% de moins qu’eux en moyenne.

Ecouter “L’écart au féminin, c’est un quart en moins” en audio

Les chiffres stagnent. Ce pourcentage, quasiment invarié, est rappelé par la presse chaque 8 mars[1]. Cette journée internationale permet, quand elle est bien comprise pour ce qu’elle vise, de mettre en lumière les raisons et les actions de la lutte pour les droits des femmes. Ceux conquis, toujours fragiles, et ceux à conquérir, pas toujours imaginables. Parmi les constats récurrents, qui sont d’abord ceux des violences faites aux femmes de par le monde, il y a aussi les écarts de revenus. En France, tous métiers et tous temps de travail confondus, l’écart moyen de revenu entre les femmes[2] et les hommes[3] se maintient, goguenard, autour de -25% en défaveur des femmes (-22% pour les non salarié·e·s)[4]. Elles perçoivent donc 75 € quand ils en perçoivent 100 en moyenne. Autant de liberté d’agir et d’autonomie en moins, si l’on convient que détenir quelques monnaies sonnantes et trébuchantes procure deux ou trois libertés ici-bas. La personne dont le revenu est secondaire dans un couple restreint sa contribution aux dépenses du ménage et ses dépenses personnelles. Cette domination économique, s’ajoutant à celles de l’âge et de la force physique, a des conséquences dans son expérience sexuelle[5] et dans sa capacité à agir en cas de séparation. L’accès aux biens et services marchands (donc non fournis gratuitement par un service public), dépend du nommé « pouvoir d’achat »[6] issu d’un revenu. Si tout ne s’achète pas, des services contribuant à l’autonomie et à la dignité sont encore payants, comme le logement, le transport, la nourriture, l’énergie, l’eau… Pas tout à fait des broutilles.


[1] La DARES a publié en Mars 2015 La mesure des écarts de salaires entre les femmes et les hommes, note qui fait état des différentes méthodes de calcul utilisées par les organismes publiant des données statistiques sur le sujet.

[2] La rémunération annuelle nette moyenne des femmes était de 14.825 € en 2012, soit la somme des rémunérations nettes perçues par des femmes divisée par le nombre de femmes, tous temps de travail confondus. Les résultats de cette étude portent sur les salarié·e·s du secteur privé non agricole et des entreprises publiques, couvrant 76 des 85 familles professionnelles. (Source : Ségrégation professionnelle et écarts de salaires femmes-hommes, 06.11.15, DARES, https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2015-082.pdf.) Je n’ai pas trouvé de données plus récentes faisant état de tous les temps de travail confondus. Les données plus récentes sont en effet calculées en équivalent temps plein, ou bien en différence entre salaires horaires, ce qui minimise l’écart réel de revenus.

[3] La rémunération annuelle nette moyenne des hommes était de 19.953 € en 2012, soit la somme des rémunérations nettes perçues par des hommes divisée par le nombre d’hommes. (Source : cf. note précédente)

[4] A propos des personnes non salariées : « En 2017 comme en 2016, les femmes non salariées classiques gagnent en moyenne 22 % de moins que leurs confrères (3 030 euros par mois contre 3 880 euros). Pourtant, elles exercent dans des secteurs souvent plus rémunérateurs : si elles se répartissaient de la même façon que les hommes dans les différents secteurs, leur revenu moyen serait inférieur de 32 % à celui des hommes. Une partie de l’écart s’expliquerait par un volume de travail moins important ; elles sont aussi plus jeunes et dirigent en moyenne des entreprises plus petites. » (INSEE PREMIÈRE No 1781, 07/11/2019)

[5] A propos de l’expérience sexuelle : Marine Spaak, dans ses chroniques du sexisme ordinaire réunies en bande dessinée sous le titre Sea, sexisme and sun (2018), mentionne p.86 que « les relations hétérosexuelles sont déséquilibrées et placent les filles et les femmes en position d’infériorité par rapport à l’argent, à la force physique, à l’âge et donc logiquement, à l’expérience sexuelle. » Le temps partiel participe à ce déséquilibre, dans le cas où il conduit à une contribution financière inférieure dans le couple.

[6] A propos du dit “pouvoir d’achat” : Il y aurait beaucoup à dire sur le bien-fondé de cette expression largement répandue, comme l’illusion de puissance qu’elle suggère dans l’acte d’acheter, confondu avec un indicateur de bien-être, qui valorise l’accès aux services marchands, faisant de nous des consommateurs et consommatrices satisfaisant des besoins en partie artificiels, pendant que l’accès à des services publics satisfaisant nos besoins essentiels, qui feraient de nous des usagers et usagères exerçant des droits, non seulement décroit, mais me semble de plus en plus traité comme un fantasme.

Premier panorama pour utile mise au point

Pour avancer dans l’argument, il importe de bien le cadrer. La jonction travail & famille, voici l’endroit phare à creuser. Etablir d’abord le portrait de qui serait bien concerné

Ecouter “Premier panorama pour utile mise au point” en audio

1. Population active / population inactive[1] 

En 2019, la France compte 67 millions de personnes, dont 44% en activité et 56% en inactivité. La population dite active rassemble les 29,7 millions de personnes de 15 ans ou plus qui sont en emploi (26,9 millions) ou au chômage (2,8 millions) ; elle représente 71,5% des 15-64 ans (67,6% des femmes et 75,6% des hommes)[i].

La population dite inactive[2] rassemble tous âges confondus 37,3 millions de personnes, dont 12 millions d’enfants de moins de 15 ans (3,7 millions ont entre 0 et 4 ans), environ 3,6 millions de jeunes de plus de 15 ans étudiant dans le secondaire (cette estimation, incertaine, est de moi) et 2,6 millions dans le supérieur, 13,7 millions d’adultes de 65 ans et plus (qui sont pour la plupart en retraite du travail), les personnes « au foyer » (population en baisse, 2,1 millions selon l’INSEE en 2011, quasiment seulement des femmes, dont huit sur dix ont déjà travaillé)[3], et les personnes en incapacité de travailler (le travail précédemment exercé pouvant être une cause d’incapacité).

Conclusion n°1 : Le travail concerne, a concerné ou concernera quasiment toute la population.

2. Salariat, indépendance, précarité, temps de travail

En 2018, le salariat est le statut du travail très majoritaire. Les salarié·e·s sont 25 millions et représentent 90% des personnes en emploi : 75% en contrat à durée indéterminée et 15% en contrat précaire (intérim, contrat à durée déterminée, apprentissage). Les 10% de non-salarié·e·s sont 2,9 millions (environ une femme pour deux hommes ; une partie est aussi en emploi salarié).

Les personnes en emploi sont pour 81% d’entre elles à temps complet et 19% à temps partiel.

Conclusion n°2 : C’est encore le pouvoir de négociation avec un employeur qui importe, puisque le salariat est la norme principale du travail.

3. Souhaits d’enfants et fécondité

La part de la population française ne souhaitant pas avoir d’enfant est de 5 % : 4,4 % chez les femmes et 6,8 % chez les hommes (enquête de l’Ined de 2010). Si la proportion de femmes restant sans enfant après leur période de fécondité est stable à 13,5%, celle des hommes est plus forte (20%) et en augmentation (14% jusqu’aux générations nées dans les années 1940)[ii].

Conclusion n°3 : La parentalité a concerné, concerne ou concernera entre 80 et 95% des gens (environ 95% en tant que projet, 80 à 87% en tant que réalité).

4. Ménages selon la structure familiale

En 2016, selon l’INSEE, les 29,2 millions de ménages français sont composés d’hommes seuls (15,4%), de femmes seules (20,4%), de couples sans enfants (25,5%), de couples avec enfants (25,3%), de familles monoparentales (9%) et de ménages complexes ou recomposés (4,4%). Au total, 27,3% des ménages sont en responsabilité d’enfants de moins de 18 ans.

Conclusion n°4 : Si un quart des ménages conjugue simultanément travail et responsabilité d’enfants, avec des configurations familiales plurielles, la plupart des autres l’ont déjà vécue ou la vivront.

5. Couples cohabitant de sexe différent, couples cohabitant de même sexe

En 2018, 0,9 % des couples cohabitants sont de même sexe, ce qui concerne 266000 personnes, dont 14 % vivent avec des enfants, pour l’essentiel des couples de femmes.

Conclusion n°5 : Le schéma hétérosexuel est largement dominant, mais les couples de personnes de même sexe sont (ou seront) également concernés par la vie de couple, le travail et la parentalité.

6. Modes de garde, capacité d’accueil des enfants de moins de 3 ans (jeunes enfants)

En 2016, l’offre de garde française, très diversifiée, permettait l’accueil théorique de 58% des jeunes enfants : 33,4% par un·e assistant·e maternel·le, 18,5% en accueil en Eaje (collectif, familial et parental, micro-crèche), 4,1% par l’école, 1,8% par un·e salarié·e à domicile.[iii]

En 2013, si les modes de garde sont mixés le plus souvent, 61% de ces enfants sont principalement (dont 32% exclusivement) confié·e·s, du lundi au vendredi, de 8 à 19 heures, à l’un des parents (dans les faits, la mère : la récente PREstation PARtagée d’Education de l’enfant issue de la réforme du congé parental, très faiblement rémunérée, n’est pas du tout partagée avec le père, elle augmente la pauvreté des familles et surtout des mères, qui se sont éloignées de l’emploi… et des revenus entre 2014 et 2018)[4]. 19 % de ces enfants sont confié·e·s à un·e assistant·e maternel·le agréé·e, 13% à un établissement d’accueil du jeune enfant, 3 % à leurs grands-parents ou un autre membre de la famille, 3% à l’école.

Les trois quarts des jeunes enfants de deux parents à temps complet sont confiés à l’extérieur à titre principal (garde parentale pour le quart restant). Pour 6 % des enfants de ces parents, aucun recours extérieur n’est sollicité : soit la mère travaille en partie à domicile (2 fois sur dix), soit les parents ont des horaires de travail décalés permettant un relais parental (sept fois sur dix).

Quant aux 12% de jeunes enfants vivant avec un seul parent, 66% sont surtout gardés par celui-ci (contre 60% pour les parents en couple). Ces parents (la mère dans 96% des cas en 2013) sont à 57% inactifs ou au chômage, soit bien davantage que les 23% des autres parents de jeunes enfants et les 34% des mères de jeunes enfants en couple (dernière enquête Drees, 2013).

Par ailleurs, après une naissance, un homme sur neuf réduit ou cesse temporairement son activité contre une femme sur deux (INSEE, 2013).

Conclusion n°6 : Il est donc prévu par notre système qu’au moins 42% des jeunes enfants soient confié·e·s à un membre de la famille (très mal indemnisé). Il est par ailleurs timidement envisagé que les pères partagent cette prise en charge à travers le congé parental, mais la promesse n’est pas tenue, les femmes restant massivement les principales concernées, dans la continuité de leur congé maternité, par le retrait total ou partiel du travail quand elles sont en couple, et par la précarité quand elles sont seules avec leurs enfants.

Ne souhaitant exclure personne, mais n’étant pas en mesure de décliner les réflexions qui suivent pour toutes les situations catégorielles, j’appelle à un prolongement de ces questionnements et espère être comprise dans chaque option ouverte.

La première sera, pour continuer ce jeu de chiffres et de lettres, d’ouvrir la boite de Pandore des écarts de revenus entre les sexes.


[1] « Les inactifs sont par convention les personnes qui ne sont ni en emploi (BIT) ni au chômage : jeunes de moins de 15 ans, étudiants et retraités ne travaillant pas en complément de leurs études ou de leur retraite, hommes et femmes au foyer, personnes en incapacité de travailler… » (INSEE)

[2] “Population inactive” : Il y aurait beaucoup à dire sur ce terme inapproprié, qui valorise le travail rémunéré et décrie en quelque sorte toutes les autres activités humaines.

[3] A propos des femmes au foyer : « En 1991, elles étaient 3,5 millions. Les femmes au foyer sont moins diplômées que les femmes en couple actives, mais plus diplômées qu’il y a vingt ans. (…). Huit femmes au foyer sur dix ont eu un emploi par le passé. L’interruption de l’activité survient souvent à l’occasion de l’arrivée d’un enfant, mais elle est aussi liée à une conjoncture économique moins favorable. Les femmes au foyer qui n’ont jamais travaillé sont moins diplômées et plus souvent mères de familles nombreuses ». (Huit femmes au foyer sur dix ont eu un emploi par le passé, Zohor Djider, division Études sociales, Insee INSEE PREMIÈRE, No 1463, Paru le : 30/08/2013)

[4] A propos du congé parental : Cf. le rapport publié le 26 février 2019 par le Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Âge (HCFEA) qui préconise de réformer le congé parental pour mieux concilier vie familiale et vie professionnelle, notamment en agissant pour un meilleur partage des temps parentaux et en luttant contre les inégalités femmes – hommes (axe 4).


[i] Source : INSEE, Tableaux de l’économie française édition 2019, hors Mayotte

[ii] Demain, de plus en plus de couples sans enfant ?, Centre d’Observation de la société, 6 septembre 2018

[iii] OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA PETITE ENFANCE Rapport 2018 (CAF)

Conscience trouble ou consentement

Les écarts de revenus entre les sexes découlent d’une organisation sociale résistante, mettant en jeu le travail et la vie familiale. Une partie d’entre nous n’en est pas vraiment consciente. A moins qu’au fond, elle y consente.

Ecouter “Conscience trouble ou consentement” en audio

J’aimerais trouver un autre angle que l’aspect pécunier pour étayer mon argument, mais il est particulièrement parlant. Ce n’est pas ce que pensent l’ensemble des Français·e·s, puisqu’une partie ne perçoit pas encore le rapport entre les inégalités salariales et la répartition des rôles sexués dans les couples et les familles, si l’on en croit les résultats de l’enquête Les Français et l’égalité femmes-hommes d’Harris Interactive, publiés en décembre 2019[1]. D’après cette enquête :

« Principaux sujets de mécontentement, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (71% des Français estiment qu’à cet égard, la situation n’est pas satisfaisante aujourd’hui), l’accès à des postes à responsabilités dans les entreprises pour les femmes (62%) et la lutte contre les clichés sexistes, que ce soit à l’école (60%) ou dans l’espace public (59%). Seuls les aspects liés au retour au travail après la maternité ou la prise de congés parentaux pour les pères apparaissent comme plutôt bien pris en compte dans la vie collective (tous deux étant jugés satisfaisants par 62% des Français). Sur l’ensemble de ces sujets, on retrouve des femmes nettement plus critiques que les hommes (…). »

M’est avis qu’il leur manque un complément d’information pour se faire une opinion éclairée. Car en décortiquant un seul chiffre, constant depuis des années, nous sommes en mesure de mettre en lumière une organisation sociale problématique qui n’est jamais remise en cause à la racine. En particulier dans les discours érigeant l’égalité femmes-hommes en grande cause nationale. On constate, on répète, on s’indigne, on cautérise, on panse, on nettoie un peu, mais jamais on n’opère la greffe nécessaire.

La suite consistera donc à livrer des réflexions sur les faits et causes des écarts persistants de rémunération entre les sexes.


[1] « Les Français et l’égalité femmes-hommes. Quelles représentations ont aujourd’hui les Français de l’égalité ou des inégalités entre les femmes et les hommes ? Quelles sont leurs attentes quant à l’action gouvernementale sur ce sujet ? », Harris interactive, décembre 2019