Créer une mesure à large portée

Pressentir les bienfaits d’une réforme du congé paternité. Saisir progressivement la portée d’une mesure ambitieuse. Ratisser large quant aux domaines touchés. En espérer l’impulsion d’un salutaire bouleversement.


Ecouter “Créer une mesure à large portée” en audio

Réfléchir pour commencer à l’accueil des enfants et aux modèles proposés à la jeunesse. Que penser d’une société où, au travail, les naissances sont vues comme générant des coûts (privés et publics) ou des contrariétés (« Oh ! J’avais pensé à vous pour une promotion… », « Encore un congé mat. dans le service ! ») ? Une société où l’on affirme aux enfants à l’école que tout leur est ouvert, alors que les faits témoignent du contraire ? Regarder les orientations scolaires à la sortie du collège. Constater qu’elles sont divisées selon le sexe. Françoise Vouillot, enseignante-chercheuse psychologue de l’orientation scolaire et professionnelle, précise dans Les métiers ont-ils un sexe ? (Belin, 2014) que « seulement 12% des métiers et seulement trois familles professionnelles (qui ne regroupent que 4% des emplois) présentent une mixité équilibrée entre les femmes et les hommes : les professionnels du droit, les cadres des services administratifs, comptables et financiers, les médecins et assimilés. » Quels modèles d’identification sont présentés aux enfants, dans leurs manuels ou lectures, ainsi que dans le monde professionnel qui les entoure ? Tous les métiers peuvent-ils leur paraître envisageables dès le plus jeune âge ? Non : quasiment aucun homme n’est employé à la crèche, aucune femme dans le chantier d’à côté ou au garage automobile. Un rapport de 2014 du Commissariat général à la stratégie et à la prospective estime que toutes professions confondues, le taux moyen de masculinisation de la prise en charge des enfants de 0 à 6 ans « se situerait entre 1,3 % et 1,5 % dans le secteur de l’accueil et de l’éducation des jeunes enfants ». « Il atteint 3 % dans le périmètre plus restreint des structures collectives (dont 3 % d’hommes chez les éducateurs de jeunes enfants et 7 % d’hommes parmi les professeurs des écoles dans le pré-élémentaire). »[i] Quel message une société envoie-t-elle à la jeunesse avec une si faible présence d’hommes dans ces métiers ? Et donc une telle concentration de femmes ? Oui, nous en sommes là, au chaud dans nos charentaises, baignant dans l’illusion de l’égalité.

Chemin faisant, questionner l’effectivité de la responsabilité parentale conjointe. Dans les faits, les parents des deux sexes participent-ils autant aux conseils d’école ou réunions de parents d’élèves ? Qui prend un congé parental ? L’indépendance économique du parent est-elle assurée à cette occasion ? Observons la situation dans notre entourage et regardons la réalité en face. Nous vivons, voyons, savons et reproduisons. Parfois, nous transgressons, à nos risques et périls. Question de courage et d’estime de soi. De valeurs. De privilèges, parfois.

Interroger également les origines du congé maternité, accordé à des femmes en emploi, salariées ou non. Congé à questionner dans son évolution historique pour ce qu’il visait au départ et ce qu’il protège aujourd’hui. La mise en œuvre d’une politique nataliste. La santé des femmes. Leur place au travail. Le premier lien construit avec l’enfant.

En venir aux pères, envisagés d’abord comme travailleurs et encore peu encouragés à apporter des soins dans une parentalité élargie. Observons la place qui leur est accordée par leur entourage proche ou par la société. Observons aussi celle qu’ils tiennent, non seulement dans les maisons, crèches, écoles, filières de soin mais aussi dans le regard des employeurs, lorsqu’ils osent s’affirmer comme pères disponibles pour leurs enfants. Comme pour les mères, ce rôle une fois investi peut fortement concurrencer leur travail. Le hic supplémentaire, pour nombre d’entre eux, c’est que ce dernier reste central dans leur construction identitaire.

Donc réfléchir au travail et mettre en lumière ses paradoxes. Notre société organise la création, par un travail rémunéré, de services et de biens[1], le plus souvent hors du domicile (même si le travail chez soi est à nouveau encouragé en indépendance ou dans le salariat). Cette activité permet d’acquérir une reconnaissance sociale, de subvenir à ses besoins (réels ou artificiels) et d’assouvir des désirs en partie nés de son époque. En parallèle, est organisée cahin-caha la perpétuation de cette société, par ces mêmes personnes employées et consommatrices des biens et services produits. En général, sauf période de grande immigration, ceci se concrétise par les naissances, l’éducation puis l’intégration des plus jeunes dans ce modèle. La société permet aussi, parfois, d’exercer d’autres activités, citoyennes ou associatives, culturelles, physiques, créatives ou spirituelles. Ces jeunes s’engageront ensuite dans le travail rémunéré (qui prendra éventuellement place dans l’accueil et le soin des plus jeunes) parce qu’il est aujourd’hui le pourvoyeur du statut social et des principaux droits sociaux, et ainsi de suite. Pourtant, les deux mondes du travail et de la parentalité, qui devraient s’articuler, se compléter, sont concurrents dans bien des vécus.

Envisager un équilibre juste entre les situations des femmes et celles des hommes. Entre mères et pères. Entre les projections et les destinées des filles et celles des garçons. Par exemple faciliter la prise des congés scolaires des pères comme des mères, ces dernières les prenant davantage[ii]. Rendre visible l’invisible actuel.

Réfléchir par extension aux situations vécues par des parents et à celles vécues par des non parents. Une de mes collègues sans enfants m’a confié sa contrariété d’être toujours non prioritaire dans le choix des congés. Elle en ressentait un profond sentiment d’injustice, concluant à la survalorisation du statut de parent. Et puis aux situations des personnes, selon qu’elles sont bien-portantes autonomes ou vulnérables, enfants, personnes âgées ou porteuses d’un handicap. Rêver de mesures bénéficiant au plus grand nombre.

Questionner le déséquilibre de reconnaissance entre tâches de soin et de production. Evoquer la valeur accordée à l’attention, à l’empathie, à l’appréhension des vulnérabilités (et la place qu’y occupent les hommes). Au care, exprimé par la pensée anglo-saxonne. Suggérer l’importance des émotions, les nôtres et celles d’autrui, notre part sensible, notre connexion au vivant. Se tenir près de la vie, défendre sa micro-diffusion continue dans les veines de toute personne quel que soit son sexe. Tout en respectant les choix individuels de ne pas se reproduire et les vécus multiples de l’expérience de la mise au monde.

Observer et interroger les effets des congés pour les personnes : l’issue de ces semaines de tête-à-tête avec son bébé. Ce qui s’organise, se construit à ce moment intime pour soi, pour le bébé et dans sa relation avec l’autre parent.

Réfléchir par ailleurs au vocabulaire décrivant ces temps-là, gagnés, octroyés, donnés, pris, payés, indemnisés, accordés, imposés, vécus… et à ce que les mots signifient pour choisir la formulation adaptée au projet social visé. Sur ce sujet tout particulier, rédiger et ajouter à ce propos un post-scriptum, intitulé « Les mots pour le dire, début de réflexion ».

Enfin, avant de défendre une réforme concrète du congé paternité, passer par le partage de quelques faits.


[1] Eventuellement appelés « richesses », terme discutable puisque niant leurs coûts cachés et autres externalités négatives.


[i] Lutter contre les stéréotypes filles-garçons Un enjeu d’égalité et de mixité dès l’enfance, Rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, janvier 2014, coordonné par Marie-Cécile Naves et Vanessa Wisnia-Weill, accessible en ligne :  https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/cgsp_stereotypes_filles_garcons_web.pdf

[ii] Source : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2017-054.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.