2020 – Décalage assumé


Ecouter “2020 – Décalage assumé” en audio

“Tu verras, moi non plus, quand il pleurait, je me levais pas”. Cette connivence, qu’il essaie de créer avec toi, en t’incluant, en t’invitant à agir comme lui, en présumant que tu agiras ainsi parce que toi aussi tu es un homme, ne te met pas très à l’aise. Vous êtes en famille, avec un couple de votre âge. Puisque c’est imminent pour vous, vous discutez agrandissement familial et effets en tous genres. Or, il se trouve que l’événement perturbe le sommeil. Comme cette cousine l’avait lourd, elle précise que quand elle sortait du lit, c’était façon zombie. Mais qu’importait : elle finissait toujours par se lever. La nuit, c’est la mère qui veille et se réveille. La nuit, le père, lui, faisait la sourde oreille.

Toi, tu te lèverais la nuit.

Tes deux parents sont comédiens. A ta naissance, ton père s’est mis à enchaîner les contrats pour rapporter à manger, parce que c’est ainsi qu’il se figurait son rôle avant de l’exercer. Aujourd’hui le lien qui vous unit s’avère… plutôt faible. Enfant, quand des questions intimes te venaient, sur ton corps par exemple, c’était évident pour toi que ta mère saurait en être la destinataire. Vous n’avez jamais rien verbalisé entre vous, avec lui, sur son absence pendant votre enfance. Ta sœur y est parvenue, en revanche… Malgré tout, tu as eu beaucoup de chance. Elevé par des femmes, avec certes très peu d’hommes référents, mais sans aucun doute finalement sur ce qu’il est bon de créer avec son enfant.

Toi, tu créerais du lien avec le tien.

C’est en sa propre mère que la tienne a puisé un soutien. Malgré cette aide, elle a beaucoup moins travaillé que ton père. En a souffert, même si dans le spectacle, l’époque était moins précaire. Sa vie à elle s’est concentrée sur ses enfants. Sur toute cette charge éducative à assumer. Quant à lui, il assurait d’une part des revenus suffisants, d’autre part l’autorité paternelle.

Toi, tu soutiendrais autrement la mère de ton enfant.

Professionnellement, tu t’es un peu cherché. Démarrage dans le milieu de la cuisine. Parmi tes collègues d’alors, une seule femme : l’exception, mais qui avait choisi de ne pas avoir d’enfant. Plus simple. Bifurcation ensuite, avec ton entrée dans une école de théâtre. Autre ambiance et pas mal de femmes dans ce milieu-là. L’âge auquel la question parentale se pose, c’est après la trentaine, une fois que les réseaux se sont mis en place. Métier particulièrement précaire, qui implique une sorte de loi tacite : ne deviens pas mère tant que tu n’as pas fait carrière. Encore plus précarisant de s’occuper d’enfants. D’ailleurs, plusieurs femmes autour de toi ont vécu un avortement.

Toi, tu te demandes ce qui se passe pour les pères.

Un de tes amis, comédien aussi, à 32 ans, n’en veut déjà plus, d’enfant. Comme la plupart d’entre vous, les hommes, il n’a pas été éduqué à prendre sa part dans la contraception. Si plusieurs de ses compagnes ont avorté, une d’elles a mis au monde leur enfant, avant d’assumer seule sa charge éducative, après décision de séparation. Depuis, lui traine une espèce de culpabilité. N’avait pas pris le temps, pas décidé, de se projeter dans cette paternité. La vit à temps plus que partiel désormais. Un week-end sur deux, il a été acté. Ni préoccupation ni organisation des demains qui s’enchaînent, qui enchaînent et nous entraînent une fois l’enfant là. L’enfant qui n’en avait pas demandé autant : être là.

Toi, tu prendras ta part depuis le projet d’enfant jusqu’à sa prise en charge.

D’ailleurs, vous avez fait un deal, elle porterait l’enfant, toi tu lirais des livres sur être père et être mère… Que cette lecture te fut parfois insupportable… ! Pour les pères, au chapitre « Gérer ton accouchement », il était par exemple annoncé : « Comme un bonhomme, mais rassure-toi, aucun détail médical » ! Dans un autre ouvrage destiné aux futurs pères, l’auteur, un vieux médecin, apportait au contraire beaucoup de précisions médicales, mais la partie visant à te confirmer ton désir d’enfant incluait deux quiz effarants. Une réponse positive était attendue à chaque question, dont celle-ci : « Faire carrière est-il pour vous prioritaire ? »

Toi, tu imagines que tu feras des choix, renonceras, aménageras, prendras en compte le bébé et la nécessité de s’en occuper.

Pendant longtemps, ta conscience sur ces questions était en sommeil, souterraine, mais ton amoureuse l’a réveillée, portée au grand jour. Progressivement. Ton amoureuse avec qui vous avez eu ce projet d’enfant.

Ça y est, vous êtes trois désormais ! Et trois semaines plus tôt que prévu. Arrivée au bon moment. Pile quand ton amoureuse a fini de présenter son mémoire. Pile au milieu du confinement. Merci au coronavirus car toutes tes dates ont été annulées. Vous aviez prévu trois mois d’accueil ensemble pour le bébé mais un mois de plus a pu être ajouté au calendrier.

Comment imaginer que les salariés ne bénéficient que de onze jours ? C’est fou… En même temps, vu la charge que ça représente, que beaucoup d’hommes prennent la fuite ne te surprend pas beaucoup… L’épuisement est effectivement au rendez-vous, d’un coup d’un seul et pour un moment. Brasse coulée, apnée et fatigue assurée, alors que c’est à deux que vous vous relayez ! Malgré tout, comment aurais-tu pu ne pas prendre ce temps-là avec ta gamine ? Inconcevable. Tant de choses t’échapperaient aujourd’hui. Par exemple, c’est toujours toi qui la changes. Et puis vous êtes tous les deux capables de la calmer. Vous apprenez ensemble la manière de fonctionner à trois. Tu aurais été malheureux de repartir travailler au bout de onze jours. Le lien avec ta fille ne serait pas le même. Cela aurait été si injuste… Vous avez réfléchi à tout cela ensemble, avec sa mère. Si tu avais été salarié, tu aurais certainement pris un congé parental. « Congé », quel drôle de mot… Ce temps-là ne ressemble pas du tout à l’idée que tu te fais d’un congé.

Tu n’es pas dans le monde salarié, mais tu ne comprends pas pourquoi les deux parents n’ont pas droit à la même durée pour accueillir leur enfant. La discrimination à l’embauche n’aurait pas lieu si c’était le cas. Rien que pour ta compagne, lors de sa recherche d’emploi, on lui a demandé si elle était mariée et si elle avait des enfants ! Et pour bien continuer d’assigner les femmes à la maternité, structurellement, les choses sont construites pour écarter les pères. Par exemple, on te signifie que c’est inhabituel quand tu appelles la maternité. Car les hommes sont supposés prendre une place en retrait. Le secrétariat et les sages-femmes, chaque fois : « Quand Madame viendra… ». Justifications nécessaires alors : « C’est moi qui prends cette charge ». D’accord il s’agit de son corps, mais la part organisationnelle peut très bien être investie par le père, et elle est importante ! Depuis la naissance, tout cela se confirme, car à part l’allaitement (c’est-à-dire seulement la mise au sein et le fait de la nourrir), tout le reste, tu pourrais, tu peux le prendre en charge. Tout le reste n’est que de la cons-truc-tion.

Ta mère t’a proposé un contrat en juin (il t’arrive de t’associer avec tes parents). Désolé mais non : ta fille vient de naître. Elle a compris. Elle a même valorisé ton engagement. Celui de prendre ta juste part. Celui qui t’a conduit à jouer dans un seul festival cet été, alors que normalement cette saison est très chargée dans ce métier. Vous avez loué, comme ça ton amoureuse et votre fille seront à côté, pour que, la nuit, tu sois là aussi.

Ce que vous montrez est inhabituel. D’évidence. D’ailleurs, une parole gratifiante arrive à bonne fréquence, à elle destinée : « Hé bien, qu’est-ce qu’il t’aide ! »… Mais pas toujours, si tu y réfléchis. C’est assez relatif. Exemple des tâches ménagères. Lors d’un repas de famille, un homme de la table qui dit de toi « Lui, il est bien dressé ! ». Pas très valorisante, cette petite injonction, en creux, à la virilité. Qui souligne qu’un homme reste libre s’il est – ou se croit – exempté, comme lui, de ces activités.

Créer une mesure à large portée

Pressentir les bienfaits d’une réforme du congé paternité. Saisir progressivement la portée d’une mesure ambitieuse. Ratisser large quant aux domaines touchés. En espérer l’impulsion d’un salutaire bouleversement.


Ecouter “Créer une mesure à large portée” en audio

Réfléchir pour commencer à l’accueil des enfants et aux modèles proposés à la jeunesse. Que penser d’une société où, au travail, les naissances sont vues comme générant des coûts (privés et publics) ou des contrariétés (« Oh ! J’avais pensé à vous pour une promotion… », « Encore un congé mat. dans le service ! ») ? Une société où l’on affirme aux enfants à l’école que tout leur est ouvert, alors que les faits témoignent du contraire ? Regarder les orientations scolaires à la sortie du collège. Constater qu’elles sont divisées selon le sexe. Françoise Vouillot, enseignante-chercheuse psychologue de l’orientation scolaire et professionnelle, précise dans Les métiers ont-ils un sexe ? (Belin, 2014) que « seulement 12% des métiers et seulement trois familles professionnelles (qui ne regroupent que 4% des emplois) présentent une mixité équilibrée entre les femmes et les hommes : les professionnels du droit, les cadres des services administratifs, comptables et financiers, les médecins et assimilés. » Quels modèles d’identification sont présentés aux enfants, dans leurs manuels ou lectures, ainsi que dans le monde professionnel qui les entoure ? Tous les métiers peuvent-ils leur paraître envisageables dès le plus jeune âge ? Non : quasiment aucun homme n’est employé à la crèche, aucune femme dans le chantier d’à côté ou au garage automobile. Un rapport de 2014 du Commissariat général à la stratégie et à la prospective estime que toutes professions confondues, le taux moyen de masculinisation de la prise en charge des enfants de 0 à 6 ans « se situerait entre 1,3 % et 1,5 % dans le secteur de l’accueil et de l’éducation des jeunes enfants ». « Il atteint 3 % dans le périmètre plus restreint des structures collectives (dont 3 % d’hommes chez les éducateurs de jeunes enfants et 7 % d’hommes parmi les professeurs des écoles dans le pré-élémentaire). »[i] Quel message une société envoie-t-elle à la jeunesse avec une si faible présence d’hommes dans ces métiers ? Et donc une telle concentration de femmes ? Oui, nous en sommes là, au chaud dans nos charentaises, baignant dans l’illusion de l’égalité.

Chemin faisant, questionner l’effectivité de la responsabilité parentale conjointe. Dans les faits, les parents des deux sexes participent-ils autant aux conseils d’école ou réunions de parents d’élèves ? Qui prend un congé parental ? L’indépendance économique du parent est-elle assurée à cette occasion ? Observons la situation dans notre entourage et regardons la réalité en face. Nous vivons, voyons, savons et reproduisons. Parfois, nous transgressons, à nos risques et périls. Question de courage et d’estime de soi. De valeurs. De privilèges, parfois.

Interroger également les origines du congé maternité, accordé à des femmes en emploi, salariées ou non. Congé à questionner dans son évolution historique pour ce qu’il visait au départ et ce qu’il protège aujourd’hui. La mise en œuvre d’une politique nataliste. La santé des femmes. Leur place au travail. Le premier lien construit avec l’enfant.

En venir aux pères, envisagés d’abord comme travailleurs et encore peu encouragés à apporter des soins dans une parentalité élargie. Observons la place qui leur est accordée par leur entourage proche ou par la société. Observons aussi celle qu’ils tiennent, non seulement dans les maisons, crèches, écoles, filières de soin mais aussi dans le regard des employeurs, lorsqu’ils osent s’affirmer comme pères disponibles pour leurs enfants. Comme pour les mères, ce rôle une fois investi peut fortement concurrencer leur travail. Le hic supplémentaire, pour nombre d’entre eux, c’est que ce dernier reste central dans leur construction identitaire.

Donc réfléchir au travail et mettre en lumière ses paradoxes. Notre société organise la création, par un travail rémunéré, de services et de biens[1], le plus souvent hors du domicile (même si le travail chez soi est à nouveau encouragé en indépendance ou dans le salariat). Cette activité permet d’acquérir une reconnaissance sociale, de subvenir à ses besoins (réels ou artificiels) et d’assouvir des désirs en partie nés de son époque. En parallèle, est organisée cahin-caha la perpétuation de cette société, par ces mêmes personnes employées et consommatrices des biens et services produits. En général, sauf période de grande immigration, ceci se concrétise par les naissances, l’éducation puis l’intégration des plus jeunes dans ce modèle. La société permet aussi, parfois, d’exercer d’autres activités, citoyennes ou associatives, culturelles, physiques, créatives ou spirituelles. Ces jeunes s’engageront ensuite dans le travail rémunéré (qui prendra éventuellement place dans l’accueil et le soin des plus jeunes) parce qu’il est aujourd’hui le pourvoyeur du statut social et des principaux droits sociaux, et ainsi de suite. Pourtant, les deux mondes du travail et de la parentalité, qui devraient s’articuler, se compléter, sont concurrents dans bien des vécus.

Envisager un équilibre juste entre les situations des femmes et celles des hommes. Entre mères et pères. Entre les projections et les destinées des filles et celles des garçons. Par exemple faciliter la prise des congés scolaires des pères comme des mères, ces dernières les prenant davantage[ii]. Rendre visible l’invisible actuel.

Réfléchir par extension aux situations vécues par des parents et à celles vécues par des non parents. Une de mes collègues sans enfants m’a confié sa contrariété d’être toujours non prioritaire dans le choix des congés. Elle en ressentait un profond sentiment d’injustice, concluant à la survalorisation du statut de parent. Et puis aux situations des personnes, selon qu’elles sont bien-portantes autonomes ou vulnérables, enfants, personnes âgées ou porteuses d’un handicap. Rêver de mesures bénéficiant au plus grand nombre.

Questionner le déséquilibre de reconnaissance entre tâches de soin et de production. Evoquer la valeur accordée à l’attention, à l’empathie, à l’appréhension des vulnérabilités (et la place qu’y occupent les hommes). Au care, exprimé par la pensée anglo-saxonne. Suggérer l’importance des émotions, les nôtres et celles d’autrui, notre part sensible, notre connexion au vivant. Se tenir près de la vie, défendre sa micro-diffusion continue dans les veines de toute personne quel que soit son sexe. Tout en respectant les choix individuels de ne pas se reproduire et les vécus multiples de l’expérience de la mise au monde.

Observer et interroger les effets des congés pour les personnes : l’issue de ces semaines de tête-à-tête avec son bébé. Ce qui s’organise, se construit à ce moment intime pour soi, pour le bébé et dans sa relation avec l’autre parent.

Réfléchir par ailleurs au vocabulaire décrivant ces temps-là, gagnés, octroyés, donnés, pris, payés, indemnisés, accordés, imposés, vécus… et à ce que les mots signifient pour choisir la formulation adaptée au projet social visé. Sur ce sujet tout particulier, rédiger et ajouter à ce propos un post-scriptum, intitulé « Les mots pour le dire, début de réflexion ».

Enfin, avant de défendre une réforme concrète du congé paternité, passer par le partage de quelques faits.


[1] Eventuellement appelés « richesses », terme discutable puisque niant leurs coûts cachés et autres externalités négatives.


[i] Lutter contre les stéréotypes filles-garçons Un enjeu d’égalité et de mixité dès l’enfance, Rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, janvier 2014, coordonné par Marie-Cécile Naves et Vanessa Wisnia-Weill, accessible en ligne :  https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/cgsp_stereotypes_filles_garcons_web.pdf

[ii] Source : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2017-054.pdf

Vers un retour paisible

Dans mon rêve, le retour au travail se fait en douceur, l’employeur est compréhensif et accueillant ; à cette même enseigne logent les deux parents, sans distinction ni défaveur.

Ecouter “Vers un retour paisible” en audio

Décrire un scénario ordinaire de la fin d’un congé maternité.

Recherche probable d’une solution de garde adaptée. Difficilement trouvée. Demande éventuelle d’un aménagement du travail par la mère. Possible refus de l’employeur, au motif officiel d’incompatibilité avec le poste (ou plus ouvertement, comme à une de mes amies qui a demandé un 80% : « vous avez choisi votre famille désormais, sachez que vous n’évoluerez plus dans cette entreprise »). Pour certaines jeunes mères, réflexe de comparaison de leur revenu aux frais de garde. Si leur foyer est imposable, comparaison aussi avec la dépense fiscale. Conclusions plus ou moins hâtives de ces mères sur la valeur de leur travail, leur intérêt à le garder, à le limiter, à en changer. Devenir le temps d’une grossesse la variable d’ajustement du couple. Parce qu’on est la personne acculée, confrontée dans les faits à la concrétisation du mode de garde pour reprendre le travail. Mais aussi parce que chaque femme est légitimée socialement dans le flot de ces questionnements.

Je fais donc le rêve que le retour apaisé au travail ainsi que la mise en place d’une garde adaptée concernent tous les nouveaux pères autant que leurs compagnes. Jusque dans leur agenda. Un statut de parent qui devienne indépendant du sexe. Voici qui permet le pari d’une reprise du travail respectueuse pour tout le monde. Qui permet de rêver que déposséder de sa mission professionnelle un parent revenant devienne de la science fiction (une de mes proches a dû faire le tour des services pour glaner des missions à son retour ; quant à une de ses collègues, les siennes ont été confiées à un prestataire et aucune ne lui est revenue).

En plus de l’inquiétude que certaines éprouvent à l’occasion de leur retour sur leur lieu de travail, il incombe aujourd’hui majoritairement aux femmes de confier leur bébé à une tierce personne. En tout cas de s’en séparer. J’imagine un partage plus étroit de ce moment, qui soulagerait les unes et enrichirait les autres. Je fais le rêve d’une transition plus douce, grâce au relais paternel. Grâce aussi au vécu par tout père de cette expérience de l’absence longue, pour motif parental, qui confronte au retour au travail. Deux parents présents ont des chances de devenir deux figures d’attachement fortes pour l’enfant. Et si en résultaient un dialogue et une mutuelle compréhension systématiques de ce qu’est le détachement ?

Parions que de nombreux pères vivraient à l’unisson, de beaucoup plus près, l’expression « couper le cordon ».

Considérations pour la vie

Dans mon rêve, les hommes autant que les femmes portent un intérêt massif à la reproduction sociale, et plus largement à la perpétuation de la vie sur terre. Un intérêt emprunt de considération, de compréhension, et de contribution.

Ecouter “Considérations pour la vie” en audio

Prenons à présent un peu plus de hauteur sur notre organisation sociale. Une majorité de femmes fabriquent ou éduquent[1] les êtres humains, adultes en devenir qui pourraient constituer de la force de travail…

(...Ou pas ! Le travail rémunéré comme quasi-but en soi est conçu par notre modèle économique actuel, puisqu’il est aujourd'hui le moyen d’acquérir un statut et des droits sociaux).

Je fais donc le rêve que ces activités gratuites ou rémunérées deviennent réellement mixtes. Afin que ce rééquilibrage soit visé et non subi, les tâches de soin doivent, aux yeux de toute la société, hommes et femmes, gagner en valeur (et certaines formes de travail valorisées aujourd’hui être sans doute un peu désacralisées au profit d’autres formes de travail).

Dans un discours donné en 1975 aux Etats-Unis et repris dans son ouvrage Refuser d’être un homme, John Stoltenberg rappelle un des fondements du système patriarcal, qui repose sur l’appropriation des femmes et des enfants par les hommes : « La propriété masculine des enfants a toujours été séparée et distincte du travail de prise en charge des êtres humains. Si une femme appartient en bonne et due forme à un homme au moment où elle accouche, une de ses obligations envers cet homme est d’assurer la prise en charge de son enfant. Cela signifie le nourrir et assurer sa propreté, notamment en s’occupant de l’énorme quantité d’excréments qu’un bébé produit durant les trois premières années de sa vie. Cette tâche ingrate est un travail de soin, ce n’est pas la fonction du propriétaire. Une mère adéquatement appropriée prend littéralement soin d’enfants qui demeurent, juridiquement, la propriété humaine d’un père. » Cette conception d’une division et d’une hiérarchie entre droits du père (propriété, donc capital) et prise en charge (soin, donc travail comme fruit du capital) est encore présente, au moins en héritage, dans les usages ou les mentalités. C’est ce qu’il nous faut modifier profondément. Des solutions s’aménagent ici ou là dans les familles pour partager équitablement les tâches du travail rémunéré et celles du temps familial gratuit ou indemnisé. Cependant, le système global, qui organise la reproduction sociale grâce à l’appropriation, sinon des femmes, du moins de leur temps, ne s’en trouve pas tout à fait bouleversé.

Les pieds sur terre et la tête en l’air, dans une vision démocratique, j’envisage toute personne, homme ou femme, comme un sujet dont le temps (autrement dit la vie, donc l’activité, donc le travail) ne peut être approprié. Ce qui impliquerait, dans ce rêve que je fais, de préparer chaque être humain à prendre soin de soi et d’autrui. De présumer de sa compétence. De normaliser l’investissement domestique et familial des hommes, dans des proportions comparables à celui de la majorité des femmes. Ils pourront alors massivement se confronter, autant que les femmes, aux réalités de la reproduction sociale à grande échelle. Comme les services publics de la petite enfance qui manquent de finances. Comme l’éducation, en manque de valorisation. Comme les tâches de soin, sans justes moyens. Alors que le modèle économique produit tant de vulnérabilité et de souffrances. Hommes et femmes exigeraient alors ensemble un nouveau contrat économique et social, plus solidaire et moins bancal. Plus respectueux de la vie sous toutes ses formes. De ce qui la maintient, de ce qui la produit, de ce qui la protège, de ce qui la nourrit.


[1] L’Education Nationale compte trois femmes pour un homme, l’animation socio-culturelle également. Pour l’accueil des jeunes enfants, les hommes sont encore plus minoritaires, selon la logique à l’œuvre : plus l’enfant est jeune, plus ce sont des femmes qui s’en occupent, les hommes étant de plus en plus nombreux au fur et à mesure de l’avancée en âge des enfants… et de la valorisation des métiers correspondants. Ainsi c’est à l’Université qu’on compte proportionnellement le plus d’hommes en exercice, et d’autant plus qu’on monte dans la hiérarchie institutionnelle (cf. les données 2018 du rapport « Enseignement supérieur, recherche et innovation, Vers l’égalité Femmes-Hommes ? Chiffres-clés 2019 » qui indique par exemple pour la France que « Avec 37 % d’enseignantes, l’université reste dominée par les hommes. » et que cette proportion tombe à 28% pour la filière hospitalo-universitaire. Minoritaires également dans la recherche, elles sont en revanche très majoritaires parmi le personnel de soutien. (Lien : https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Brochures/32/8/parite2018_stats_A5_11d_908328.pdf)

Deuxième manche : émanciper les hommes du travail

Ecouter “Deuxième manche : émanciper les hommes du travail” en audio

Le droit des personnes à gouverner souverainement leur vie et leur mode de coopération avec les autres est un tout. Il ne peut être conquis sur le terrain du travail et des rapports de travail au détriment des luttes menées sur d’autres terrains, pas plus qu’il ne peut être conquis sur ces autres terrains au détriment des luttes du travail.”

André Gorz.

Ce rêve d’équilibre partagé entre les sphères professionnelles et familiales en appelle logiquement un autre, concernant le travail. Les femmes sont supposées s’émanciper de la sphère domestique grâce à l’accès au travail rémunéré. Or, percevoir un revenu du travail n’y suffit pas si elles continuent d’assumer la majorité des tâches de la maisonnée. Afin d’enclencher un mouvement masculin de masse vers la sphère privée (celui qui aurait dû l’être en même temps que le mouvement des femmes vers le travail rémunéré), osons envisager simultanément pour les hommes une nécessaire émancipation du travail.

Cela sonnera sans doute comme un gros mot dans une société qui valorise le travail productif rémunéré tout en invisibilisant ou dévalorisant le travail domestique et familial gratuit comme rémunéré.

Il faudrait pourtant que la paternité engage sur le plan familial et, en conséquence, au moins momentanément, désengage sur le plan professionnel, comme le fait aujourd’hui la maternité. Il faudrait nécessairement reconsidérer les valeurs masculines traditionnelles.

Je formule donc le rêve de ce double mouvement simultané des hommes comme l’étape suivante pour poursuivre cette révolution. Aujourd’hui les femmes constituent injustement la majorité silencieuse dans l’exercice acrobatique du parent au travail. Performance circassienne épuisante qui consiste à œuvrer à la fois au travail, à l’éducation, aux soins domestiques et familiaux, tandis que le travail rémunéré reste central pour les hommes et continue de diriger leurs vies, pour le meilleur comme pour le pire. Numéro extrêmement familier de la plupart des mères. Numéro de performance professionnelle et financière imposé en miroir à tous les hommes, pères potentiels ou pères réels. Puisque la paternité est invisibilisée.

Je rêve d’une banalisation du schéma « moins de travail, plus de familial », pour tous les parents. Une parentalité universellement légitimée, officiellement assumée et assurément partagée.

Deux funambules main dans la main

Dans mon rêve, a eu lieu la double révolution émancipatrice. Travail rémunéré et investissement au foyer y sont justement dosés, dans un mouvement de balancier. Jusqu’au point d’équilibre.

Ecouter “Deux funambules main dans la main” en audio

La mesure à imaginer, à discuter, à prendre sans option “à laisser”, constituerait une étape, une première réponse en miroir au mouvement d’émancipation des femmes de la sphère domestique et familiale. Car, admise et prônée depuis un bon moment, cette révolution-là est très inachevée aujourd’hui. Certes, la progressive intégration et la reconnaissance des femmes au travail leur ont apporté des revenus (bon, 25% de moins que ceux des hommes, encore moins à la retraite, des emplois plus précaires, donc une indépendance économique très très relative…) et un statut social (bon, dans bien des métiers encore peu valorisés, tels ceux du soin, du social et de l’éducation…). Leur éventuelle place de mère a été reconnue dans leur milieu professionnel, à travers divers droits qui leur ont été accordés, comme le congé maternité rémunéré (bon, le maintien intégral de salaire dépend de leur convention collective, et les indépendantes n’ont pas tout à fait les mêmes garanties que les salariées…). Afin de faire égalité, ces droits concernent progressivement les pères (bon, en France, ils bénéficient de onze jours depuis 2002, pour un congé optionnel quelquefois mal vu et souvent mal rémunéré, mais c’est un premier pas…). Réserver des droits aux mères exclut quelque part les pères, nous murmure justement l’Europe. Cependant, a-t-on vraiment imaginé qu’un partage des responsabilités et des tâches domestiques et familiales s’opérerait spontanément, sans lois incitatives ? Il semblerait. Dans les faits, à quelques foyers près, ce ne fut qu’un rêve, au vu des constats persistants sur le sujet.

Nota : Les tâches domestiques et familiales, toujours majoritairement assumées par les femmes en France, grandissent avec le nombre d’enfants. Le temps consacré par les hommes en moyenne évolue peu au fil du temps, comme en témoigne l’étude IFOP évoquée dans l’article « Nettoyer, balayer, astiquer… La persistance des inégalités de genre en matière de partage des tâches ménagères » publié le 23/10/2019 sur le site de l’institut de sondage.

Or, comme le souligne André Gorz, « L’émancipation de la femme sera menée à son terme (…) lorsque l’homme et la femme se partageront volontairement les tâches de la sphère privée aussi bien que de la sphère publique et appartiendront également à l’une et à l’autre. (…) C’est à ce moment seulement que la femme, se trouvant avec l’homme dans un rapport de coopération entre égaux, pourra vivre les activités qu’elle déploie pour le bien-être de la communauté familiale comme des activités dont elle est l’artisan autant que la bénéficiaire : comme du travail pour soi. »

Nota : Il aurait été encore plus appréciable qu’André Gorz exprimât ce propos en disant "les femmes" plutôt que "la femme" : non seulement nous sommes plurielles, comme les hommes, mais la suggestion d’uniformité créée par l’usage du singulier normalise et idéalise la figure féminine, ce qui est évidemment problématique. Cependant, puisqu'il parle de la même façon de "l'homme", lui en tenir rigueur serait injuste.

Nous vivons un moment charnière dans la quête de libertés égales entre les sexes. L’accent a été mis d’abord sur l’ouverture aux femmes des formations et des métiers, sur l’égalité salariale à poste égal, sur l’évolution des femmes vers leur juste indépendance économique par le travail.

Nota : Les femmes ont toujours travaillé, même si pendant longtemps elles n’ont pas été payées pour ce travail, comme les femmes d’artisans, de commerçants, d’agriculteurs… qui de fait effectuaient le même travail que leur mari, ou bien toutes leurs tâches administratives, en plus des travaux domestiques et familiaux, sans l’emploi rémunéré qui va avec. 

Leur progression au travail et vers l’autonomie financière reste cependant empêchée par le fait qu’elles sont les principales à assumer les responsabilités familiales (ou sont suspectées d’assumer, aujourd’hui ou demain, en concurrence ressentie, maintenue ou soulignée avec leur place au travail). Elles ont avancé quasi-seules dans cette révolution, qu’elles ne parviennent manifestement pas à parachever. Il est donc temps de fissurer davantage l’édifice de la division des rôles de sexe. Parce qu’il est injuste de considérer encore les femmes comme les uniques responsables de leur condition et de la sortie de celle-ci. Entêtées qu’elles semblent, à imaginer tout mener de front lorsqu’elles font des enfants. En général, la procréation (et la suite éducative) est une entreprise mixte, en tout cas l’initiative de deux personnes. Pourtant, les injonctions paradoxales issues du complexe famille-travail conduisent les femmes à des pseudo-choix radicaux. L’INED précise en janvier 2017 que le nombre de naissances par femme baisse partout en Europe, notamment parce que « l’augmentation rapide du taux d’activité féminine à temps plein ne s’est pas accompagnée du développement de politiques d’offre de gardes d’enfants et de congés parentaux suffisantes pour pouvoir concilier travail et famille, ou d’un investissement important des partenaires masculins et d’un meilleur partage des tâches domestiques entre hommes et femmes ».[i] La dissymétrie d’occupations et de socialisation selon le sexe génère des souffrances individuelles et nourrit sans vergogne les statistiques sur la pauvreté, la précarité, la charge mentale ou les tâches domestiques au détriment des femmes. Elle alimente aussi les données sur les conduites à risque (risques sur la route beaucoup plus pris par les hommes, troubles du comportement alimentaire davantage repérés chez les femmes). Ou sur certaines formes de violence ou de difficultés relationnelles au détriment des hommes, mais aussi des femmes et des enfants. Les rôles de sexe incorporés sont un facteur de violence intra-familiale, lorsque des personnes ne se sentent pas ou ne sont pas à la hauteur des attentes sociales sexuées pesant sur elles ; par exemple, le chômage est plus difficile à vivre pour des hommes qui ont intériorisé leur rôle principal de gagne-pain et ne se sont pas investis dans la sphère familiale. Ce mouvement n’est donc pas seulement nécessaire pour elles, il l’est aussi pour eux. Cependant, heureuse découverte : un humain sur deux est un homme ! Ils donc peuvent agir. Elles aussi : leur faire une juste place dans la maisonnée changerait tout, et l’accueil d’un ou d’une enfant pourrait être le bon moment.

Je n’imagine pas une petite mesure au rabais, de celles qui ont de l’envergure au départ, puis qui sont dépouillées de leurs ambitions au fur et à mesure que sont rognées les conditions de leur efficacité. La mesure arrive alors, nue et misérable, devant le tribunal prêt à la condamner. Au contraire, elle doit clamer haut et fort son ambition, celle d’un projet de société renouvelé. Qui qualifie les pères dans leur rôle parental en leur donnant le moyen élémentaire d’acquérir la compétence du soin des jeunes enfants : l’expérience systématique. Normalisée. La même que celle des mères. Celle que procure la responsabilité de s’en occuper à plein temps, dès la naissance ou presque. Sans discussion. Parce que c’est normal. Comme ça l’est devenu pour la plupart des femmes d’aller travailler contre rémunération.

Il finit par être plus ou moins admis que la fonction professionnelle, et non le sexe, crée les attentes au travail. Je rêve que ce soit le statut de parent, et non le sexe, qui crée les attentes familiales, et celui de co-habitant·e qui crée les attentes domestiques. Parce qu’en pratique, le scénario courant est encore de mise, distribuant selon le sexe des rôles bien définis, sans trop de surprise, dans la plupart des logis.


[i] La proportion de femmes sans enfant a-t-elle atteint un pic en Europe ?, Eva Beaujouan, Tomáš Sobotka, Zuzanna Brzozowska, et al., INED, Population et Sociétés, n° 540, janvier 2017

Présumé·e·s semblables, capables, responsables

Ecouter “Présumé·e·s sembles, capables, responsables” en audio

Dans mon rêve, l’expérience du face-à-face avec la vulnérabilité humaine est partagée, universellement quel que soit son sexe. Elle consiste dans la prise en charge apprenante d’un bébé qui vient de naître.


Imaginons que les jeunes pères soient tous prévenus qu’ils vont vivre, comme l’immense majorité des mères le sont (prévenues), l’expérience inoubliable, parfois éprouvante, souvent extraordinairement enrichissante, d’un long seul à seul avec leur bébé. Responsables pendant des heures de ce petit être vivant, de la détection et de la satisfaction de tous ses besoins… Imaginons qu’ils la vivent peu après la naissance. Tous. Parce que la société le prévoit. La même chose que pour les mères.

Toutes les femmes ne sont pas prévenues de tout cela aujourd’hui. Ni ne qualifieraient cette expérience ainsi. Cela dépend des personnes. Certaines tombent de haut et peuvent rester en bas un moment. Anéanties.

Mon amie Florence, qui voit grand et par delà nos frontières, est convaincue qu’alors, ils rechigneraient presque tous à envoyer leurs enfants à la guerre… L’Histoire a de fait montré un engouement des hommes bien supérieur à celui des femmes dans les initiatives et entreprises guerrières. John Stoltenberg, dans son essai Refuser d’être un homme – Pour en finir avec la virilité, décrit dans le chapitre « Erotisme et violence dans la relation père-fils » comment l’ordre patriarcal conduit les pères, par des procédés violents et des institutions qui les guident dans leur quête de distinction virile, à « répudier la mère ». Il observe notamment que « Les pères et non les mères ont inventé et contrôlent l’Etat. Les pères et non les mères ont inventé et contrôlent l’armée. Les pères et non les mères mènent la guerre contre d’autres peuples. Et ce sont les pères et non les mères qui envoient les fils à la guerre. » L’imputation de la violence guerrière au patriarcat est mise en cause par bell hooks. Selon elle, « c’est l’impérialisme, et non le patriarcat, qui est le fondement de base du militarisme moderne (…). Dans le monde, de nombreuses sociétés qui sont dirigées par des hommes ne sont pas impérialistes et de nombreuses femmes aux Etats-Unis ont pris la décision politique de soutenir l’impérialisme et le militarisme. » Qui sait ce qui se passerait si ces femmes-là arrivaient en masse au pouvoir ?

Reprenons. Imaginons que soit généralisé un accueil entièrement partagé par les deux parents à chaque naissance. Une parenthèse transformatrice. Une révolution des usages et des mentalités, des perceptions et des expériences. Qui développe un soin partagé des êtres vivants. Qui universalise cette capacité. Acquise dans le face-à-face avec la vulnérabilité de chaque jeune enfant à accueillir. Voici le deuxième mouvement auquel j’aspire. Celui qui engagerait enfin le pas de côté nécessaire : un croche-pied à cette police du genre qui nous prescrit les mises au pas des personnes sexuées que nous sommes. Au lieu de nous considérer comme semblables, c’est-à-dire capables, a priori, de développer des compétences en tout domaine, la première à généraliser étant le soin d’un bébé.

Cette perspective ne constitue pas une mince affaire. Elle est vertigineuse en réalité. Et elle suppose, dans ce domaine encore très réservé au sexe féminin, de favoriser la mixité.


Intermède 2020 – Altérations identitaires

Tu ne connais pas un seul homme qui ait vécu le début d’une telle expérience : voir son nom remplacé, sans sa demande ni son accord, au prétexte que « tous les hommes font ça ».

Ecouter “Altérations identitaires” en audio

Sa colère la prenait d’un coup, alors qu’elle venait de relever le courrier. C’était le signe qu’elle avait, une fois de plus, reçu une de ces lettres. Une lettre qui paraissait lui être adressée, à elle, à en croire le « Madame » lu dans la case idoine, mais dont la destination n’était ni franche ni entière. Elle avait été amputée. Dissoute. Volontairement. Un bout d’elle, presque tout en fait, avait été remplacé. En un coup d’œil. Ne subsistait que son statut d’épousée. Car ensuite, suivaient le prénom puis le nom de naissance de celui avec qui, un jour, elle s’était mariée.

Le plus souvent, la colère éclair montait en elle puis se dirigeait spontanément contre lui, comme s’il avait fomenté le coup. Tout tendait en effet à prouver sa complicité. Non seulement il se trouvait là, dans l’instant ou le soir même, mais il était à coup sûr impliqué, puisqu’il apparaissait, sans équivoque, sur l’enveloppe. Alors qu’il ne l’ouvrirait pas. Sciemment cité, identifié, nommé dans son entièreté. Prénom et nom. Ecrasant. Plus que présent. Omnipotent.

L’affront répété, évident, intrusif, la décrivait comme « une femme de ». La réduisait à « une femme de ». L’effaçait en tant que personne. L’affirmait dépendante de lui, digne d’exister sous condition : exclusivement à travers lui.

A défaut de lui prêter le pouvoir d’empêcher de telles offenses, elle semblait attendre de lui qu’il redressât les torts causés. Tu tentais, depuis ton regard d’enfant, d’imaginer comment il aurait pu procéder. Peut-être en contactant l’expéditeur. Ou l’expéditrice. En lui disant son fait. En exigeant excuses et rectification. En obtenant à tout le moins une prise de conscience. Car dans la plupart des envois, ces règles d’usage, reproduites en âme et conscience, ne suscitaient probablement pas d’interrogation chez les scribes. Elles passaient d’ailleurs pour la marque d’une excellente éducation. Conservatrice et sexiste, mais excellente, de la même sorte que celle qui conduit les femmes à passer le jour J du bras du père à celui du mari. Tout un symbole…

C’est bien le propre d’une norme sociale que de traverser les lieux, les âges, les vies, les âmes et les esprits, sans que quiconque ne la bouscule. Sauf les rebelles.

Savoir ce qui doit être inscrit sur l’enveloppe relève d’une certaine noblesse. Le panache d’une éducation réussie. Et ce, malgré les marques qu’une telle pratique laisse, malgré les idées qu’elle propage, malgré les dégâts qu’elle cause à la multitude de personnes visées, évidemment touchées. Des femmes peuvent se sentir flattées ou fières de cette reconnaissance de femmes épousées, d’autres indifférentes ou affaiblies. Dans tous les cas, leur identité première s’en trouve de fait remuée.

De mémoire, tu n’as jamais assisté à une scène de ce type : ton père admettant le préjudice d’abord, puis exigeant réparation pour la douleur symbolique mais réelle causée à ta mère. Réparation pour la sape de soi engendrée par cette présumée « bonne manière ». De façon récurrente. Cette « bonne manière » qui définit en miroir un homme marié comme possédant la femme avec laquelle il s’est uni. Qui fait d’elle une ressource, un capital, un objet approprié, une ombre. Parce que la manière est si « bonne » qu’elle n’est pas réciproque. Pourtant, il ne s’agit plus que d’usage et non de loi, ce qui devrait laisser la place à d’autres choix.

Sans doute est-ce difficile de se mettre à la place d’autrui. Impossible même. Sans doute est-ce encore plus difficile, pour qui appartient à une catégorie privilégiée, pour qui est étiqueté dominant jusque sur les enveloppes adressées à sa partenaire de vie, de s’en offusquer jusqu’à exiger le rétablissement d’un juste équilibre des positions. D’une juste distribution des considérations. Cela supposerait de descendre du promontoire sur lequel la « bonne manière » d’autrui, par convention sociale, l’a hissé. Quelle est la part de l’arbitraire dans cette place obtenue ? Et celle du mérite ? Cette place est-elle neutre, dans les rituels qui l’officialisent, ou provoque-t-elle des effets problématiques ? La remise en cause de ce qui se fait quand on est bien élevé·e, c’est-à-dire en premier lieu respecter les conventions sociales, est peut-être un défi plus grand pour la personne qui en bénéficie que pour celle qui en fait les frais… D’ailleurs dans d’autres domaines, toi aussi tu dois bien bénéficier, sans t’en rendre tout à fait compte, parce que c’est confortable même si c’est injuste, de privilèges sur autrui que tu ne remets pas en cause…

A l’époque des missives maudites, tes réflexions étaient plus pragmatiques. Tu te demandais simplement pourquoi ta mère n’appelait pas elle-même le service expéditeur du courrier, afin de réclamer que le méfait fût réparé.

Quand ton tour de femme adulte est arrivé, tu as saisi le sentiment qui l’avait traversée, si souvent, si violemment. Tu as compris alors quel rôle elle se refusait de jouer, à l’issue de chaque micro-humiliation subie, face à cette boite aux lettres.

L’entreprise qui t’employait t’accorderait quelques jours de congé à l’occasion de ton mariage, auxquels tu ne pouvais prétendre qu’après avoir rempli un imprimé particulier. Une case « nom marital » était à renseigner. Cherchant vainement des yeux une case « nom d’usage », tu t’es résolue à faire apparaître ton mari par son nom de naissance, sans te douter des conséquences. C’est de retour au bureau que tu as atterri, atterrée. Tout ce qui t’identifiait jusqu’alors dans les outils informatiques avait été rebaptisé par le nom de naissance de ton homme (adresse mail, dossier serveur, etc.). Tu as alors traversé, furieuse mais résolue à rester sobre et courtoise, les deux étages qui te séparaient du service de gestion du personnel, afin de demander explications et rectification.

C’est là que je tu l’as ressentie au plus profond de toi. La double humiliation. La première créée par l’anéantissement subi de l’identité. La deuxième, issue de l’impossibilité de faire entendre par toi-même ta cause. Cette humiliation-là, c’est toi qui l’avait initiée, dans l’acte de réclamation. Cet acte qui implique d’avancer tes arguments, tes jus-ti-fi-ca-tions. Qui non seulement demande une reconnaissance de ta position rebelle, a-normale, mais qui, en plus, demande une réparation.

Tu as indiqué posément à la gestionnaire que tu n’avais pas demandé de remplacer ton nom par celui de ton mari. Elle : « Mais vous avez indiqué son nom dans la case « nom marital » !». Toi : « Il n’y avait pas de case « nom d’usage » ni « nom de la personne avec laquelle vous vous mariez », mais j’ai pensé que vous aviez besoin de connaître son nom… ». Elle : « Vous ne pouvez pas faire comme toutes les femmes ? Elles prennent toutes le nom de leur mari, et ne posent pas tant de problèmes ! ». Ce jour-là, tu as eu non seulement l’impression d’avoir sollicité indûment une faveur, mais en plus de t’être glissée dans la peau d’une sacrée emmerdeuse. Ta collègue a fini par détricoter ses actions pour te rendre l’identité qu’elle avait gommée d’un coup. Celle sous laquelle tout le monde t’appelait, te connaissait et te reconnaissait depuis des années.

Tu n’identifies pas un seul homme qui ait vécu le début d’une telle expérience, ni écopé d’une telle image, parce qu’on aurait changé son nom, sans sa demande ni son accord, au prétexte que « tous les hommes font ça ». Ce qui ne veut pas dire que ça n’existe pas.

L’épisode récurrent de la boite aux lettres de ton enfance était alors un souvenir encore enfoui dans ta mémoire, mais tu venais de vivre dans ta chair un épisode majeur de ton engagement féministe. Puis, un jour, après avoir relevé ta boite aux lettres, cette scène du passé est remontée en surface, quand tu t’es surprise, avec une légère pointe d’ironie mal placée, disant à peu près à ton homme : « Tiens, tu as reçu une lettre, mais il doit y avoir maldonne, car devant ton nom, il est écrit Madame… ».

Moins de dix ans plus tard, tu nommeras ce rôle que ta mère se refusait de jouer à chaque effacement de son identité : celui de la mendiante. Mendier soi-même la réparation du préjudice subi (quand on risque fort de n’être ni écoutée ni comprise), alors qu’il s’agit de réparer une atteinte à sa dignité, revient parfois à subir une deuxième fois l’humiliation première.

Présente au rendez-vous prévu avec les services de ta mairie pour refaire ta carte d’identité, tu présentes docilement une copie du livret de famille justifiant ton changement d’Etat civil survenu depuis ta dernière carte. L’employée te demande alors l’original (pourtant non exigé dans la liste des documents à fournir), que tu n’as pas sur toi. Après un instant de réflexion, tu oses : « Exigeriez-vous ce justificatif d’un homme dans la même situation ? » Elle : « Non, pour eux ce n’est pas la peine, ils ne changent pas de nom quand ils se marient. » Toi, les bras ballants tellement ils sont tombés soudainement : « On va faire comme si j’étais un homme alors, pour respecter le principe d’égalité des droits entre citoyens et citoyennes. Que j’ai changé d’Etat civil ou non dans les dix dernières années, cela ne concerne pas l’administration finalement. » Et tu as conservé exclusivement sur ta carte ton nom de naissance, sans y ajouter un double nom d’usage… C’est dommage : tu avais l’intention au départ de porter, partiellement, le même nom que tes enfants (les conséquences du nom donné aux enfants feraient aussi un beau sujet de réflexion-témoignage). Cette décision spontanée t’a valu de systématiquement devoir justifier d’être leur mère lors de vos voyages ultérieurs, grâce à la présentation du fameux… livret de famille. Ne surtout pas l’oublier en cas de frontière à traverser !

Tu ne connais pas d’homme qui ait vécu le début d’une telle expérience, parce qu’il aurait gardé son nom, alors qu’il pouvait, comme tout homme ou presque, en échange d’un justificatif demandé exclusivement aux hommes, en ajouter un autre, fût-il celui de la personne qui partage sa vie. Ce qui ne veut pas dire que ça n’existe pas.

Dix ans sont à nouveau passés. Vous refaites faire vos cartes d’identité. Tout se prépare à présent à distance, en déposant les justificatifs exigés sur un espace numérique. L’employée de mairie chargée de prendre vos empreintes, dans un nouveau bureau flambant neuf, s’étonne : elle apprend ce jour-là qu’un homme peut accoler le nom de sa femme sur ses papiers d’identité. L’usage est légalement mixte. La pratique, plus rare. Du jamais vu ici. Sa responsable confirme, ôtant ses doutes et vous épargnant l’exercice irritant de l’argumentation. Refusant de circuler avec des cartes périmées bien qu’affirmées encore valables par l’administration, vous avez, pour obtenir de nouvelles cartes, décidé de demander l’enregistrement officiel d’un nom d’usage. Tu as accolé son nom de naissance au tien. Il a accolé ton nom de naissance au sien.

Désormais, ponctuellement, des enveloppes arrivent dans votre boite aux lettres, adressées à Madame avec un double nom d’usage ou à Monsieur avec ce même nom d’usage inversé.

Tu ne crois pas qu’il se rende vraiment compte de ce que signifie pour toi cette réciprocité, même opportunément acquise… Voici pourtant l’un des plus beaux cadeaux qu’il t’ait faits, symbolique mais d’une immense valeur : se rapprocher de ton vécu de femme. Vivre avec toi et comme toi les effets d’un trouble de l’identité. Afficher dans vos noms de famille, à parts égales, qu’un jour vous vous y êtes engagé·e·s ensemble, dans cette famille.

« C’est parce que l’on s’est engagé dans une expérience ou bien que l’on a pris en compte l’expérience d’autrui que l’on hésite ou que l’on relativise. »

Emilie Hache, “Ce à quoi nous tenons”

Fraternité sélective

De la nécessité de bousculer la police du genre exercée sur les hommes.

Ecouter “Fraternité sélective” en audio

Passons maintenant au crible la solidarité entre les hommes. La fraternité républicaine affirme une sorte de loyauté entre hommes.

Entre parenthèses, Réjane Sénac souligne dans son ouvrage Les non frères au pays de l’égalité, que la fraternité a été érigée en principe républicain excluant les femmes et les personnes non blanches, que nombre d’universitaires qualifient aujourd’hui de « racisées » (par les autres). Elle ne concernait au départ que les hommes blancs (les citoyens de l’époque). 

Cette fraternité les invite-t-elle pour autant à exercer une bienveillance entre eux, une empathie systématique qui leur permette de se soutenir les uns les autres quels que soient leurs choix ? Le dictionnaire précise que la fraternité est un « sentiment de solidarité et d’amitié ». Voyons si cela sonne réel avec le même exercice de mise au pas… ou pas. Les hommes sont-ils empêchés aussi ? Et si oui, de quoi ? Jouer à la poupée ou pas. Faire de la danse classique ou pas. De la gymnastique rythmique et sportive… ou pas. Jouer au ballon dans la cour ou pas. Pleurer ou pas. Porter une robe de princesse ou pas. Les meubles lourds ou pas. Conduire sur les longues distances ou pas. Ouvrir le vin ou pas. Couper le poulet ou pas. Chasser l’araignée, la guêpe, la souris, ou pas. Apprendre à changer une roue ou pas. Percevoir le plus haut salaire du couple ou pas. Porter les cheveux longs ou pas. Être ambitieux ou pas. Le plus grand du couple ou pas [1]. Le plus diplômé du couple ou pas. Le plus âgé du couple ou pas. Carriériste ou pas. S’intéresser aux femmes ou pas. Aux femmes plus jeunes qu’eux ou pas. Aux autres hommes ou pas. Au pouvoir ou pas. A l’argent ou pas. Au sexe ou pas. Aux voitures ou pas. A la compétition ou pas. Faire du sport ou pas. Porter une jupe ou pas. Se maquiller ou pas. Nettoyer les sanitaires ou pas. Bricoler ou pas. Prendre un congé parental ou pas. S’orienter en lettres ou pas. Travailler auprès de nourrissons ou pas. En esthétique ou pas. Auprès de personnes âgées ou pas. De personnes très vulnérables ou pas. Parler de ses peurs, difficultés, souffrances à un·e psy ou pas… En tant qu’homme. Eux aussi sont priés, souvent, de rester à leur place, sauf que la leur est valorisée du côté de la performance. De la résistance à la peur ou à la souffrance institutionnelle. « C’est une décision des chefs c’est comme ça ». Du côté de l’autonomie. « Il me faut trouver des ressources en moi pour faire face ». Du côté des opérations de sauvetage, parfois. Et du rejet de celles et ceux qui ne seraient pas suffisamment… au pas. Tous ne vivent pas les mêmes empêchements et n’en souffrent pas autant.

Christophe Falcoz, évoquant les conséquences d’une « forme de masculinité virile, dominatrice et violente », souligne que « l’évacuation de certaines émotions – en particulier la vulnérabilité, la peur de l’échec et la peur de l’attirance pour un autre homme -, la non valorisation de l’empathie, la sur valorisation de l’esprit de compétition et du dépassement de soi, peuvent générer des souffrances chez les hommes, dont la société tolère, pour les hommes, qu’elles s’expriment par des violences entre eux et envers les femmes. »

Lourdes attentes pesant sur les hommes, valorisant des comportements parfois funestes, pour eux-mêmes ou pour les autres.

Je rêve d’un envol du paternage qui favoriserait ce délestage.


[1] Cf. la Une de Paris Match avec Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, la faisant apparaître plus petite que lui en juillet 2019.